Le Retour de Sahin : quand le rêve tourne au cauchemar

« Je menais une vie ordinaire, mais je rêvais de voyage, d’amour, de liberté, d’épique et de magie… »
©Hachette Romans

Avez-vous déjà éprouvé l’envie de découvrir de nouveaux horizons ? Ici, on ne parle pas simplement de changer de pays ou de partir en vacances dans un lieu exotique. Non, la question est plutôt : avez-vous déjà éprouvé l’envie de découvrir un nouveau monde, un monde magique où les créatures fantastiques prennent vie, où la vie devient une aventure, où la routine n’existe pas ?

Ces questions, Shaï se les est déjà posées. Elle est une étudiante rêveuse avec une soif d’aventure intarissable. Un soir, alors qu’elle fête son anniversaire avec ses amis, sa vie prend un tournant inattendu : elle se retrouve projetée dans une dimension parallèle à notre monde, où la magie imprègne les lieux. Pour autant, ce monde, nommé Oshen Saddun, ne ressemble en rien à ce qu’elle imaginait. Là-bas, le chaos règne et détruit tout sur son passage. En plus, la voix d’un homme ne semble pas vouloir quitter son esprit, l’incitant à sauver son peuple disparu depuis des années à cause de l’extinction de son astre, Sahin. Cet inconnu violent et antipathique directement tiré du passé repose tous ses espoirs sur cette adolescente perdue dans un monde dont elle ne sait rien.

L’arrivée de Shaï à Oshen Saddun est-elle donc synonyme de cauchemar éveillé ou, au contraire, le début d’une aventure héroïque comme elle en a toujours rêvé ?

Le rêve qui tourne au cauchemar…

Beaucoup d’entre nous ont pour habitude de souffler leurs bougies le jour de leur anniversaire, et de faire un vœu en même temps afin de garantir une nouvelle année prometteuse. C’est de cette manière innocente que Shaï l’a fait, bien qu’elle aurait dû se méfier de ses propres désirs. Oshen Saddun avait tout d’un monde fantastique où tout le monde rêverait de se rendre pour ses vacances d’été : composée de cinq royaumes possédant chacun leur propre astre, cette dimension accueille des peuples tous plus différents les uns que les autres. Seulement, c’est lors du cycle de Sahin qu’elle découvre ce monde pour la première fois. Désolation et destruction l’accueillent, faisant surgir une envie de rentrer chez elle et de retrouver son confort routinier. 

Cette vision cauchemardesque nous est imposée dès le deuxième chapitre. Shaï se réveille après avoir perdu connaissance lors de sa soirée d’anniversaire. Elle reprend connaissance sous les cris d’un inconnu l’exhortant à se réveiller. À son réveil, Shaï découvre un paysage apocalyptique, où les habitants semblent tous fuir quelque chose. Dehors, il fait nuit et la pluie s’abat sur ce village inconnu, des éclairs zébrant le ciel. Après que tout le monde a quitté le village et que Shaï se soit retrouvée seule, une ombre destructrice avance et détruit tout sur son passage. Le cheval qui l’accompagne se retrouve même grièvement blessé par cette ombre, ses deux membres antérieurs ayant été amputés. Terrorisée, notre héroïne est contrainte de rester enfermée pendant plusieurs semaines, le temps que le cycle de Sahin, responsable de cette ombre, se termine. Durant son isolement, les voix dans sa tête se taisent, elle est donc seule avec ce cheval en convalescence. Cet enfermement de plusieurs semaines contribue à renforcer sa vision très pessimiste et sombre du monde dans lequel elle a atterri contre sa volonté.

« Il arrive que nos désirs soient trop ambitieux, utopiques, parfois même fous. On fantasme une vie, on rêve d’un destin grandiose et d’une existence hors du commun, méprisant un quotidien ordinaire. Puis un jour, on réalise que les destins grandioses ne sont pas faits pour tout le monde, et que derrière ces existences extraordinaires se cachent bien souvent souffrances, sacrifices et solitude. »

Bien que le monde extérieur soit déjà bien assez horrible pour elle, ses tourments intérieurs qui résident dans la voix de Noone, ce prince de l’ombre qui ne fait que lui donner des ordres dans sa tête, ne font que la ronger davantage. En effet, ce personnage que l’on surnomme « le prince déchu » ne fait que lui aboyer des ordres alors même qu’elle ne reconnait pas le monde dans lequel elle est. De plus, grâce à ses pouvoirs, il peut choisir de la forcer à faire certaines choses, ce qui le fait passer de simple inconnu à persécuteur de l’au-delà. Alors que lui et Sariq représentent sa seule compagnie humaine, le mental de Shaï est mis à rude épreuve, surtout qu’il ne fait que pointer du doigt ses incapacités magiques et physiques. Pour autant, c’est en apprenant à connaitre ces personnages mystérieux qu’elle finira par accepter sa situation et, peut-être, à considérer que tout n’est pas que tragédie.

Le cauchemar qui se transforme en rêve…

Bien que les attentes de Shaï vis-à-vis du monde dans lequel elle atterrit soient très éloignées de la réalité, notre héroïne, au fil de l’intrigue, finit par entrevoir les bons côtés d’Oshen Saddun. Plusieurs éléments viennent illuminer ce qui s’apparentait au départ à l’un de ses pires cauchemars. Nous pourrions même dire que le rêve porte un nom : le Prince déchu.

En effet, depuis le début du livre, Shaï est totalement soumise au bon vouloir de cette voix dans sa tête. Autoritaire, maléfique, sombre, Noone a tout de l’antagoniste prêt à tout pour ses propres intérêts. Pour autant, à force de discuter avec cette voix du passé, Shaï se rend compte que cet homme est loin de l’image malfaisante qu’elle s’était imaginée dans sa tête. Plusieurs facettes de ce personnage finissent par se dévoiler. Ainsi, Shaï se prend à espérer qu’une relation amoureuse pourra naître avec cet homme, ou plutôt ce fantôme du passé. Parce que oui, cette relation est impossible : Shaï fait partie du monde réel, du présent, et malgré ses efforts pour sauver Sahin, et dans le même temps, tout un peuple qui dépend de la survie de cet astre, le Prince déchu n’est qu’un homme en sursis, faisant reposer tous ses espoirs sur les frêles épaules de Shaï.

Hormis sa rencontre mentale avec Noone, Shaï fait également la connaissance d’autres personnages qui finiront par la rejoindre dans sa quête pour sauver le peuple de Sahin : Komé, Sariq et Hawa. Dès le début de leur rencontre, une espèce d’alchimie semble relier les membres de ce groupe pour le moins original. Sariq est le premier personnage qu’elle rencontre : il est ce qu’on pourrait appeler l’apprenti de Noone, destiné à devenir le prochain prince régnant sur le royaume de Sahin. Pour autant, Sariq reste un jeune garçon qui a encore gardé toute sa malice et son innocence, malgré le fait qu’il vive à la même époque que Noone et que ses semblables soient sur le point d’être massacrés par un cataclysme sans précédent. Pour ce qui est de Komé et Hawa, la relation qu’ils entretiennent avec Shaï est bien différente. En effet, Shaï ne connait presque rien d’eux, alors qu’eux connaissent presque tout d’elle. Pour autant, notre héroïne va rapidement leur faire confiance et les intégrer dans son groupe rapproché. 

Cependant, le rêve ne réside pas seulement dans les personnages qui deviendront ses alliés inséparables, mais aussi dans la quête en elle-même. En effet, grâce à Noone et à la mission qu’il lui confie, Shaï parvient à devenir l’héroïne qu’elle a toujours rêver d’être. Pour elle, hormis le décès tragique de son père, son pire fardeau dans sa vie était la monotonie de celle-ci. Dessinatrice, elle adorait griffonner sur les pages de son cahier des créatures fantastiques et leur inventer des destins toujours plus loufoques les uns que les autres. C’était d’ailleurs devenu un jeu avec sa meilleure amie :

« Quelle est son histoire ?
—Une princesse maudite, transformée en bête immonde pour l’éternité.
—Qu’est-ce qu’elle a fait pour mériter un tel sort ?
—Rien. Elle n’a rien fait. C’est elle qui a choisi. Elle en a eu marre de n’être que le joli minois de l’histoire. »

Nous pouvons d’ailleurs comparer l’histoire de cette princesse à la beauté perdue avec le destin de Shaï dans la suite de l’histoire. Bien que celui-ci lui soit imposé d’une certaine manière par une magie mystérieuse, Shaï finira par accepter son sort, jusqu’à douter de son envie de retourner dans son monde. Ainsi, la différence entre cette princesse maudite et cette étudiante est moins importante que ce que l’on croit. Elles ont toutes les deux choisi une voie différente de celle attendue : l’une a décidé d’abandonner sa beauté pour être plus qu’une simple princesse à sauver, l’autre a décidé d’abandonner le confort de chez elle pour aller sauver le monde. Bien qu’au début elle croyait à un kidnapping, que tout semblait être dangereux et mortel autour d’elle, elle se rend compte qu’elle avait finalement obtenu la vie qu’elle avait toujours voulu, une vie remplie « de voyage, d’amour et de liberté, d’épique et de magie ».

En conclusion, le rêve se manifeste de plusieurs manières dans Le Retour de Sahin. Maëlle Poe nous plonge dans un univers immersif, d’abord cauchemardesque où l’héroïne fait face à l’inconnu et à des dangers qui semblent insurmontables. Cependant, le cauchemar tourne peu à peu au rêve, d’une part lorsqu’elle apprend à connaitre les personnes qui l’entourent (que ce soient Noone et Sariq dans sa tête ou Komé et Hawa dans la réalité) et d’autre part lorsqu’elle endosse réellement son rôle de sauveuse de l’univers (sans exagération). A-t-elle réussi à sauver le peuple de Sahin ? Est-elle rentrée chez elle ? Seule la lecture de ce roman vous le dira. Dans tous les cas, nous attendons tous impatiemment la sortie du deuxième tome en février 2024…


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
romaneludovici (11 décembre 2023). Le Retour de Sahin : quand le rêve tourne au cauchemar. Festival Transversales. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/uub4


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search