La ville de Rennes imaginée par les écrivains

Cet article a été rédigé par Agathe Legrand, étudiante en Master 1 Littérature Générale et Comparée

Le festival Transversales se déroule chaque année au sein même du campus, mais également dans la ville rennaise. Rennes, on y vit, on y habite, on marche dans ses rues. On y écrit aussi. Soudain, la ville imaginée et imaginaire prend le pas sur la ville réelle. C’est en tout cas ce qu’il se passe lorsqu’on se plonge dans une des bande-dessinée de  Laurent Lefeuvre (Fox Boy), ou dans un livre de Xavier Dollo, qui écrit sous le pseudonyme de Thomas Geha, ou encore dans le magasine illustré du collectif La Vilaine. Ces deux auteurs et quelques membres du collectif, ainsi que Simon Pinel, éditeur de la maison d’édition rennaise Critic, seront présent lors d’une table ronde le 28 novembre à 12h45. Ensemble, ils s’interrogeront sur cette tension entre imagination et représentation réelle.

Laurent Lefeuvre est un auteur de bande-dessinée rennais, dont la principale création est la bande-dessinée de Fox-boy, un super-héros breton. D’abord publiée dans la langue bretonne et occitane sous le nom de Paotr-Louarn ou de Mandrec, la bande-dessinée a ensuite été traduite en français et publiée chez Delcourt pour ses deux premiers tomes : « La Nuit du renard » et « Angle Mort ». Le troisième tome est en passe d’être achevé. Cette série de bande-dessinée raconte l’histoire de Pol Salsedo, un adolescent rennais de seize ans, qui se retrouve transformé en renard-garou. Il se servira de ses pouvoirs pour devenir un super-héros… qui a plutôt l’air d’un anti-héros.

La série Alone de Thomas Geha est d’abord publiée chez Rivière blanche, puis l’intégrale sera publiée chez Critic. Il s’agit d’un roman de science-fiction post-apocalyptique. On suit les aventures de Pépé, qui est un Alone, c’est-à-dire quelqu’un ayant choisi de vivre seul ou en très petit groupe dans ce monde ravagé. Le personnage de Pépé voyage dans toute la France, mais l’auteur, Thomas Geha (de son vrai nom Xavier Dollo) est rennais : un épisode de Alone se passe donc dans la ville rennaise, métamorphosée par le changement apocalyptique.

Par conséquent, écrire Rennes, c’est à la fois écrire dans et sur la ville : il faut s’approprier un espace public, utilisé par d’autres pour en faire quelque chose. A quoi peut donc ressembler ce quelque chose ? Pour Laurent Lefeuvre, Xavier Dollo ou le collectif La Vilaine, il prend la forme d’un objet, un livre.

Une forme plutôt classique, en somme. Mais parfois, la littérature peut prendre des tours plus surprenants et c’est également ce que le festival Transversal tend à montrer en prônant la diversité des supports et en mettant en avant la création trans-artistique. Dès lors, un petit graffiti griffonné sur un mur peut devenir littérature. Nous les voyons tous les jours sans pourtant y prêter grande attention et pourtant, ce sont les premiers à dire quelque chose de la ville. Écrire la ville, cela commence donc par le regard que l’on pose dessus : décider qu’un graffiti a une valeur littéraire, c’est le faire entrer en littérature. En un mot, c’est la réception d’un objet qui fait de lui une œuvre ou non, la manière dont il est perçu par l’autre.

C’est dans cette démarche que le festival Transversales s’inscrit et pour cela, les organisateurs ont mis en place un concours d’écriture qui fait de ces graffitis un objet d’art. A partir de l’image choisie d’un graffiti, le spectateur est invité à produire un texte d’une ligne à cinq pages. La date limite pour rendre sa production est fixée au 20 novembre et la remise des prix se fera lors de l’inauguration du festival, le 27 novembre à 19h45.

Autre projet pour voir la ville de Rennes autrement : la promenade littéraire organisée par Gaëlle Debeaux et les étudiants du master de Littérature Générale et Comparée, qui se déroulera le 30 novembre de 10h30 à 12h. Cette promenade sera l’occasion de découvrir la ville, les trésors littéraires et culturels qui s’y cachent.

Les Clous de l’esplanade, oeuvre rennaise de l’Oulipo réalisée lors de l’inauguration des Champs Libres

En effet, si pour les graffitis, l’intention première de l’auteur n’est sans doute pas de faire art, il existe néanmoins des pratiques culturelles et institutionnalisées qui transforment la ville en une œuvre d’art géante, ou un jeu de piste. En exemple, les clous disposés dans le sol autour de l’esplanade Charles de Gaulle formant un parcours littéraire à suivre dans n’importe quel sens. Et si, finalement, Rennes n’était pas le support, mais un acteur de cette activité culturelle ? La table ronde, le concours d’écriture et la balade du festival Transversales permettront peut-être de répondre à cette question.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search