Mini-calendrier « Un soir, une histoire » — 23/12

Case 23 du mini-calendrier d'Un soir, une histoire

Ce texte est publié dans le cadre de l’appel à textes « Un soir, une histoire », événement de la treizième édition du festival Transversales. Les participant•e•s devaient écrire une histoire courte sur le thème du rêve. La forme littéraire était libre. Vous vous apprêtez à lire le texte correspondant à la case 23 de notre mini-calendrier, « Que ce rêve devienne réalité » de Magali Ducros.

Que ce rêve devienne réalité

Évoquer la thématique du rêve me projette quatorze ans en arrière. Cela me ramène à l’école maternelle du village où nous habitons, dans le sud de la France. Ce jour où la maîtresse de grande section de ma fille Lilou nous a dit :

— Il faudrait que Lilou arrête de rêver !

Alors touchée par ses mots, je me suis interrogée. Faut-il qu’une enfant de cinq ans, ma fille, cesse donc de rêver ? Que les enfants arrêtent eux aussi de rêver ? Ici, dans cette petite ville de France, sans problématique de société particulière et aux effectifs de classes plutôt respectés ?

Que les enfants arrêtent de rêver… Quel beau programme !

Alors comment fait-on pour faire arrêter les enfants de rêver ? Quelle est la recette ?

Les adultes que nous sommes, hommes comme femmes, parents ou pas, ont la responsabilité humaine d’accompagner les enfants dans leur découverte du monde avec une infinie délicatesse et le plus de douceur possible, sans modération aucune. Avec autant d’amour et de respect que possible. Nous avons un devoir de protection envers ces êtres humains, petits, sensibles, encore si fragiles, naïfs et influençables. Ce sont les futurs adultes en chemin.

Chacun de ces petits êtres de lumière — nous compris, car tout adulte aujourd’hui a été un enfant hier — mérite notre grande attention, notre plus grand respect pour que, devenu adulte, il soit responsable et respectueux à son tour de son environnement et de tous les êtres vivants qui l’entourent.

Arrêter de rêver ? C’est donc impossible.

Rêver, c’est espérer, imaginer, créer, se projeter, avancer, grandir, devenir une personne constructive pour réaliser nos désirs. Espérer que nos rêves se réalisent.

Rêver nourrit notre créativité, invente tous les possibles et nous rend capables de résoudre les problèmes auxquels la vie, le simple fait de vivre, nous expose toutes et tous.

Rêver permet de construire mentalement des projets et d’agir pour leur réalisation, pour qu’ils voient le jour.

Rêver donne la force et le courage de faire de chaque jour une réalité. 

Tout devient possible, si nous continuons de rêver et de réaliser.

Rupture entre rêve et réalité ? Non, c’est une continuité.

Le rêve fait partie de l’enfance et si rêver n’est plus instinctif et encouragé, nourri de nos envies, comment les projets vont-ils se réaliser ? Comment notre société va-t-elle pouvoir continuer de prendre soin de l’humain avec le plus d’apaisement possible et se développer sans cette course effrénée à la destruction ?

Je fais alors un rêve, mon rêve, celui d’une société, d’un monde entier, de respect infini envers les plus petits, nos bébés, nos enfants, les miens, les vôtres.

Je rêve encore que les adultes, parents, enseignants, toutes les personnes qui sont en lien avec les enfants, accompagnent les plus petits et écoutent leurs besoins physiologiques, leur besoin d’être humains, et ce sans condition. Seulement alors, chacun de ces enfants aura le droit fondamental d’évoluer, de grandir sans violence — pas même les « douces violences », termes aux antipodes, ni la violence ordinaire banalisée et tolérée par le plus grand nombre, ni les violences verbales et physiques.

C’est alors que mon rêve projette une vie possible pour de nouveaux êtres humains n’ayant subi aucune forme de violence, aucune domination, qui deviennent responsables et respectueux à leur tour de la vie, de la planète et des plus petits.

Cercle vertueux.

Toute une nouvelle humanité en marche vers une possible pacification.

J’ai mon rêve au creux de mon âme, de mon ventre, là…

Vous le voyez ? Juste là ! Il respire, naît, grandit doucement… Il a grandi et continue de grandir avec mes trois enfants, que j’aime infiniment et imparfaitement.

Je suis intimement persuadée que ce sont les racines de la paix qui infuseront alors en chacun et chacune d’entre nous, petit à petit.

Comprendre, écouter, regarder honnêtement d’où l’on vient et choisir où l’on va, commencer, croire, mettre en place, montrer d’autres choix possibles, diffuser, partager encore, la bienveillance et ce rêve…

Venez ! Je vous emmène rêver avec moi.

Il le faut, pour que ce rêve devienne réalité.

Il est grand temps…

_______

Texte écrit par Magali Ducros

Bannière mini-calendrier du concours « Un soir, une histoire »
Cliquez sur l’image pour revenir au mini-calendrier d’Un soir, une histoire !


Citer ce billet
Aris Desideri (2023, 23 décembre). Mini-calendrier « Un soir, une histoire » — 23/12. Festival Transversales. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/veug

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search