Max et les Maximonstres : un voyage imaginaire dans l’enfance

Ce soir-là, une forêt poussa dans la chambre de Max. D’abord un arbre, puis deux, puis trois, des lianes qui pendaient au plafond, et au lieu des murs, des arbres à perte de vue. 

Pour être tout à fait honnête, je n’ai pas réellement de souvenirs d’enfance dans lesquels mes parents me lisaient une histoire. Pas qu’ils refusaient de le faire, mais ce n’était simplement pas la chose qui marchait pour moi lorsque je tentais de m’endormir le soir. Pourtant, je me souviens d’un livre qui m’a marquée quand j’étais petite. Une histoire de monstres, d’un petit garçon qui part à l’aventure sur un bateau, d’un enfant privé de repas avant d’aller se coucher. C’est ça qui m’a le plus marquée. Moi, je n’ai jamais été envoyée au lit sans avoir mangé. Quelle horreur ! Par contre, Max, ce petit garçon dans le livre, a été privé de repas. « Pas de chance », je me disais, « ses parents sont moins gentils que les miens ».

Ce livre, c’est Max et les Maximonstres de Maurice Sendak. Vous le connaissez sans doute. Peut-être même avez-vous été perturbé par cette privation de repas, comme moi. Quoi qu’il en soit, soixante ans après sa première publication, ce livre n’est plus à présenter tant il est connu et apprécié des jeunes comme des moins jeunes lecteurs. Les pages vieillissent peut-être un peu, mais l’histoire continue de résonner dans l’esprit de millions d’enfants devenus grands. Where the wild things are, de son nom original, nous rappelle la magie qui peut découler des moments les plus banals de notre quotidien. Si vous ne connaissez pas cette histoire, laissez-moi vous la raconter. Ensemble, plongeons dans l’univers enfantin et enchanteur de Maurice Sendak. Laissez-vous embarquer dans le bateau de Max et partez, avec lui, à la découverte des Maximonstres…

Max est comme tous les enfants : il lui arrive quelques fois de faire des bêtises, « et puis une autre… et puis une autre ». Ne levez pas les yeux au ciel, entre vous et moi je sais que vous en avez fait aussi ! Bref. Un soir, sa maman décide de le punir et l’envoie se coucher sans avoir manger. « Monstre ! » lui dit-elle. La frustration de Max laisse alors place au rêve et voici que sa chambre se transforme en immense forêt ! Quelques pages plus tard, Max monte dans un bateau et arrive au pays des Maximonstres. Rapidement, il devient leur roi et décide d’organiser une « fête épouvantable ». Puis Max interrompt la fête et punit les Monstres. Il se sent seul et il a faim. Alors le jeune garçon prend la décision d’abandonner les Monstres tout comme il s’est senti délaissé par sa mère. A bord de son bateau, Max fait le chemin inverse qui dure de nouveau un an et un jour. Il arrive enfin dans sa chambre et trouve son repas, encore tout chaud posé sur son bureau ! (Je peux percevoir votre soulagement, oui, Max va enfin pouvoir manger.)

En vérité, ce livre raconte bien plus qu’une simple histoire de dispute entre une mère et son fils. Dans l’œuvre de Maurice Sendak, la notion de rêve est au cœur même de l’histoire. Max est frustré, envahi par des émotions qu’il ne contient pas. Il s’aide alors de son imagination pour créer ce monde et ainsi mieux comprendre et digérer la dispute. L’autorité parentale est en quelque sorte transférée sur les Monstres. Le jeune garçon imagine un monde rêvé dans lequel il est celui qui punit et qui prend les décisions. Il fuit la réalité, encore trop vive et difficile à accepter. Puis, Max se rend compte que son imagination a des limites et que, même si dans ce monde imaginaire il est le roi, rien ne peut remplacer sa maman. Ce rêve lui a permis d’analyser la situation et de la comprendre. Maurice Sendak donne une représentation crédible de ce qu’il peut se passer dans l’esprit d’un enfant. Ici, l’imagination du jeune garçon lui permet d’affronter ses peurs afin de grandir, et d’ainsi pouvoir se confronter à la réalité de manière plus apaisée. Ce voyage imaginaire est également un voyage thérapeutique. Comme tous les enfants, Max a du mal à comprendre et à gérer ses émotions. Son monde intérieur est un méli-mélo de sentiments qu’il n’arrive pas à cerner. L’acte de se projeter hors de la réalité et dans son imagination lui permet de trouver les clefs pour résoudre son problème. Inconsciemment, c’est là aussi ce que l’enfant lecteur peut retenir du livre.

Le récit, la dispute et le repas tout chaud que Max trouve sur son bureau : je suis sûre que tous ces éléments vous ont captivé, mais avez-vous seulement prêté attention aux illustrations ? Je vais vous aider un petit peu. Tout d’abord, on peut remarquer leur taille au sein des pages et leur évolution en fonction du texte. Au fur et à mesure que les émotions de Max prennent le dessus, le cadre des illustrations s’agrandit, avant de rapetissir lorsque le jeune garçon se calme. On a d’abord une vignette, qui s’agrandit de plus en plus, jusqu’à être en pleine page au moment où Max sort de sa chambre. La page de droite commence à déborder légèrement sur celle de gauche… jusqu’à ce que six pleines pages d’images se succèdent lors de la « fête épouvantable » ! Puis quand le tonnerre qui gronde à l’intérieur de Max se calme, les illustrations diminuent petit à petit, reprenant leur taille initiale. Je dois vous avouer que c’était quelque chose que j’avais remarqué quand j’étais petite, mais mon attention était plus portée sur le fait que Max trouve son repas dans sa chambre. Il faut me comprendre, aussi ! La nourriture c’est important !

Pour finir, je vous conseille vivement de lire ou relire ce livre, avec des enfants ou seul. Max et les Maximonstres est un véritable bijou de la littérature de jeunesse. Il est merveilleux dans le récit, les illustrations, mais aussi et surtout dans les messages qu’il porte. Comprendre et apprendre à gérer ses émotions est une qualité indispensable pour permettre aux enfants de s’épanouir. Quoi de mieux que de leur inculquer avec un album aussi sympa que Max et les Maximonstres ?



Citer ce billet
ninonbarlet (2023, 11 décembre). Max et les Maximonstres : un voyage imaginaire dans l’enfance. Festival Transversales. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uub3

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search