Rachel Zegler et Blanche-Neige : les princesses Disney font-elles toujours rêver ?

©20th Century Fox / Disney

En octobre dernier, les studios Walt Disney fêtaient leur centenaire. Que ce soient Pocahontas, la Petite Sirène, Mulan, la Belle au bois dormant ou, plus récemment, la Reine des neiges, Vaiana, Raiponce ou Rebelle, Disney continue d’accompagner des générations entières, de l’enfance jusqu’à l’âge adulte. Afin de faire revivre les princesses que la plupart d’entre nous connaissent depuis toujours, la société de production enchaîne les revisites, sa dernière cible n’étant pas des moindres : la toute première princesse Disney, Blanche-Neige ! Cependant, le choix de l’actrice principale pour incarner cette figure emblématique interroge, puisque c’est Rachel Zegler qui reprend le flambeau laissé par Kristen Stewart et Lily Collins dans les adaptations précédentes. Une actrice hispanique pour interpréter un personnage à la peau aussi blanche que la neige… Certains sont sceptiques, à tel point qu’une vague de racisme à l’encontre de l’actrice a pris possession des réseaux sociaux ces derniers mois.

Le reboot de Blanche-Neige et les sept nains : une énième catastrophe pour les fans !

Le 28 octobre 2023, nous pouvions voir les premières images du remake en live-action de Blanche-Neige et les sept nains. L’actrice choisie pour interpréter ce rôle mythique de la Walt Disney Company n’est nulle autre que Rachel Zegler, actrice américaine d’origine colombienne reconnue notamment pour son rôle principal dans le préquel d’Hunger GamesLa Balade du Serpent et de l’Oiseau chanteur. Ce premier choix va déjà animer certains débats sur la toile.

La nouvelle polémique dont sont victimes les studios Walt Disney avec ce live-action de Blanche-Neige n’est pas une nouveauté pour la société de production. En effet, plus tôt cette année, c’était l’actrice américaine Halle Bailey qui avait dû subir les foudres des internautes. Choisie pour interpréter le rôle d’Ariel dans La Petite sirène, cette actrice n’avait pas fait l’unanimité à cause de sa couleur de peau jugée « hors-sujet ». Ainsi, une certaine forme de racisme normalisé avait pris possession des réseaux sociaux, malgré le fait qu’hormis la couleur de peau d’Halle Bailey, les réalisateurs avaient respecté à la lettre le chemin tracé par le dessin animé d’origine. 

Un peu plus tôt, en 2020, la réalisatrice Niki Caro avait aussi fait parler d’elle avec ses choix audacieux concernant la réadaptation du film Mulan. Ici, il n’est plus question d’origine ethnique des acteurs, mais plutôt des remaniements de l’intrigue. En effet, la réalisatrice avait décidé de supprimer complètement le personnage de Shang, enlevant toute romance au film. C’est peut-être ce qui a le plus insatisfait les fans. Pour eux, Disney est une grande histoire d’amour, et cet aspect de la franchise semble disparaitre au fil des films. Les téléspectateurs n’ont plus la possibilité de croire au grand amour qui était omniprésent durant l’âge d’or de Disney.

Tous ces choix semblaient partir d’une bonne intention, à savoir moderniser ces histoires venues d’un autre siècle, renforcer la position de la femme dans l’industrie de Disney, rendre les dessins animés de princesses plus inclusifs. Mais si l’on peut retenir une chose de toutes les critiques qui se sont abattues sur Disney, c’est qu’il ne faut pas toucher aux classiques de notre enfance. De plus, les propos de l’actrice sur le film ont fini de lancer la polémique sur ce film :

« Nous ne sommes plus en 1937. Elle ne sera pas sauvée par un prince, elle ne rêvera pas du grand amour. Cela se sent que la version originale est sortie en 1937, l’accent est mis sur son histoire d’amour avec un gars qui la “stalke”. C’est flippant ! »

Dans cette interview pour le média Extra TV, Rachel Zegler partage son point de vue féministe sur la franchise Disney en expliquant que cette réadaptation prend un tout autre tournant, où l’héroïne va rêver de devenir le leader qu’elle peut être au lieu de souhaiter fonder une famille, tomber amoureuse. Pour autant, cette déclaration a été considérée comme étant très virulente vis-à-vis de toutes ces femmes qui, elles, ont des rêves et aspirations similaires à ceux de Blanche-Neige ou d’autres princesses. Cela nous rappelle d’ailleurs une citation tirée du film Les Quatre filles du Docteur March prononcée par Emma Watson :

« Ce n’est pas parce que mes rêves sont différents des tiens qu’ils ne sont pas importants ! »

Ici, l’actrice britannique nous rappelle qu’être féministe, ce n’est pas forcément rêver d’émancipation vis-à-vis des hommes, mais au contraire d’avoir ses propres rêves indépendamment de la volonté des autres. Pour autant, bien que beaucoup soient en désaccord avec la vision de Rachel Zegler, certains voient en les princesses une approche très stéréotypée de la femme qui peut être dangereuse pour le développement de l’enfant, notamment chez les filles.

Les princesses Disney véhiculent des stéréotypes

Les films Disney interviennent durant une période de notre vie associée à l’apprentissage, à la construction de soi, de son état d’esprit, de ses goûts, de son identité, à savoir l’enfance. Ainsi, les contenus que l’on propose aux enfants sont loin d’être anodins. C’est d’ailleurs un casse-tête permanent pour la plupart des parents : qu’est-ce que je peux montrer ou non ? De ce fait, beaucoup s’inquiètent des effets des princesses Disney sur le développement des enfants, puisque ces personnages transmettent souvent des visions stéréotypées de la femme, que ce soit sur leur physique ou leur tempérament. Cependant, avant de s’intéresser aux stéréotypes que ces princesses génèrent, il est important de noter que toutes les princesses sont différentes et qu’elles évoluent avec le temps.

Selon Juliette Roche dans son article « L’évolution des princesses Disney, de jolies ingénues à femmes badass » publié dans le Cosmopolitan, il existe plusieurs catégories de princesses Disney, chacune possédant leurs propres caractéristiques. Ces catégories classent les princesses Disney dans un ordre chronologique, déterminant plusieurs « ères » de Disney.

  • Blanche-Neige, étant la première princesse Disney, appartient à la première catégorie. Ces princesses sont très passives vis-à-vis de ce qu’il leur arrive, elles ne prennent pas leur destin en main ou ont peur de le faire car ce serait risqué de perdre l’amour de leur vie (qui est souvent un prince qu’elles connaissent à peine). Cendrillon et la Belle au bois dormant sont deux autres exemples de ce groupe. Dans le cas de Blanche-Neige, celle-ci est très naïve, est incapable de se débrouiller seule sans prendre des décisions qui lui sont fatales. C’est le prince qui finira par la sauver, grâce à un baiser d’amour véritable.
  • Ensuite, nous avons les princesses comme Ariel ou Belle qui sont actrices de leur vie, elles ont plus d’espoir pour le futur et se battent pour atteindre leurs objectifs plutôt que de rester dans le chemin tracé par les autres. C’est le cas d’Ariel qui, au lieu de succéder à son père pour régner sur les océans, décide de rejoindre le monde des humains pour être avec le prince Éric.
  • Puis il y a ces princesses courageuses, intrépides que l’on appelle plus familièrement badass. Elles s’émancipent presque du contrôle des hommes, elles n’aiment pas qu’on leur dise quoi faire. Elles exercent même une certaine influence sur la manière de penser des hommes. Pocahontas est le premier exemple de ces princesses d’un tout nouveau genre. Grâce à son esprit sage et son tempérament de feu, elle parvient à sauver son peuple de l’extermination par les colons en convainquant John Smith que son peuple mérite d’être défendu.
  • Enfin, la dernière catégorie rejoint la troisième, puisqu’elle regroupe les princesses imparfaites, proches de nous, celles qui commettent des erreurs, qui sont maladroites, têtues, et qui pourtant séduisent les spectateurs justement parce qu’elles sont imparfaites. De ce fait, nous nous identifions davantage à ces personnages. Tiana ainsi qu’Elsa et Anna sont des figures de cette ère plus moderne de Disney.

Néanmoins, bien que les princesses se rapprochent de la vision féministe que certains ont de la femme, celles-ci transmettent-elles toujours des stéréotypes sur les femmes ? Selon Sarah Coyne et son étude publiée en 2016 dans la revue Child Development, ces films d’animation présentent des risques pour le développement de l’enfant. Bien que son étude ne se révèle pas alarmante quant au bien-être des enfants, la chercheuse note que la consommation de ces films renforce des caractères déjà présents : si une petite fille est complexée par son corps, alors elle cherchera des modèles dans les princesses minces et parfaites de Disney. De plus, les films Disney auraient tendance à renforcer la confiance que les garçons ont en eux tandis que les filles auraient plus l’impression d’être limitées dans leurs perspectives. Pour autant, avec l’accompagnement d’un adulte, ces risques semblent presque nuls.

Mais finalement, qu’est-ce qui fait rêver les enfants ?

La question serait plutôt « qu’est-ce qui fait rêver les adultes ? » Après tout, les enfants ne s’inquiètent pas de toutes les problématiques liées au féminisme, au sexisme et à la société patriarcale. Ce ne sont pas les enfants qui se connectent aux réseaux sociaux pour hurler leur mécontentement sur le prochain remake de Disney et, plus fondamentalement, ce ne sont pas les enfants qui choisissent ce qu’ils regardent. Disney doit, certes, séduire les enfants, mais aussi et surtout les parents. Alors, finalement, faut-il laisser les princesses Disney comme elles sont ou, au contraire, bousculer les traditions et les souvenirs d’enfance ?

Nous pouvons imaginer qu’il n’y a pas de bonnes réponses à cette question. Certes, le monde évolue et, avec lui, des problématiques sociétales liées au genre, à l’identité ou encore au féminisme émergent. Des entreprises aussi importantes que Disney se doivent de les prendre compte et de suivre ces changements d’une certaine manière. Pour autant, y a-t-il réellement un âge où l’enfance s’arrête ? N’y a-t-il pas un enfant qui réside en chacun de nous, et ce, sans contrainte d’âge ? Garder une part d’innocence est pour certains une nécessité absolue concernant la production de dessins animés. Supprimer les histoires d’amour signifierait interdire aux enfants de rêver du grand amour alors que toutes les petites filles ne rêvent pas de devenir PDG d’une grande entreprise ou présidente de la République. 

Pour autant, malgré le mécontentement des fans et les doutes concernant l’avenir des princesses dans l’univers de Disney, le film Blanche-Neige et les sept nains sortira bel et bien en 2025, avec Rachel Zegler en tête d’affiche. Bien que de nombreuses rumeurs aient circulé sur les réseaux sociaux concernant le départ de Rachel Zegler du projet, elle incarnera bien la toute première princesse Disney. L’actrice s’est d’ailleurs exprimée sur le choix de son casting : 

“On n’a pas vraiment l’habitude de voir des Blanche-Neiges provenant d’une descendance latine, bien que Blanche-Neige soit célèbre dans les pays hispaniques. Blanca Nieves est une icône majeure, dans l’univers Disney comme dans les contes des frères Grimm et dans d’autres histoires. Ce n’est pas habituel de voir des héroïnes qui me ressemblent.”

Dans tous les cas, bien que la vague de haine ait monopolisé l’attention, beaucoup sont impatients de découvrir une version plus moderne Blanche-Neige, une version dans laquelle n’importe qui peut rêver d’être une princesse.


Sources :



Citer ce billet
romaneludovici (2023, 11 décembre). Rachel Zegler et Blanche-Neige : les princesses Disney font-elles toujours rêver ? Festival Transversales. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uub5

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search