Les rêves d’une mère dans La Promesse de l’aube, Romain Gary

Si nous avons l’habitude des rêves dans leur sphère onirique ou rattachés à un espoir enfantin, ici Romain Gary retourne le concept. En effet, dans son roman autobiographique ce sont les rêves de sa propre mère qui dictent les fils de l’intrigue. Paru en 1960, c’est par le prisme de l’enfant qu’il était autrefois que ce topos est étudié dans La Promesse de l’aube. Le récit s’ouvre sur un cadre océanique avec l’auteur au centre, le regard perdu dans les vagues au loin. C’est lorsqu’il a la quarantaine qu’il se remémore avec émotion ses souvenirs avec sa mère. Nous faisons alors un bond en arrière, où le jeune Romain a seulement 13 ans. Sa mère Nina, ancienne actrice juive, et lui vivent à Nice. Elle travaille dur pour de maigres revenus et se sacrifie pour que son fils connaisse un meilleur avenir qu’elle. Elle en rêve et nourrit de nombreux espoirs quant à ce que pourrait être la vie rêvée de son fils. Elle l’imagine tantôt violoniste, tantôt danseur étoile. Finalement la pomme ne tombe pas loin de l’arbre artistique et ce tandem se met d’accord : Romain Gary sera le Victor Hugo de son époque.

Crédits : J.-R. Roustan / Roger-Viollet. Romain Gary à Paris, le 2 mai 1974.

Nous apprenons que ces espoirs proviennent de Pologne, où ils ont vécu quelques années auparavant et où la vie leur souriait un peu plus. C’est au-delà des frontières françaises que l’auteur a goûté aux connaissances encyclopédiques et à la fibre littéraire. Sa mère est sa plus fervente supportrice, son rêve ne lui appartient plus, elle rêve pour son fils et non pour elle. Et cet amour maternel verra juste. Nina donne tout ce qu’elle a et est récompensée par un train de vie décent, jusqu’à devenir gérante d’un hôtel. Malheureusement cette période clémente ne dure pas assez longtemps, Nina tombe malade et s’affaiblit de jour en jour. Le baccalauréat en poche, Romain s’envole pour Paris pour poursuivre des études supérieures tout en devenant élève officier militaire. Il profite d’une permission pour rendre visite à sa mère à Nice, il ne le sait pas encore mais ce sera la dernière fois qu’il pourra l’embrasser.

La suite du récit se construit au fil des rêves de Nina qui vivent à travers son fils. L’écriture de ce roman est sa manière de lui rendre un bel hommage. Il fera tout son possible pour devenir l’homme qu’elle espérait et il y arrivera. Sa mère n’est effectivement plus là pour le voir devenir, d’abord, consul général de France et par la suite écrivain, récompensé de deux prix Goncourt. A partir de ce moment-là, le roman se trouve bercé par les rêves d’un enfant nourri par les rêves de sa mère. Romain Gary se livre ainsi dans une sorte d’auto-analyse sur sa solitude, le destin auquel il fait face et une profonde envie de rendre le monde meilleur.

Crédits : Folio

Dans une interview, il annonce vouloir aborder des valeurs fondamentales à ses yeux. Il ne s’arrête cependant pas en si bon chemin et continue en disant vouloir transmettre aux lecteur un enthousiasme débordant pour la vie. Son roman, bien qu’autobiographique est une ode aux rêves qui nous sont destinés et à ce que la vie à de plus beau à nous offrir. Même en temps de guerre cette énergie ne le quitte pas, espérons que la lecture de son œuvre nous apporte un réconfort similaire lors de périodes aussi difficiles.

“J’ai voulu disputer, aux dieux absurdes et ivres de leur puissance, la possession du monde, et rendre la terre à ceux qui l’habitent de leur courage et de leur amour.”

Romain Gary

Les rêves maternels quittent le papier pour s’épanouir sur le grand écran avec deux adaptations cinématographiques. Jules Dassin est le premier à faire de La Promesse de l’aube un film en 1970. Quarante-sept ans plus tard, il est suivi d’Eric Barbier qui s’essaye lui aussi à l’exercice qui permet de mettre du son et des images sur les souvenirs tendres et bouleversants de Romain Gary.



Citer ce billet
clemencefoulon (2023, 4 décembre). Les rêves d’une mère dans La Promesse de l’aube, Romain Gary. Festival Transversales. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uuap

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search