La Gradiva ou la succube antique de Norbert Hanold

“Suis-je amoureux? – Oui, puisque j’attends.” L’autre, lui, n’attend jamais. Parfois, je veux jouer à celui qui n’attend pas ; j’essaye de m’occuper ailleurs, d’arriver en retard ; mais, à ce jeu, je perds toujours : quoi que je fasse, je me retrouve désœuvré, exact, voire en avance. L’identité fatale de l’amoureux n’est rien d’autre que : je suis celui qui attend. 

L’angoisse de l’attente amoureuse. Fantasmer le sujet amoureux.  

Dans la nouvelle “Gradiva” de l’écrivain allemand Wilhelm Jensen, publiée en 1903, on voit évoluer le protagoniste, Norbert Hanold, professeur d’archéologie solitaire. Un jour, lors d’un déplacement à Rome, il tombe éperdument amoureux. Il rencontre celle qui deviendra sa chimère, sa succube. C’est une jeune femme romaine des sphères nobles. C’est elle : la gradiva. OU plutôt c’est tout sauf elle. C’est sa représentation sculpturale que Nobert trouve sur un un bas-relief antique à Rome. Cette fascination le pousse à imaginer toute une vie pour cette chimère, la nommant Gradiva, “celle qui marche”. La folie amoureuse l’entraine loin de son rêve. Il s’engage dans des spéculations sur sa vie à Pompéi, supposant même qu’elle était peut-être grecque. Obsédé, il cherche sa démarche chez les femmes de sa ville, jusqu’à faire un cauchemar où il la voit mourir lors de la catastrophe de l’an 79 à Pompéi, confirmant ainsi que la représentation pourrait être une sculpture funéraire. Ce rêve le pousse à partir en Italie, attiré par une force inexpliquée vers Pompéi. Lors d’une visite dans les ruines, il a une vision de Gradiva marchant dans les rues délabrées. Il la suit jusqu’à une maison où, à sa surprise, elle lui répond en allemand après qu’il a tenté de lui parler en latin et en grec. Ils se donnent rendez-vous le lendemain à midi.

Cette passion dévorante ne serait-elle pas le goût de l’absolu ? Aragon, à travers les sentiments amoureux d’Aurélien, racontait : «  Il y a une passion si dévorante qu’elle ne peut se décrire. Elle mange qui la contemple. Tous ceux qui s’en sont pris à elle s’y sont pris. On ne peut l’essayer et se reprendre. On frémit de la nommer : c’est le gout de l’absolu. » La nouvelle se divise en deux parties : d’abord, la vie isolée de Norbert en Allemagne, absorbé par ses études et évitant la compagnie des autres. La seconde partie se déroule en Italie, où Norbert poursuit la trace de Gradiva, apparue mystérieusement à Pompéi.

L’histoire instaure le doute quant à la réalité de cette apparition jusqu’à la révélation finale : est-ce une hallucination, une illusion ou peut-être plus ? Cette quête obsessionnelle pour une femme du passé, entre rêve et réalité, captive autant le lecteur que l’archéologue. Gradiva exerce une fascination égale sur le héros de l’histoire et sur nous, lecteurs. La gradiva c’est l’incarnation du fantasme amoureux. Créé par l’imagination et l’inconscient, le fantasme amoureux est un élément central de l’expérience amoureuse. Ce qui est troublant c’est que ces fantasmes peuvent être façonnés par un entrelacs complexe des éléments culturels, des souvenirs, des rêves et des projections idéalisées sur l’être aimé.

Sigmud Freud s’est d’ailleurs penché sur ce thème afin d’y voir une analyse psychanalytique. Dans l’essai Le Monde du Rêve et de l’Imaginaire à travers Gradiva : regards de Wilhelm Jensen et Sigmund Freud publié en 1907, Sigmund Freud, dans son analyse de cette œuvre, a vu en Hanold un miroir des mécanismes psychiques de l’homme. Pour Freud, les rêves de Hanold étaient un langage crypté de l’inconscient, où Gradiva symbolisait les désirs refoulés de Hanold et ses quêtes de résolution.

Freud utilise ce texte pour illustrer la manière dont les rêves peuvent être une fenêtre sur l’inconscient, révélant des aspects cachés de la psyché humaine. Les rêves, pour Freud, étaient des manifestations symboliques des désirs et des conflits internes, offrant ainsi des clés pour la compréhension de soi-même. L’œuvre de Jensen, examinée par Freud, a ouvert des portes à une compréhension plus profonde du rêve et de l’imaginaire. Elle a nourri une réflexion sur la façon dont nos fantasmes et nos rêves peuvent servir de voies vers la découverte de nos propres secrets intérieurs. Cette exploration de l’imaginaire à travers “Gradiva” ne se limite pas à une seule histoire, mais invite à une réflexion plus vaste sur la puissance des rêves et de l’imaginaire dans la compréhension de nous-mêmes. Ces récits nous rappellent que l’univers des rêves reste un territoire fascinant, où les limites de la réalité s’estompent et où l’inconscient peut se dévoiler.



Citer ce billet
blaiseleroy (2023, 20 décembre). La Gradiva ou la succube antique de Norbert Hanold. Festival Transversales. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/veub

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search