Pour Hell

Je sais que cela semble tiré par les cheveux, mais je vous prie de me croire, tout s’est exactement déroulé ainsi. En un enchâssement de fondu au noir, dans une rivière d’etcetera, 1m55 d’enfer m’ont ouvert, le temps d’un baiser, les portes du paradis. Je l’appelle Hell, en ces quatre lettres se résume ma plus grande folie.

Je l’ai rencontrée tard un soir, au milieu d’une guerre, celle de mon cœur et de ma raison, sous un ciel étoilé, mais zébré d’éclairs, comme si la nature n’arrivait à se décider, coincée entre le rose et le gris, entre la catastrophe et le conte des mille et une nuits. Elle paraissait perdue dans ce monde, comme un corps en errance, sans logique, sans but, avec des yeux lourds qui avaient oublié comment pleurer. Elle ne m’avait pas vu donc j’ai pris le temps et le plaisir de savourer son visage qui, quoique pâle, cachait une sauvage beauté, de celles qui happent et hantent l’esprit, de celles dont on ne se rassasie jamais, de celles affreuses, prélude de chute et de danger. La faute à Baudelaire si aujourd’hui je noircis ces pages. Avant de l’avoir lu, j’appréciais tout en humain et par la suite il m’a montré que les Fleurs du mal pouvaient faire du bien.

Je divaguais, me perdant à loisir dans ma tête et mes idées, quand soudain elle leva ses yeux vers moi. À l’instant, je m’excuse de me montrer si peu original, tous les clichés se sont produits. J’ai senti mon cœur battre plus vite, j’ai senti mon regard se noyer dans le sien, j’ai senti ses yeux me marquer telle une fatalité. On dit que les yeux sont le miroir de l’âme mais dans ses sombres iris, j’ai vu un infini, obscur, j’ai vu ma vie finie finir. Mes sens se sont crispés, j’ai senti les flammes de l’enfer me caresser, proche de l’agonie et de l’extase en même temps…

La faute à Baudelaire si je noircis ces pages, avant de l’avoir lu, j’aurais fui, j’aurais été sauf, je n’aurais pas apprécié leur chaleur, je n’aurais pas apprécié leur brûlure, je n’aurais pas aimé cette douleur qu’à cet instant la cicatrice de leur souvenir me procure. L’ironie a voulu qu’habitué à faire le mal (mâle) je sois mis à terre par une femelle (une femme, Hell).

Que ce jour soit damné et moi avec pour avoir été si con, oui un condamné ; prisonnier de mes sens, de sa noirceur, de son innocence, de sa presque candeur, du grand bal que jouaient de si gros contrastes sur un si petit corps. J’ai souvent été marginal et son attitude bancale m’a séduit, tout en elle était incongru, décalé, trop ou pas assez, elle laissait ses jambes frêles la guider, la ligne de ses lèvres toujours droite. Elle semblait porter toute la douleur du monde, comme si en elle habitait toute la souffrance humaine et moi, et moi eh bien, je voulais déflorer ce petit bout de femme qui me semblait vierge de tout bonheur.

Le temps d’une étreinte, je l’ai connue au superlatif, à l’hyperbole, inlassablement, intensément, inexorablement, fatalement, inconditionnellement, répétitivement. Dans mon cœur une bombe, une gradation croissante, une putain d’exagération épuisante, prenante, réelle et cruelle, un amalgame tellement intense que j’en suis encore presque dépressif. Malade d’amour au propre comme au figuré. Alors que sur ses lèvres commençait à naître l’ombre d’un sourire, sa noirceur m’a pris en otage… j’ai sombré avec elle, pour elle, contre elle. Je suis tombé amoureux et je n’ai pas perdu que mes yeux. Fou, entre ses lèvres j’ai égaré ma raison et, comble de la chose, je me sentais bien, tellement bien que ça m’a détruit, anéanti, tué, saccagé, exterminé, assassiné, trucidé, éliminé, déchiré, supprimé, zigouillé, malmené quand mon réveil a sonné et me l’a enlevée.

Depuis, je cherche un bout de Hell sur toutes les peaux que je caresse, sur toutes les lèvres que j’embrasse, dans tous les cœurs que je brise. Depuis ce jour, je m’endors avec l’espoir de la retrouver, dans un nouveau rêve, tard, un soir, au milieu d’une guerre, celle de mon cœur et de ma raison. Sous un ciel étoilé, mais zébré d’éclairs, comme si la nature n’arrivait à se décider, coincée entre le rose et le gris, entre le film d’horreur et le conte de mille et une nuits. Encore une fois, rien qu’une seule fois.



Citer ce billet
laurenayap (2023, 22 décembre). Pour Hell. Festival Transversales. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/veue

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search