Le rêve dans la littérature jeunesse : l’exemple d’Oniria de B.F. Parry

Titre : Oniria, Livre 1 : Le Royaume des Rêves

Autrice : B.F. Parry

Maisons d’édition : Hachette et Hildegarde

Année de parution : 2014

Nombre de pages : 336

L’histoire

Eliott, 12 ans, a perdu sa mère quand il était petit. Depuis lors, son père s’est remarié à Christine, une femme carriériste avec qui il n’a jamais vraiment pu s’entendre. Heureusement, il peut compter sur sa grand-mère, Maminou, qui vit avec eux. Lorsque le père d’Eliott tombe gravement malade, c’est le drame, Christine veut déménager à Londres pour recommencer une nouvelle vie. Eliott refuse d’abandonner son père, surtout depuis que Maminou a déclaré qu’il était possible de le sauver. Le père d’Eliott serait prisonnier d’un monde fait de rêves et de cauchemars : Oniria. Sur les conseils de sa grand-mère, Eliott va donc arpenter ce monde pour guérir son père. Mais une fois sur place, tout est plus compliqué que prévu !

Oniria, le pays des rêves…

La grand-mère d’Eliott va lui faire don d’un sablier spécial. S’il s’endort avec ce sablier autour du cou, Eliott se retrouvera à Oniria. Il aura alors des pouvoirs de créateur. Un créateur est un visiteur d’Oniria qui peut, à l’aide de sa concentration créer tout ce qu’il veut. Cependant, il faut avoir un sens du détail exceptionnel et cela demande beaucoup d’énergie.

Notre jeune héros se retrouve donc plongé dans le pays des rêves, endroit dont il ignore tout ou presque. Lorsqu’il pénètre dans ce monde pour la première fois, il n’y croit pas vraiment, tout lui semble très bizarre, ce que l’autrice arrive très bien à faire ressentir au lecteur avec des descriptions loufoques. Eliott est alors en plein cauchemar, sa belle-mère, Christine, est devenue un monstre de cinq mètres de haut qui hurle qu’elle va l’envoyer en pension et qui lui jette des livres de maths à la figure. Alors qu’il peine à prendre le dessus sur le monstre, un escadron arrive pour capturer le cauchemar, un de ses membres blesse Eliott. Il se réveille, en sueur, et découvre qu’il a réellement été blessé lors de son rêve. Ce qui se passe à Oniria peut donc avoir des conséquences sur sa vie.

Sa deuxième visite dans le monde des rêves est plus calme. Eliott arrive dans un jardin enchanté qu’il a lui-même imaginé.

Il avait beau s’y attendre, il est ébahi par le spectacle qui s’offrit à lui quelques minutes plus tard. Des centaines d’arbres fruitiers, tous magnifiques ; un parfum de fruits mûrs et de chocolat ; des enfants se pressant autour d’un distributeur de crème Chantilly… Tous les détails étaient là. 

PARRY B.F.,Oniria, Livre 1 : Le Royaume des Rêves, Hachette et Hildegarde, 2014, p. 85

C’est également la première fois qu’Eliott va expérimenter ses pouvoirs de créateur en faisant apparaître une fontaine. Il y arrive du premier coup, ce qui est plutôt exceptionnel. Ainsi, Oniria est dépeint au lecteur comme un monde où il est possible de concrétiser tous ses rêves.

Mais Eliott va vite se rendre compte que tout est plus compliqué qu’il n’y parait.

… et des cauchemars !

En se baladant dans le jardin enchanteur Eliott tombe sur le message suivant :

Pour Eliott, le message est clair : il court un danger. Oniria n’est finalement pas le rêve éveillé qu’elle semble être. Avec ce message, le lecteur comprend qu’une certaine catégorie de la population est obligée de s’enregistrer, tandis que le reste est fortement encouragé à aider la police locale. Immédiatement le lecteur est forcé de se méfier.

Ce n’est que le début. Après quelques péripéties Eliott se retrouve devant la reine Dithilde, celle qui semble être à l’origine du message. Cette dernière lui explique qu’une créatrice a été tuée par un cauchemar il y a quelques années et que pour leur bien à tous ceux-ci doivent rester enfermés dans une ville à l’écart. Une police spéciale a été créée, la CRAMO, la Cellule de Renseignement, d’Attrapade et de Maintien de l’Ordre. À cet instant précis, l’histoire prend une autre tournure, il est question d’une partie entière de la population qui est discriminée et enfermée en raison d’un crime commis par une seule personne. L’affaire semble louche et ressemble plutôt à un prétexte. Les cauchemars sont littéralement parqués dans une ville étroite. La reine Dithilde a mis en place un système concentrationnaire dont se méfie Eliott. Le vrai cauchemar ne serait donc pas ceux que l’on nomme ainsi mais plutôt la discrimination dont ils sont victimes.

La reine Dithilde informe Eliott que les cauchemars seraient en train de mener une rébellion. Pour la mater, elle a besoin de ses pouvoirs de créateur afin qu’il imagine une armée. Sous le choc de ces révélations Eliott ne sait pas comment réagir : la réaction de la reine lui parait extrême, il connaît mal la situation et il ne veut pas se retrouver coupable d’un déchaînement de violence.  

Le message de l’autrice est clair, les cauchemars en ont peut-être l’apparence mais ce ne sont pas eux les véritables monstres, les rêves peuvent aussi être contaminés par la violence et la discrimination. B.F. Parry profite de son intrigue pour semer des éléments de réflexion sans pour autant sortir d’Oniria.

La recette parfaite du héros pour adolescents

Dans ce roman, qui est destiné plutôt aux 9-11 ans, tout est fait pour séduire les lecteur·ices adolescent·es. Eliott est un garçon comme les autres qui a grandi tout à fait normalement, de fait, il est facile de s’identifier à son personnage. Mais B.F. Parry va reprendre un trope bien connu de la littérature fantastique, le héros du roman est l’élu. Eliott bien qu’il ne le sache pas au début est une personne spéciale, c’est le seul à pouvoir résoudre les problème d’Oniria. Il a été choisi par une puissance supérieure. C’est un procédé souvent utilisé par les auteurs de littérature jeunesse et qui séduit le lectorat. Dans les séries Oksa Pollock, Percy Jackson, ou même Harry Potter, le héros connaît à chaque fois un destin spécial dont il ignore tout au début.

Eliott c’est aussi un personnage qui n’a pas été gâté par la vie. Il n’est pas spécialement heureux et vit des choses difficiles comme beaucoup d’adolescents. Il se fait harceler au collège, dans de multiples scènes il doit faire face à ses harceleurs qui l’agressent, il n’a pas de très bonnes notes et il a perdu sa mère. Lui donner un destin fantastique, c’est une façon pour l’autrice de donner de l’espoir aux adolescents qui peine à surmonter ce qui leur arrive.

Une couverture qui vend du rêve

Le roman Oniria a été édité conjointement par les éditions Hachette et Hildegarde. Pour rendre ce roman aussi onirique que son contenu les deux maisons d’édition ont décidé de réaliser la couverture en impression lenticulaire. Il s’agit d’un procédé qui permet de produire des images qui donnent une impression de relief ou qui changent en fonction de l’angle de vue.

Le roman contient également des illustrations imprimées sur un papier glacé au milieu de l’histoire. Ce sont des illustrations de moments clé du roman.

Oniria : un roman à ne pas rater

Oniria est un roman bien rythmé avec un plot, celui des rêves, qui est original et très intéressant. L’écriture de l’autrice est fluide, pour ne pas ennuyer les jeunes lecteurs mais l’intrigue n’en est pas pour autant trop simplifiée. La multitude des thèmes abordée sous couvert de l’intrigue rend cette histoire très intéressante.

Le petit +, pour ceux qui auraient vraiment accroché, c’est une série en 4 tomes !

D’autres romans jeunesse sur le thème du rêve


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
manondebaets (18 décembre 2023). Le rêve dans la littérature jeunesse : l’exemple d’Oniria de B.F. Parry. Festival Transversales. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/veu2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search