Pour Ell

— Dans l’ambiance marginale d’une tempête un soir d’été, je pressais le pas pour me mettre à l’abri d’un coup de foudre quand l’amour m’a frappé de plein fouet. Il avait l’apparence d’une brune un peu paumée à bord de sa Fiat 500 rouge. La brunette est sortie en catastrophe et s’est excusée… Elle m’a dit qu’elle ne m’avait pas vu, qu’elle était triste quand le ciel était gris et cherchait désespérément les étoiles entre les nuages de pluie. Je trouvais qu’il faisait plus noir que gris mais je ne lui ai pas fait la remarque.

Sans transition, je lui ai dit qu’elle était jolie. Elle n’a pas souri, elle m’a juste demandé de faire gaffe à son cœur d’artichaut. Je lui ai suggéré de me le donner, qu’il irait bien avec mes salades, et des salades, je lui en ai raconté des tas. Elle les a toutes gobées.

Subitement, elle s’est mise à bouger de façon aléatoire, exécutant maladroitement la caricature d’une valse. Au son du tonnerre qui grondait, à la lumière des éclairs qui lézardaient la voûte céleste, je l’ai suivie dans son délire. Après deux ou trois éclats de rire, un pied écrasé, une main trop basse, une étreinte rapide et quelques baisers volés, la pluie a cessé. Elle m’a tendu sa main froide en guise d’adieu. Elle a démarré sa voiture, je l’ai regardée, elle est partie. À son passage, les lampadaires s’éteignaient, créant une sorte de fondu au noir sur cet amour qui, né la nuit, n’a pas eu la chance de voir le jour.

— …

— Une fois chez moi, le puits de mes émotions s’est déversé. Il était vide, vide de sens, comme ce malheur plat qui m’étouffait, comme cette routine banale qui emprisonnait la folie de mes rêves, ces bribes de normalité dérangeante qui tuait mon âme d’artiste. De longues semaines sans écrire, d’abord Hell ensuite la mystérieuse inconnue, ces fins sans débuts, à force d’aduler Baudelaire, étais-je devenu moi aussi un auteur maudit ?

—…

— Je me suis senti dépouillé, comme si mes mots, pour s’amuser, s’étaient lancés dans une partie de cache-cache avec mon inspiration et s’étaient si profondément enfouis qu’ils avaient fini par s’égarer. Ils pensent que je ne sais pas. Vous savez, mes mots, je crois qu’ils sont partis à la recherche de Hell… et de la mystérieuse inconnue, vous savez, celle un peu folle qui dansait sous la pluie, vous savez. Allez, un peu d’efforts, vous vous en souvenez. Mais non… Ne me dites pas que… Putain j’en ai marre de parler seul, mais répondez…. Répondez ! Hel…

Numéro de chambre : 183

Nom du patient : Warhend N.

Note : 19 h 20, fin du délire, injection de 5 ml de Zypadhera.

Hôpital de Rennes, service psychiatrie.



Citer ce billet
laurenayap (2024, 16 février). Pour Ell. Festival Transversales. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vunh

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search