Clémentine Mélois aux Transversales

Article proposé par Maxence Naud

La littérature contemporaine, aussi difficile soit-elle à définir, développe des formes nouvelles et des pratiques étonnantes qui invitent la théorie à réfléchir sur ce qu’est aujourd’hui le littéraire et ce qu’est, comment se manifeste la littérature. Tel est le cas de Clémentine Mélois, écrivaine et plasticienne cooptée par le groupe OuLiPo en 2017 et invitée pour cette édition du festival des Transversales. L’artiste se joue du quotidien pour réinventer le statut et la consistance de la littérature, à travers des compositions déroutantes, des jeux et associations littéraires burlesques.

Le type de littérature que choisit de pratiquer Clémentine Mélois est une littérature du glanage et de la récupération, et ce, en particulier pour son ouvrage Sinon j’oublie, publié en 2017 chez Grasset. À la manière des glaneurs filmés par Agnès Varda dans Les Glaneurs et la glaneuse, Clémentine Mélois « se baiss[e] pour ramasser »1 des listes de courses rédigées par des inconnu.es et les intègre dans son « roman » en parallèle de courts textes qu’elle a imaginés.

L’écrivaine annonce dans l’avant-propos de son roman qu’elle puise dans ce qu’elle appelle un « tas d’or dur »2, une matière première préexistante qui servira sa création, qui stimulera son processus d’écriture. Cette pratique renseigne tout d’abord sur le renouveau du statut d’écrivain, sur l’inclination de son art, la littérature, qui n’est plus un contenu imaginé ex nihilo, une matière qui transcende l’artiste génial – au grand damn des romantiques ! L’écriture apparaît comme un artisanat, un bricolage concret qui s’appuie sur le recyclage de ce qui préexiste à la création, et sur la recomposition, le façonnage singulier de cet apport extérieur. De fait, l’écrivaine s’empare de documents réels, extraits de la vie quotidienne, et qui la renseignent de multiples façons. L’intérêt du travail de Clémentine Mélois et son originalité ne viennent pas du simple fait de récupérer des documents que François Le Lionnais a qualifiés de « troisième secteur »3 ou encore que Anne-James Chaton a mentionnés comme « écritures très pauvres »4 , mais émergent de ce qu’ils sont remaniés pour obtenir un statut nouveau. Ces listes, photographiées, apparaissent ainsi dans l’ouvrage dans toute leur singularité, à travers la couleur du papier, son état et sa qualité – qu’il soit froissé, déchiré, plié, minuscule –, et l’écriture de celui ou celle qui en est le rédacteur ou la rédactrice. La liste, abandonnée par son auteur.e, ainsi récupérée par l’artiste, est inscrite dans une nouvelle circulation et sert à faire « oeuvre » comme matériau muet mais chargé de discours en puissance.

La notion d’auteur peut ainsi être réinterrogée par la pratique d’écriture de Clémentine Mélois, puisqu’elle invite à se défaire de l’idée que l’auteur est celui qui « augmente » (au sens de augere en latin), pour peu à peu l’envisager comme celui qui se réapproprie et qui détourne le déjà-là. Jacques Aumont constate cette tendance à la récupération chez l’homme, le définissant comme un « animal  »actualisateur » »5, et invite ainsi tout lecteur à relancer le débat amorcé par Gérard Genette dans Palimpsestes, selon lequel toute écriture est une réécriture. Pensons par exemple à ses compositions et jeux littéraires autour de l’onomastique, réalisés à partir de la récupération de titres d’oeuvres classiques de la littérature – tel que Le Rouge et le Noir, Moby Dick, ou encore Crime et Châtiment –, que l’artiste modifie, altère pour donner des titres absurdes ou faire écho de façon cocasse à la culture populaire, en
attribuant par exemple Le Rouge et le Noir à Jeanne Mas, ou en transformant le roman de Herman Melville en Maudit Bic et celui de Dostoïevsky en Crème et chat qui ment. Le nouveau, chez Clémentine Mélois, ne peut accéder à ce statut qu’en partant du vieux, de l’usé, du reste préexistant, en s’appuyant sur l’incroyable liberté de l’art et son pouvoir de réévaluation du contenu dans une pratique et une forme singulières.

Ce recyclage et le détournement qui l’accompagne sont alors l’occasion pour l’artiste de développer une dialectique nouvelle entre le passé et le présent afin de faire du nouveau avec de l’ancien. L’utilisation des listes dans Sinon j’oublie en est tout à fait significative, tout comme ces différents travaux publiés sur Instagram, et notamment le montage qu’elle a réalisé en septembre 2018 où l’on voit à la télévision « Fred Nietzsche » déclarer que « Dieu est mort », dans la partie « Breaking news » d’une émission d’information. L’artiste réutilise ainsi l’image très connue du philosophe allemand et sa non moins fameuse affirmation dans un montage qui se veut volontiers humoristique, mais également porteur d’un discours. De fait, elle s’appuie sur un matériau ancien qui fait partie de la culture plutôt élitiste pour se le réapproprier et le détourner en icône pop, pour, sinon délivrer un message, du moins réinventer notre actualité et l’interroger. Clémentine Mélois cherche ainsi à faire émerger des méandres du temps des éléments usés, le recyclage étant un moyen de clore la « défonctionnalité »6 à laquelle ces images et citations ont été soumises. L’artiste lance un défi au temps en s’emparant d’éléments usés, muets et en les intégrant à de nouvelles compositions pour les revivifier, leur octroyer à nouveau un pouvoir de parole ou de suggestion.

Ce point est essentiel pour comprendre le rapport qu’entretient Clémentine Mélois avec la littérature. Car, ce ludisme du montage, du détournement, permet une véritable rehiérarchisation de l’art, une réévaluation de son statut. La question de la récupération concrète d’éléments réels, dont les documents quotidiens et l’iconographie, a été brièvement évoquée, mais il faut préciser que cette pratique est proche de celle de la citation. L’artiste contemporaine effectue des citations du réel dans la mesure où elle récupère ses diverses productions pour les engager dans un nouveau contexte, une nouvelle forme, un discours neuf, tout en les conservant et en refusant de les altérer complètement. Mais il semble que le travail de Clémentine Mélois va au-delà, qu’il ne s’agit pas uniquement de faire de l’art avec le trivial et les restes de la société ultra-productiviste, mais bien de populariser la culture élitiste, de détourner les canons pour en reconstruire l’accès. Dans Sinon j’oublie, on peut par exemple repérer des citations canoniques cachées comme celle de l’incipit d’Un amour de Swann, où il s’agit de décontextualiser une phrase qui fait partie d’une culture institutionnalisée pour l’inscrire dans un contexte et un discours sur le quotidien.

De même, l’artiste vient en quelque sorte désacraliser certaines figures d’autorité, comme Marguerite Duras ou Michel Foucault, en en faisant des modèles pour de faux catalogues afin de vendre les fameux sous-pulls de l’intellectuel et les mailles de l’écrivaine. Il ne s’agit pas réellement comme dans le premier cas de déformer un discours, d’en actualiser le sens, de l’approfondir ou de le perturber, mais simplement de jouer avec l’imaginaire collectif. Ces figures célèbres et quasiment intouchables deviennent l’occasion de réinterroger nos représentations, et surtout d’établir un lien nouveau, redynamisé et vivant avec la littérature. Dès lors, la littérature n’est plus seulement – mais elle l’est ! – un art qui fait communauté, qui fonde le collectif par le savoir, elle est reste, résidu à resémantiser, contenu mais aussi surface à manipuler et renouveler. Cette façon de se jouer de l’autorité du canon et les inscrire dans la trivialité de la vie quotidienne, de leur faire place dans une pseudo-médiaticité de masse permet de formuler une nouvelle vision de l’art. Clémentine Mélois peut également s’appuyer sur la plasticité qu’offrent les réseaux sociaux comme Instagram pour produire des travaux icono-textuels qui permettent ce transfuge de la littérature, et cette littérarité singulière qui s’inscrit pleinement dans la continuité du travail des oulipiens et leur amusement du réel et du langage.

Mais la littérature que nous propose d’appréhender Clémentine Mélois n’est pas simple extériorité, elle est un pont entre l’art et le réel. Ont été évoquées les entreprises de mise à distance de l’écrit, par la contamination de l’image et leur essor au sein de l’espace public. De fait, Sinon j’oublie établit d’emblée un lien vivant avec l’espace public par la récupération des listes de courses, objets universels par excellence. Et le cheminement qui est proposé dans le « roman » à travers la fragmentation de sa construction et la dysnarrativité à l’oeuvre, est celui d’une promenade, d’un glanage similaire à celui qu’a pu réaliser Clémentine Mélois pour ramasser ces listes. Le lecteur peut ainsi déambuler comme dans la ville, et rêver à partir de ces matériaux bruts, porteurs d’une histoire quotidienne aussi bien individuelle que collective.

Cette réinvention du « littéraire » passe donc par des outils, des dispositifs nouveaux, mais surtout par une porosité de l’espace artistique et de l’espace public. En inscrivant sa démarche créatrice dans l’espace quotidien, en cherchant pour Sinon j’oublie les listes « autour des supermarchés »7 par exemple, et plus largement dans les « coins à listes », l’artiste proclame l’interdépendance nécessaire entre l’art et la vie, impactant ainsi la forme de son ouvrage éclaté. Au-delà de l’importance accordée au livre comme espace à parcourir, Clémentine Mélois réalise une littérature que nous pourrions qualifier d’« exposée », dans le sens entendu par Olivia Rosenthal et Lionel Ruffel. Cette notion recouvre toute littérature qui échappe aux conventions textuelles classiques, qui envahit l’espace public, qui se métamorphose et s’actualise hors du livre. Clémentine Mélois s’empare des restes, de la substance de la littérature, de son identité collective et l’engage sur le terrain public pour en relancer le circuit et le partage. C’est tout le sens de ses oeuvres plastiques publiées sur Instagram, tirant parti du numérique afin de produire des discours sur le quotidien, à tout moment visibles par les utilisateurs de ce réseau social. Le détournement d’un objet aussi banal qu’une pancarte signalant un sol glissant en « Attention, Édouard Glissant », permet ce renouvellement du rapport à la littérature, incarnée par un nom de famille, par l’inscription dans l’espace ordinaire. La contamination du quotidien est d’abord celle de l’utilisateur numérique, mais elle est aussi celle, imaginaire, invoquée par le détournement de l’objet ordinaire.

Clémentine Mélois entreprend donc par un travail ludique, qui s’appuie sur une dialectique entre culture populaire et culture savante, un vaste renouvellement de la littérature et de la définition de ce qu’est le « littéraire ». L’appropriation et le recyclage apparaissent comme des entreprises de création innovantes, à partir desquelles l’artiste peut réinvestir un matériau, qu’il soit ordinaire ou issu du monde intellectuel, d’une force collective, d’une signification qu’il avait perdu et d’une présence transfigurée. La littérature de Clémentine Mélois est donc une littérature du reste, une littérature quotidienne, qui s’appuie sur le numérique, l’image, l’hybridité pour se donner à voir, aussi bien qu’à lire, à travers des expériences esthétiques renouvelées.

  1. Agnès VARDA, Les Glaneurs et la glaneuse [2000], DVD2, Arte Éditions et Ciné-Tamaris, 2012, 02 min. 50. []
  2. Clémentine MÉLOIS, Sinon j’oublie, Paris, Éditions Grasset et Fasquelle, 2017, p. 7. []
  3. Michael SHERINGHAM, Traversées du quotidien. Des surréalistes aux postmodernes [2006], Paris, Presses universitaires de France, coll. Lignes d’art, 2013, p. 296, trad. par Maryline Heck et Jeanne-Marie Hostiou ; publié en 2006 par Oxford University Press, Everyday Life : Theories and Practices from Surrealism to the Present. []
  4. Anne-James CHATON, interview de France Musique, 26 juin 2012. []
  5. Jacques AUMONT, De l’esthétique au présent, Paris, Bruxelles, Éditions De Boeck et Lacier, coll. Arts et cinéma, 1998, p. 111. []
  6. Octave DEBARY, De la poubelle au musée, une anthropologie des restes, Grane, Éditions Créaphis, coll. Poche, 2019, p. 66. []
  7. Clémentine MÉLOIS, Sinon j’oublie, op. cit., Ibid., p. 8. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search