L’art en ciel du rêve

Replay du quotidien du rêveur, simple machination de son esprit, expression des fantasmes et désirs, évasion, imagination, folie créative, espoir, douleur, exutoire, en art, le rêve prend la teinte de son créateur. Il peut être :

  • Rose comme le canal d’une hyperbole du sentiment amoureux. Il déplace l’amour du réel pour l’inscrire dans un univers supérieur et élitiste où seules s’établissent les émotions pures. Il brise les règles de la réalité, les surmonte et vit dans une dimension supérieure. Dans Mille baisers pour un garçon de Tillie Cole, par exemple, alors que la vie, le monde réel sépare Rune et Poppy, celle-ci lui donne rendez-vous dans ses rêves : « Je t’aime, Rune Kristiansen. De tout mon cœur. Il me tarde de te retrouver dans mes rêves », et il finit par l’y rejoindre au propre comme au figuré, de façon définitive lors d’un de leurs rendez-vous : « Elle avait les joues roses et le sourire jusqu’aux oreilles. Je l’ai prise par la main. Comme toujours dans mes rêves, j’avais à nouveau dix-sept ans. Poppy s’est mise sur la pointe des pieds. J’ai posé une main sur sa joue et je l’ai embrassée. Un baiser plein de passion et de tendresse. Je ne voulais pas qu’il se termine. »
  • Rouge comme l’expression d’une fatalité : le rêve s’ancre souvent fatalement dans la réalité, comme un rappel constant du mal-être que l’on vit, le refus d’une possibilité de fuite, la pérennité de notre douleur, de nos luttes et de nos défaites. Comme Charles qui, après avoir perdu sa femme, Emma, dans la vie réelle, la perd inlassablement dans ses souvenirs et même ses rêves « Chaque nuit pourtant, il la rêvait ; c’était toujours le même rêve : il s’approchait d’elle ; mais, quand il venait à l’étreindre, elle tombait en pourriture dans ses bras. »
  •  Bleu comme un justificatif. L’artiste, pour excuser l’impact de certaines actions, les place dans le cadre du rêve, ce dernier souvent dessiné comme le déclencheur de ladite action. Par exemple, pendant que l’attitude Charles est, même, dans sa douleur décrite comme morne, celle d’Emma est presque absoute, car inscrite comme découlant de ses rêves et aspirations qu’elle essaie de transposer dans la vie réelle. Flaubert nous prévient : « Elle avait lu Paul et Virginie et elle avait rêvé la maisonnette de bambous… »
  • Vert comme le champ de tous les possibles. Toile blanche à peindre selon les inclinaisons de son cœur, le rêve est souvent décrit comme un univers à moduler selon sa convenance, selon son désir, la possibilité de refaire le monde à sa sauce et d’y effacer ce qui nous convient le moins. Comme l’indique Baudelaire qui, dans Paysage, faisant fi des saisons et de leur ordre, décide de remplacer l’hiver par le printemps par la force du rêve.

Et quand viendra l’hiver aux neiges monotones,
Je fermerai partout portières et volets
Pour bâtir dans la nuit mes féeriques palais.
Alors je rêverai des horizons bleuâtres,
Des jardins, des jets d’eau pleurant dans les albâtres,
Des baisers, des oiseaux chantant soir et matin,
Et tout ce que l’Idylle a de plus enfantin.
L’Émeute, tempêtant vainement à ma vitre,
Ne fera pas lever mon front de mon pupitre ;
Car je serai plongé dans cette volupté
D’évoquer le Printemps avec ma volonté,
De tirer un soleil de mon cœur, et de faire »

  • Gris comme une prémonition. Parfois, le rêve décale le cadre temporel en brouillant passé, présent et futur. Il introduit des actions ou personnages de façon subtile afin d’étoffer un mystère ou l’imaginer. À l’exemple de Notre dame de Paris de Victor Hugo où Esméralda souligne « Il y a longtemps que je rêve d’un officier qui me sauve la vie. C’était de vous que je rêvais avant de vous connaître, mon Phœbus. Mon rêve avait une belle livrée comme vous, une grande mine, une épée. »

Pour vous, quelle couleur a-t-il ?



Citer ce billet
laurenayap (2023, 22 décembre). L’art en ciel du rêve. Festival Transversales. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/veuf

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search