L’imaginaire de l’enfance dans “Seven” de Taylor Swift

Le 24 juillet 2020, Folklore marque le retour inattendu de la star de la pop, Taylor Swift. Après avoir raflé toutes les récompenses et constitué un noyau fort de fans avec sa musique country, puis changé son image pour se tourner vers la musique pop, elle surprend le monde de la musique en sortant un album qualifié par la critique de “indie-folk” ou “folk-alternatif”. Le 11 décembre de la même année, elle révèle son neuvième album, Evermore, qu’elle qualifie elle-même de “folklore’s sister record”. 

Pour la première fois, elle réalise des albums inspirés en grande partie d’histoires qui ne sont pas les siennes, ou du moins partiellement. En plein milieu d’un contexte sanitaire compliqué, elle crée un univers composé de chansons et de personnages fictifs qui se répondent parfois, et d’une identité visuelle autour de la nature. Au sein de Folklore, une chanson retient particulièrement mon attention quant aux thèmes de l’enfance et du rêve. 

L’enfance comme état de nature

Dans la chanson “Seven” écrite par Taylor Swift et Aaron Dessner, la chanteuse met en voix une amitié d’enfance. Elle adopte tantôt le point de vue d’un adulte se souvenant de son enfance, et tantôt le point de vue de l’enfant lui-même.

Please picture me

In the trees

I hit my peak at seven

Feet in the swing

Over the creek

I was too scared to jump in

But I, I was high in the sky

With Pennsylvania under me

Are there still beautiful things?

S’il-te-plaît imagine moi

Dans les arbres

J’ai atteint mon apogée à sept

Pieds dans la balançoire

Au dessus du ruisseau

J’avais trop peur de sauter dedans

Mais j’étais en haut dans le ciel

Avec la Pennsylvannie en dessous moi

Y-a-t’il toujours de belles choses ?

Au premier abord, le thème de l’enfance ne semble pas évident. Il faut pouvoir saisir l’ambiguïté d’un des vers : Taylor Swift chante “I hit my peak at seven” marque une pause et complète sa phrase par “feet”. A l’écoute, le premier sens est celui de “J’ai atteint mon apogée à sept ans” mais il est vite remplacé par “J’ai atteint mon apogée à sept pieds”, c’est-à-dire approximativement deux mètres. Le motif de la hauteur qui prend le dessus est alors synonyme de liberté absolue et est mis en relation avec l’isotopie de la nature. Pour cause, la nature joue un rôle essentiel dans l’album. Dans “Seven” elle est saisie sous le prisme de l’enfance et de la liberté. Ainsi, en parlant de cette chanson dans un documentaire-concert (Folklore : The Long Pond Studio Sessions), elle explique vouloir parler de l’enfance comme un état de nature et donc de liberté, elle y chante plus loin : 

Please picture me     

In the weeds                  

Before I learned civility       

I used to scream ferociously     

Any time I wanted      

S’il-te plaît imagine moi

Dans les herbes

Avant que j’apprenne la civilité

Je criais férocement

Dès que je le voulais

L’enfance est alors peint comme un état animal, pré-civilisationnel, affranchi des contraintes sociales et au plus proche de la nature.

Yeux d’adultes, yeux d’enfants

Mais c’est surtout une histoire d’amitié que la chanson relate. Pour ce faire, le “je” adulte qui raconte cette amitié, utilise un vocabulaire simple, comme s’il incarnait si bien son état de remembrance, que ses mots exacts d’enfants surgissent.  

Sweet tea in the summer                             

Cross your heart, won’t tell no other              

And though I can’t recall your face

I still got love for you

Your braids like a pattern

Love you to the moon and to Saturn

Du thé sucré en été

Croix de bois croix de fer, je ne le dirais à personne

Et même si je ne me souviens pas de ton visage

J’ai toujours de l’amour pour toi

Tes tresses comme un modèle

Je t’aime jusqu’à la lune et jusqu’à saturne

Cet adulte s’adresse à un “tu” qui vit manifestement une enfance difficile. C’est ainsi que le “je” incarne soudainement l’enfant qu’il était et s’exprime comme tel : 

And I’ve been meaning to tell you

I think your house is haunted

Your dad is always mad and that must be why

And I think you should come live with

Me and we can be pirates

Then you won’t have to cry

Or hide in the closet

Et je voulais te dire

Que je pense que ta maison est hantée

Ton père est toujours en colère et ça doit être pour ça

Et je pense que tu devrais venir habiter avec

Moi et on pourrait être des pirates

Alors tu n’auras plus à pleurer

Ou a te cacher dans le placard

L’enfant qui ne peut pas comprendre la situation essaie d’en faire sens à sa manière. Notons qu’il est possible de voir un double sens dans le dernier vers. Il peut faire référence au besoin matériel de se cacher de l’enfant qui essaie d’échapper à la colère de son père, mais nous pouvons aussi faire l’hypothèse que l’expression “se cacher dans le placard” fait référence à une possible homosexualité. Cette deuxième interprétation ne relèverait plus du vocabulaire d’enfant, ainsi l’artificialité de cette parole supposément enfantine est révélée, il s’agit bien de l’adulte qui surgit. Plus loin elle chante : 

Pack your dolls and a sweater

We’ll move to India forever

Prends tes poupées et un pull

On va déménager en Inde pour toujours

L’enfance est encore une fois caractérisée par une spontanéité, une bienveillance et une naïveté touchante. Cette interprétation du monde altérée, tout comme ce réceptacle de solutions infinies relève du royaume de l’imaginaire des enfants. Le rêve surgit à la fois sous la forme d’un désir d’ailleurs, ou plutôt d’un besoin de s’extirper d’une situation traumatique, mais aussi comme une façon simple et magique de voir le monde propre aux enfants.

Passed down like folk songs…

Au delà de la vision du monde qui leur est propre, ce texte laisse transpirer un imaginaire autour de l’enfance même et de ses relations qui semblent ainsi totalement pures, relevant presque du mythe. Pour cause, au cours de la chanson, Taylor Swift répète :

Passed down like folk songs

The love lasts so long

Transmis comme des chansons folks

L’amour dure si longtemps

L’histoire se retrouve propulsée non plus au simple statut de souvenir mais, à celui de “chanson folk”. Ce terme de “folklore” qui est défini par la chanteuse elle-même sur les réseaux sociaux comme “un récit […] qui est transmis et chuchoté. Parfois même chanté”, où “les lignes entre l’imaginaire et la réalité sont brouillées et les limites entre la vérité et la fiction deviennent presque indiscernables”. Pour elle, “la spéculation, avec le temps, devient un fait. Les mythes, les histoires de fantômes et les fables. Les contes de fées et les paraboles. Les ragots et la légende.” Les histoires folks sont en fin de compte “les secrets de quelqu’un écrits dans le ciel pour que chacun puisse les garder.” Dans cette optique, la tension entre les instances du “je” dans la chanson sont d’autant plus exhibées tout comme la problématique du souvenir. En somme, Taylor Swift développe, à travers des yeux au souvenir de la jeunesse, un idéal onirique et nostalgique autour de l’enfance.

Ces deux vers relèvent en outre d’un procédé métapoétique. Non seulement la chanteuse mentionne des “chansons folks” alors même qu’elle en chante une, mais elle mentionne aussi le “folklore” de l’histoire qu’elle raconte (et donc de sa chanson), c’est-à-dire sa fictionnalité, mais aussi son activité de transmission notamment oral. Taylor Swift réalise un exercice poétique en utilisant les outils qu’elle définit comme folkloriques et qui selon elle définissent son album. Ainsi la chanson “Seven” devient le représentant parfait de Folklore en tant qu’elle est un exercice de style concentrant l’essence du genre poétique et musical auquel Taylor Swift s’essaie.

Taylor Swift via X


Citer ce billet
Clémentine Noblet (2023, 18 décembre). L’imaginaire de l’enfance dans “Seven” de Taylor Swift. Festival Transversales. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/veu4

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search