Les Cinq Légendes, un film qui vend du rêve ?

Attention : cet article est une revue du film Les Cinq Légendes, par conséquent, il peut contenir des spoilers.

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’à son arrivée dans les salles françaises, en 2012, Les Cinq Légendes a fait un vrai carton. DreamWorks Animation a décidé avec ce film de mettre en avant les légendes de l’enfance, celles qui peuplent les rêves et les cauchemars. Cinq personnages de l’imaginaire collectif vont devoir unir leurs forces contre le croque-mitaine, le voleur de rêves, afin de protéger les enfants.

Titre : Les Cinq Légendes

Réalisateur : Peter Ramsey

D’après : The Guardians of Childhood de William Joyce

Date de sortie : 28 novembre 2012

Avec les voix françaises de : Gaspard Ulliel, Chris Pine, Nolwenn Leroy

Durée : 1h37

Les Cinq Légendes

Les protagonistes sont modernisés et remis au goût du jour. Ainsi, le Père Noël est appelé Nord et il est doté en plus d’une impressionnante carrure, de tatouages et d’un accent russe. L’idée est d’en faire un dur à cuire loin de l’habituel bonhomme rondouillard. Le montage du film poursuit cette idée, les scènes se succèdent rapidement, presque avec brusquerie. Le lapin de Pâques, Bunny, est repensé de la même façon, ses traits sont durs, il est un peu grincheux bien que très drôle et n’est jamais très loin de son boomerang. La fée des dents est surprenante avec sa passion pour les quenottes (même avec du sang dessus !) sans pour autant s’éloigner de la douceur que l’on en attend. Le marchand de sable est muet ce qui donne des scènes assez coquasses et il est entièrement composé du sable qu’il répand, des nuées dorées qui se déversent dans les rues à la nuit tombée pour endormir les enfants et peupler leurs rêves d’espoir, de magie.

La dernière légende est beaucoup moins connue, en tout cas pour nous Français, puisqu’il s’agit de Jack Frost. C’est un personnage issu du folklore anglophone qui transforme tout ce qu’il touche en givre. Bien qu’ayant plus de 300 ans, il est représenté comme un adolescent qui ne pense qu’à s’amuser. Jack Frost est une légende inconnue des plus jeunes et sans cesse éclipsé par les autres légendes. Son apparence juvénile contribue à son aspect merveilleux pour les enfants, principal public de ce film, ils peuvent ainsi s’identifier à lui et rêver posséder pareils pouvoirs.

Ces cinq personnages sont les gardiens des rêves et de l’innocence des enfants. Pour Nord ce qui fait un vrai gardien c’est le fait de voir en premier l’émerveillement, la lumière et la magie pour protéger les enfants.

Du rêve au cauchemar 

Le film s’ouvre sur une scène assez sombre, on ne comprend pas tout de suite ce qui se passe et parallèlement le narrateur prononce cette phrase : « Il faisait sombre, il faisait froid, j’avais peur et puis j’ai vu la Lune elle était énorme, et tellement lumineuse. On aurait dit qu’elle chassait l’obscurité. Et après ça, je n’ai plus eu peur. » D’entrée de jeu, le thème du film est évoqué, il sera question, de peur, de cauchemars, mais surtout de la lumière, de la joie et de l’émerveillement qui les font fuir. Le spectateur assiste aux premiers instants de Jack Frost en tant que tel, il est euphorique lorsqu’il découvre ses pouvoirs et réalise de nombreuses pirouettes et autres figures dans les airs ce qui n’est pas sans nous rappeler une autre personnalité issue des rêves : Peter Pan, le garçon qui voulait rester un enfant. Immédiatement après avoir découvert ses nouveaux pouvoirs Jack Frost se rend dans son village pour partager ce qu’il sait faire mais il est stoppé dans son élan lorsqu’il se rend compte qu’il n’existe pas pour les autres qui lui passent au travers. La joie d’avoir des aptitudes spéciales est vite remplacée par le désespoir de ne pouvoir les partager.

Les rêves vont prendre toute leur importance au moment où ils vont disparaître. Sable va être vaincu par Pitch, le croque-mitaine, dans un combat qui se présente comme une véritable lutte du bien contre le mal. C’est le combat des rêves contre les cauchemars. Sable est touché et contaminé par les nuées noires de Pitch en conséquence la poussière dorée, symbole des rêves, disparaît de l’esprit des enfants endormis, remplacée par des cauchemars.

Pitch Black ou l’incarnation du cauchemar

Véritable antagoniste de ce film, tout chez lui inspire la peur à commencer par son apparence qui n’est pas sans rappeler celle d’un autre méchant bien connu du grand public : Voldemort. Pitch est gigantesque, sa stature est impressionnante, son teint est grisé et il est vêtu de noir, le code couleur du méchant dans les dessins animés. Son palais est également dans les tons gris/noirs, symboles de l’absence d’espoir.

Rapidement, la cruauté de Pitch est mise en avant à travers l’attaque qu’il mène sur le palais des dents. Des nuées noires traversent le ciel, ce sont des chevaux à l’aspect famélique (qui rappellent encore l’univers d’Harry Potter), décharnés, qui sont la véritable personnification des cauchemars et qui kidnappent les fées, de petits êtres sans défense.

Alors que les cinq légendes tentent de réconforter la fée des dents, Pitch apparait au-dessus d’eux, en position de force, avec sa voix grave et caverneuse qui semble venir de partout et nulle part à la fois. Ses motivations nous sont enfin révélées, il veut que les enfants croient en lui, il ne veut plus être dans l’ombre des lits. Cette révélation fait écho à l’histoire personnelle de Jack Frost, invisible aux yeux des autres. Tout au long du film, ce dernier va devoir lutter pour ne pas choisir la facilité d’inspirer la peur plutôt que la joie.

Les rêves, moteurs de l’enfance

Ce sont les enfants les véritables héros de ce film, même si on ne fait que les survoler tous ont une personnalité bien distincte que l’on peut remarquer. Aucun adulte n’apparaît, c’est un film sur les enfants qui doit leur parler. Tous les enfants ont des rêves, même ceux qui paraissent très durs, à l’image de Choupette, qui fait peur aux autres enfants mais qui en réalité, a une chambre rose bonbon et fait des rêves peuplés de licornes.

Après la capture des fées qui ramassent les dents, les enfants se réveillent en constatant que leur quenotte n’a pas disparu et immédiatement ils arrêtent de croire la légende. Ce qui se passe est en réalité très grave puisque les dents sont censées contenir les souvenirs les plus importants de l’enfance, les fées en étaient donc les gardiennes jusqu’à ce que Pitch les vole et réduise les rêves des enfants à néant. Les légendes décident alors de ramasser elles-mêmes les dents afin que les enfants continuent de rêver. Il ne s’agit plus uniquement de lutter contre le croque-mitaine mais de porter secours à des milliards d’enfants partout dans le monde qui ne pourraient plus connaître le bonheur et qui perdraient espoir sans leurs souvenirs si précieux.

L’importance des rêves est matérialisée sous la forme d’un globe représentant la terre. Chaque lumière à sa surface correspond à un enfant qui croit aux légendes. La mission principale des gardiens est de maintenir les lumières allumées c’est le signe qu’ils protègent les enfants. À cause des actions menées par Pitch Black et ses cauchemars les enfants paraissent tous affaiblis, fatigués, la joie semble les avoir quittés au profit de la peur.

Et c’est là toute la morale du film, croire en quelque chose permet de dépasser ses peurs. Un seul enfant demeure animé par ses rêves, Jamie, il ne cesse de croire aux légendes, il est la dernière lumière du globe. Ses croyances vont non seulement permettre à tous les enfants de reprendre possession de leurs rêves mais vont également lui permettre d’éliminer la peur de son cœur. Après avoir déversé ses cauchemars sur le monde entier Pitch va narguer les enfants : « Vous ne croyez toujours pas au croque-mitaine ? » Jamie répond alors : « Je crois en toi, mais je n’ai pas peur de toi. » Pitch a perdu, Sable réapparaît et sa lumière remplace les cauchemars de Pitch qui se retrouve assommé d’ondes positives tandis que le sable doré se déverse dans l’esprit de tous les enfants. Les fées récupèrent également les souvenirs, ce qui achève de combler les enfants de bonheur.

Vaincu, Pitch est devenu invisible pour les enfants et consumé par sa propre peur, il est poursuivi par ses cauchemars.

La phrase de fin prononcée par Jack Frost résume la morale :

« Je suis un gardien. Comment je le sais ? C’est l’homme de la Lune qui me l’a dit, quand l’homme de la Lune dit quelque chose, il faut y croire. »



Citer ce billet
manondebaets (2023, 18 décembre). Les Cinq Légendes, un film qui vend du rêve ? Festival Transversales. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/veu3

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search