Clémentine Mélois et Anne-James Chaton : pratiques d’écriture selon les arts

Cet article a été rédigé par Agathe Legrand, étudiante en Master 1 Littérature Générale et Comparée

Le 28 novembre 2019, la neuvième édition des Transversales propose une table ronde sur les pratiques d’écriture contemporaines selon les arts, intitulée « L’Ecriture comme part des arts ». Cet intitulé peut poser question. En effet, peut-on écrire ailleurs qu’en littérature ? C’est le pari que font les artistes qui seront présents autour de cette table ronde, notamment Clémentine Mélois et Anne-James Chaton.

Clémentine Mélois. Photo : DeuxPlusQuatre – Travail personnel

Clémentine Mélois est écrivaine, mais également artiste plasticienne. Elle mêle donc l’image à son écriture. Depuis qu’elle a gagné, à neuf ans, un concours d’écriture qui lui offre 365 livres, elle voue un culte, non pas aux mots, mais bien au livre comme objet. C’est donc tout naturellement qu’elle valide son diplôme de fin d’étude aux Beaux-Arts en mettant en place, dans une boîte à livre, des romans qu’elle a inventé et ses romans préférés pour constituer sa bibliothèque rêvée. Ce mode opératoire n’est pas sans rappeler son ouvrage Cent titres qui là encore mêle écriture et images. Dans ce livre, Clémentine Mélois pastiche les couvertures de classiques en les détournant. Sur la page de gauche, un petit texte explicatif qui éclaire le choix du jeu de mot en donnant un détail de la vie de l’auteur, de l’intrigue de l’oeuvre…

Sinon J’oublie, paru en 2017 chez Grasset, fonctionne sur la même alliance entre image et écriture : à gauche, une photo d’une liste de course trouvée dans la rue, à droit un petit texte faisant parler l’auteur de la liste. Selon la graphie ou le contenu de la liste, Clémentine Mélois a tenté d’imaginer qui pouvait se cacher derrière. Autrement dit, l’image devient une contrainte d’écriture avec laquelle il faut composer.

Anne-James Chaton. Photo : Catherine Hélie/Gallimard

Anne-James Chaton, quant à lui, utilise les sons pour écrire. C’est un poète sonore, un artiste performeur. Il a collaboré avec des musiciens et organisé de nombreux événements autour de la poésie. Ce qui l’intéresse dans l’écriture, donc, c’est le langage comme matériau qui lui permet de construire son texte de façon ludique et avant-gardiste. On peut le qualifier d’avant-gardiste. Dans Elle regarde passer les gens, roman paru chez Verticales, Anne-James Chaton retrace la vie de douze femmes célèbres… sans les nommer. C’est au lecteur de deviner, au travers les phrases courtes et vives, de qui il s’agit. L’effet est presque hypnotique puisque seul le pronom « elle » est utilisé comme sujet, désignant tantôt la femme, tantôt la pièce où elle se trouve, tantôt encore la robe qu’elle enfile, provoquant une confusion pour le lecteur. Le tout bien sûr, crée une musique, comme une litanie, à l’écoute. Beaucoup d’autres œuvres d’Anne-James Chaton sont d’ailleurs accompagnées d’un CD, qui montre l’importance du son pour l’artiste. C’est le cas pour les livres Heretics ou encore Événement 09. D’une manière générale, tous les travaux d’Anne-James Chaton sont mis en voix, de manière partielle ou bien complète.

Nous avons donc deux auteurs à la fois différents, l’un s’exprimant par le visuel, l’autre par le son ; mais aussi semblables : tous deux écrivent. C’est cette pratique de l’écriture qu’il s’agit d’interroger à l’heure où écrire ne veut plus dire tracer des phrases dans un roman, ou plus seulement. L’écriture, depuis longtemps, cherche à se mêler aux autres arts : d’abord avec la musique, lorsque les troubadours jouaient encore du luth ; ensuite au travers de la description, qui rappelle les tableaux de peintres, seulement par des mots. Écrire avec les autres arts permet chaque fois de se fixer des contraintes, mais également libère un espace de jeu immense pour le créateur. Ces démarches peuvent également demander de nouveaux supports : le livre d’artiste pour Clémentine Mélois, le CD pour Anne-James Chaton. Ce sont donc des pratiques à ré-inventer, et pourquoi pas, autour d’une table ronde lors du festival Transversales.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search