Mini-calendrier « Un soir, une histoire » — 22/12

Case 22 du mini-calendrier d'Un soir, une histoire

Ce texte est publié dans le cadre de l’appel à textes « Un soir, une histoire », événement de la treizième édition du festival Transversales. Les participant•e•s devaient écrire une histoire courte sur le thème du rêve. La forme littéraire était libre. Vous vous apprêtez à lire le texte correspondant à la case 22 de notre mini-calendrier, « Douce apparition » de Marie Nivlet.

Douce apparition

La neige tombait silencieusement. Elle enveloppait la ville d’un doux manteau. Quelques lumières s’allumaient ça et là alors que le soleil se couchait. Des odeurs de viandes rôties et de tartes aux fruits s’échappaient dès que les portes s’ouvraient, prêtes à accueillir les convives au sein des maisons. On entendait le feu crépiter dans les âtres et des rires éclater. Une atmosphère chaleureuse irradiait des bâtisses aux cheminées fumantes. Les flocons se multipliaient jusqu’à tout recouvrir d’un linceul blanc.

Une nuit sans étoile se forma, couvrant la ville de son obscurité et étouffant l’air chaud des festivités. Le silence alourdissait l’air, il emportait dans un dernier souffle les mots et les rires. Le temps s’était comme arrêté. Des rayons de soleil déchirèrent le voile sombre dans un éclat tonitruant. Certains créèrent des brèches béantes, mais des fibres de ténèbres les recouvrirent aussitôt dans une danse ensorcelante. L’obscurité dissolvait tout, elle ne laissait plus la lumière s’échapper ni l’air s’enfuir, elle attrapait et retenait la moindre lueur. La douce chaleur n’était plus, remplacée par une froideur glaciale et sourde.

Un cerf à la fourrure dorée se détacha de l’obscurité. Il s’approchait d’un pas sûr et élégant. Sa ramure était immense, elle paraissait démesurément grande par rapport à son propre corps. Des fleurs recroquevillées et des oiselets ensommeillés ornaient ses bois. Quelques plumes ébouriffées retombaient doucement à chaque pas. Le cerf s’immobilisa alors et fixa le terrible spectacle. De petits éclats de diamants perlèrent aux coins de ses yeux. Un éclair d’intelligence brilla au fond de ses prunelles. Une douleur le saisit, une tristesse infinie qui lui enserra le cœur. Une larme s’échappa, roula le long de sa fourrure et tomba au sol.

Une lumière vive et étincelante aveugla tout. Une chaleur si vive qu’elle faisait fondre l’obscurité transperça de part en part les dernières fibres d’ombre. L’éclat diminua, la chaleur s’amenuisa. Les oiseaux nichés dans la ramure du cerf s’envolèrent. Il y en avait des milliers. Ils saisirent les fils de nuit et jouèrent avec le tissu du jour. Ils virevoltèrent et tissèrent en tous sens. Leur ballet s’arrêta. Ils relâchèrent délicatement leur ouvrage. Le rideau de nuit s’abaissa de nouveau. Le cerf disparut, laissant ses larmes, celles de tous les autres, et ses espoirs consteller le ciel.

_______

Texte de Marie Nivlet

Bannière mini-calendrier du concours « Un soir, une histoire »
Cliquez sur l’image pour revenir au mini-calendrier d’Un soir, une histoire !


Citer ce billet
Aris Desideri (2023, 22 décembre). Mini-calendrier « Un soir, une histoire » — 22/12. Festival Transversales. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/veud

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search