Rêves et histoire

Le rêve existe depuis aussi longtemps qu’il existe des êtres vivants qui dorment. Phénomène dans un premier temps défini comme apparaissant lors du sommeil, nous lui avons donné plusieurs significations à travers le temps.

Un médium des dieux

Revenons quelques milliers d’années en arrière, à l’époque des légendes, des dieux et des temples. Je pense qu’il s’agit ici de l’un des rôles les plus connus des rêves. En effet, dans l’antiquité, les Grecs ou encore les Romains croyaient que les rêves étaient le moyen utilisé par leurs divinités pour communiquer avec les humains. Ils utilisaient les rêves pour révéler à quelques privilégiés nommés « oracles » leurs desseins pour la société ou bien une personne en particulier. Aussi bien positifs que négatifs, ils n’étaient pas communs et souvent difficiles à interpréter, les dieux n’étant jamais vraiment clairs dans les images qu’ils transmettaient aux mortels.

A cette époque, ces rêves n’étaient donc pas des images créées par notre cerveau en mélangeant des événements réels et notre imagination mais bien une représentation d’un futur plus ou moins lointain. Le rêve pouvait avoir lieu aussi bien la nuit que le jour, comme durant l’Égypte antique.

Ce principe de fonctionnement du rêve peut être retrouvé dans les différentes mythologies que nous connaissons aujourd’hui ; des Égyptiens aux Vikings, chacun avec son propre dieu associé à cette tâche. Parmi les plus connus, nous retrouvons Morphée pour les Grecs ou Khonsu (dieu de la lune) pour les Égyptiens.

source : wikipédia
Khonsu, dieu de la lune

Un moyen pour l’esprit de se reposer

Ce rôle du rêve comme médium des dieux continue d’être partagé au Moyen Âge mais avec l’ajout d’un nouveau phénomène. En effet, c’est à cette époque que commence à apparaitre la notion de « rêverie ». Cet état est défini comme un moment où la personne, tout en étant éveillée, laisse son esprit divaguer. Elle peut dans ces moments dire des choses extravagantes ou encore ne pas entendre quand une autre personne essaye de lui parler. Aussi nommer « folie » ou « délire », ce moment n’est pas vu comme négatif mais est au contraire parfois associé aux personnes savantes comme leur permettant d’alléger pendant un instant leurs esprits de toutes les connaissances qu’ils ont accumulées. Les savants se référaient à certains passages de La Bible concernant cet état.

Un mot qui a aujourd’hui de multiples sens

Avec l’évolution des sciences, de la technologie et des pensées, la notion de rêve a, au XXIème siècle, une multitude de significations et de catégories allant du plus simple au plus technique.

  • C’est Freud qui a pour la première fois accorde une importance accrue aux rêves et à leurs significations. Son analyse a amené plusieurs autres savants et chercheurs à se pencher sur leur étude.
  • Le rêve est à la fois le fruit de notre imagination, un film que nous regardons lorsque nous sommes endormis et dont nous avons du mal à nous souvenir une fois réveillés.
  • Il peut être aussi un souvenir, lointain ou non, agréable ou négatif, que notre cerveau décide de nous remontrer.
  • Rêver n’est pas systématique et dépend de la personne, de l’environnement ou encore du mental de la personne au moment de s’endormir.

La notion de rêve peut également ne pas être liée au sommeil. Un rêve est aussi un désir, une ambition, une action que l’on aimerait réaliser, un objet que l’on souhaiterait posséder dans notre vie. Cela peut-être quelque chose qui ne durera qu’un instant ou alors qui influencera toute notre vie. Par exemple, faire du saut à l’élastique est l’un de mes rêves. Le rêve est donc un sujet très vaste dont il est difficile encore aujourd’hui de définir tous les tenant et les aboutissants. Ses définitions continueront à évoluer avec le temps tout comme ces causes et ses conséquences. Mais surtout, ne nous vous privez pas de rêver que ce soit endormis ou réveillés : croire en ses rêves, c’est important !



Citer ce billet
emmafaivrerampant (2023, 19 décembre). Rêves et histoire. Festival Transversales. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/veu6

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search