La littérature de jeunesse : éveiller l’imagination et le rêve à travers les livres

Fermez les yeux, inspirez et pensez.

Si je vous demandais de me citer le nom d’un livre qui a marqué votre enfance, lequel me diriez-vous ? Feriez-vous parti des « Potterhead » en me parlant de l’œuvre phare de J.K Rowling, Harry Potter ; ou seriez-vous du côté des classiques de la littérature française avec Le Petit Prince de Saint-Exupéry ? Quelle que soit votre réponse une chose est sûre : ce ne sont pas les livres à citer qui manquent.

La littérature de jeunesse est foisonnante autant dans les thèmes abordés que dans la diversité des formats. Le livre, dès le plus jeune âge, ne peut avoir que de bonnes vertus sur l’enfant : amélioration de la concentration, développement du langage, ou encore stimulation cognitive. Cependant, les ouvrages destinés à la jeunesse ont aussi une autre faculté et pas des moindres : favoriser le développement de l’imagination chez l’enfant. Maintenant, si je vous demandais de me citer un livre qui, étant jeune, vous a permis de travailler sur votre imagination, vous en resterez coi. Rassurez-vous, c’est tout à fait normal ! Là se trouve le pouvoir des livres pour la jeunesse : ils inculquent des valeurs, font grandir, mais tout en discrétion.

L’imagination est, pour un enfant, une capacité nécessaire à son bon développement et épanouissement. Elle lui permet de mieux appréhender le monde, encore trop puissant et brutal pour des yeux infantils. La littérature de jeunesse donne des clefs de compréhension pour le jeune lecteur. Des livres comme Max et les Maximonstres de Maurice Sendak ou encore J’aime mes cauchemars de Séverine Vidal peuvent aider l’enfant à affronter ses angoisses à travers le rêve et l’imagination. Ce dernier album raconte l’histoire d’une petite fille qui, chaque nuit, fait des cauchemars accompagnés de monstres. Elle rêve alors qu’elle se perd sur le chemin de l’école, ou qu’elle reste coincée dans l’ascenseur sans personne pour l’en sortir. Sa maman lui propose de belles histoires féériques pour l’aider à se débarrasser de ses cauchemars, mais ce n’est pas ce que veut la petite fille. Car en réalité elle les aime bien, ces monstres. Petit à petit, elle va apprivoiser ses cauchemars pour ne plus en avoir peur, allant même jusqu’à les aimer.

Les albums, en littérature de jeunesse, permettent également aux enfants de nourrir leur imagination visuelle. Eh oui, quoi de mieux qu’un livre pour se représenter les images ? On oublie la télévision et les tablettes : les pages en papier sont nos amies, bien plus saines et instructives que le petit écran. Ici encore, J’aime mes cauchemars est un merveilleux exemple. Les illustrations sont colorées, attractives, tout en douceur. Evidemment, je pourrais aussi citer les incontournables tels que Claude Ponti et Benjamin Lacombe. Jetez un œil sur leurs œuvres, vous ne serez pas déçus !

Certains livres jeunesse ont, quant à eux, le pouvoir de transporter l’enfant dans un autre monde. Le lecteur est alors immergé dans un univers dans lequel ses problèmes, sa vie et même sa propre existence n’existent pas : il se créé une sorte de refuge. Vous me voyez arriver avec mes gros sabots : prenons l’exemple d’Harry Potter. Publié pour la première fois au Royaume-Uni en 1997, la saga de J.K Rowling a révolutionné l’attrait que portaient les enfants à la littérature. En plus d’être l’une des franchises littéraires les plus vendues de tous les temps, l’histoire du petit sorcier a eu un impact considérable sur l’imagination de ses jeunes lecteurs. L’univers magique et fantastique d’Harry Potter a sans aucun doute permis à de nombreux enfants de stimuler leur imagination. D’ailleurs, beaucoup d’entre eux se sont mis, à l’adolescence, à écrire ce qu’on appelle des fanfictions sur l’univers ou les personnage de l’autrice anglaise ! Ces écrits ont proliféré sur des plateformes telles que Wattpad ou Fanfiction, recensant des centaines de milliers d’écrits inspirés de l’univers de J.K Rowling.

La littérature de jeunesse est donc d’une aide précieuse lorsqu’il s’agit de faire travailler l’imagination chez l’enfant. Au-delà de leurs bienfaits, ces livres peuvent permettre au jeune lectorat de trouver un refuge ou une passion dans la lecture, voire dans l’écriture en grandissant. Et ça, on adore !



Citer ce billet
ninonbarlet (2023, 11 décembre). La littérature de jeunesse : éveiller l’imagination et le rêve à travers les livres. Festival Transversales. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uub2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search