Camille Laurens et Philippe Vilain : réflexions sur les pratiques d’écriture

Cet article a été rédigé par Agathe Legrand, étudiante en Master 1 Littérature Générale et Comparée

Le samedi 30 novembre, de 15h30 à 17 h, le festival Transversales accueillera Camille Laurens et Philippe Vilain. En effet, la neuvième édition du festival porte sur le thème « Ecrire(s) ». Quoi de mieux pour s’interroger sur les pratiques d’écriture et la littérature en général que des écrivains qui, eux-mêmes, se questionnent sur leur métier ?

Camille LAURENS a Paris le 11 mai 2017 © Philippe Matsas 2017

Camille Laurens est l’autrice de nombreux romans. Parmi ceux-ci, nous pouvons citer Philippe, L’Amour, roman, Dans ces bras-là… Si les débuts de l’autrice ont été marqués par des œuvres fictives purement imaginaires, la rupture intervient en 1994, avec son troisième roman Philippe. Pour raconter la perte de son fils, Camille Laurens se livre donc dans une autofiction, chemin littéraire qu’elle poursuit et approfondit depuis. Elle s’intéresse à la psychanalyse et l’autofiction apparaît comme une cure, du moins, comme elle le souligne : pour elle seulement. L’intérêt pour cette invention freudienne n’est pas anodin : si la psychanalyse s’intéresse à la psyché, aux troubles de l’esprit, aux maux ; elle s’intéresse aussi aux mots. Et c’est bien ce que fait également Camille Laurens. En parallèle de ses autofictions, la romancière écrit pour des revues scientifiques, donne des colloques où elle réfléchit sur l’écriture et sur son écriture. Ses romans sont riches de jeux de mots, de jeux avec la langue – pas forcément sur le ton humoristique. C’est un procédé qui, pour elle, fait travailler le langage et permet de le décoder, de mettre à nu les conventions qui se cachent derrière.

Philippe Vilain

Philippe Vilain sera lui aussi présent le 30 novembre, mais il participera également à la journée d’étude le 29 novembre, « Ecritures critiques », en compagnie entre autres d’Hervé Joubert-Laurencin,enseignant-chercheur en études cinématographiques et cinéaste, et David Vasse, également enseignant-chercheur en études cinématographiques. Philippe Vilain, tout comme Camille Laurens, a une pratique réflexive de son écriture. Il est romancier, essayiste et enseignant-chercheur. Auteur de romans s’apparentant à l’autofiction tels que L’Eté à Dresde, La femme infidèle ou encore Pas son genre adapté au cinéma en 2014 par Lucas Belvaux (le film sera projeté à l’issue de la rencontre, samedi 30 novembre, à 18h15 au CinéTNB), il tente de définir ce genre qui semble se dérober à toutes les étiquettes. Pour lui, l’autofiction est un pacte contradictoire à cause de la tension entre autobiographie et roman qu’il produit. Il écrit également des textes non littéraires sur Marguerite Duras ou sur Victor Hugo qui lui permettent de réfléchir aux pratiques d’écriture. Pourquoi écrit-on ? Encore une fois, la réponse qu’il livre dans « Témoignage d’un écrivain : du cœur à l’esprit : intermittent à moi-même »1 ramène à l’autofiction, puisque écrire, c’est un «  rêve d’une unité de [s]oi » et que c’est «  dans l’écriture par littérature qu[‘il] le réalise ».

Ces deux auteurs ont donc beaucoup en commun : ils écrivent de l’autofiction et réfléchissent sur leur art. Mais ils ont également un troisième point commun : leurs romans traitent majoritairement d’amour, et notamment d’amours déçues. Si le livre de romance est souvent relégué en bas des étagères, Camille Laurens et Philippe Vilain s’interrogent et questionnent l’amour contemporain, prouvant ainsi que le roman d’amour et la réflexion qu’il apporte n’est certainement pas moins intéressant que d’autres. Qu’est-ce qui se joue entre le moment où tout va bien, et le moment où tout bascule ? C’est la question qu’ils posent dans leurs romans. Et peut-être que la réponse est elle aussi liée à l’usage de l’autofiction.

  1. « Témoignage d’un écrivain : du cœur à l’esprit : intermittent à moi-même », Les intermittences du sujet : écritures de soi et discontinu, Rennes, PUR, 2016 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.