Culottées : portraits de femmes inspirantes

La société patriarcale tend à brimer les jeunes filles dans leurs rêves, qu’ils soient personnels ou professionnels (et ici, nous renvoyons à l’article d’Andrea Alexei, “Rêver au Prince Charmant”). C’est une vérité prouvée par des statistiques. Pénélope Bagieu s’impose dans la littérature jeunesse comme l’effet d’un coup de poing sur une table. Elle renverse tous les stéréotypes connus, fait trembler l’autorité masculine et remet en ordre une égalité en voie de disparition. Avec CulottéesDes femmes qui ne font que ce qu’elles veulent, c’est une bouffée d’air frais et d’espoir qui est soufflée sur son lectorat. Tout le monde apprécie le message. En effet, nous observons avec admiration ces quinze portraits de femmes à travers les époques et les pays. Elles représentent une révolution à elles-mêmes.

Pénélope Bagieu
Crédits : Simone Eusebio

Parmi ces combattantes hors-normes se trouve par exemple Agnodice, une gynécologue en Grèce Antique qui doit user d’un déguisement masculin pour obtenir le droit d’exercer et de consulter ses patientes. Il y a aussi Annette, véritable sirène australienne inventrice du fameux maillot de bain féminin. Et Margaret, reconnue pour terrifier Hollywood en incarnant les rôles de méchantes à la perfection. Ou encore Leymah Gbowee, travailleuse sociale et responsable du mouvement pacifiste des femmes Libériennes, qui a reçu le prix Nobel de la paix en 2011.

Leymah Gbowee – Crédits : Sarah Hummert
Agnodice – Crédits : Inconnu

Pénélope Bagieu écrit ces femmes avec humour et avec une voix féministe. Engagée dans cette cause, il lui importe d’enseigner à son lectorat qu’avoir de l’ambition est un droit que personne n’a autorité de réfuter. Par le médium de la bande dessinée, son message est véhiculé à haute fréquence. Pénélope Bagieu a effectivement remporté un Eisner Award en 2019 et son ouvrage est traduit dans une vingtaine de langues ce qui est révélateur. De surcroît, son imaginaire de rêverie va quitter le papier pour s’épanouir dans une série télévisée. France TV décide de le mettre en scène dans une version animée de Culottées.

Affiche de la série animée – Crédits : France TV

C’est la véracité des propos et des faits que relate Pénélope Bagieu qui permet le rêve dans cet ouvrage. Elle a réalisé des petites biographies, de 5 à 10 planches, de femmes qui ont réellement existé. Son talent réside dans cet audacieux choix qui fait rêver son lectorat en se disant : « Cela pourrait être moi ! ». Sa démarche est également saluée par d’autres auteurs, dont Giulia Foïs qui s’exprime sur le sujet à l’antenne de France Inter.

« c’est vivant, vivifiant, ça fait rire, ça fait du bien, […] c’est l’histoire avec un grand H racontée à travers des portraits de femmes […] des femmes qui ont inventé leur destin, qui n’ont jamais fait que ce qu’elles veulent, des femmes qui ont eu le courage de dire non à leur mari, à leur père, à la société tout entière […] c’est en apparence tout léger et tout frais sauf qu’à l’arrivée on referme le livre avec l’envie assez dévorante de réécrire les livres d’histoire. »

Giulia Foïs, France Inter

C’est grâce à ces autrices que les mentalités peuvent changer. En touchant un lectorat probablement plus jeune cela permet une nouvelle mentalité. Pénélope Bagieu nous fait rêver à travers Culottées et nous pouvons à notre tour rêver qu’un jour la société devienne moins patriarcale et plus égalitaire entre les hommes et les femmes.



Citer ce billet
clemencefoulon (2023, 4 décembre). Culottées : portraits de femmes inspirantes. Festival Transversales. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uuaq

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search