L’œuvre de Claude Ponti, ou lorsque le fantasque aide à grandir

Illustration tirée de l’album La tempête par Claude Ponti

Un univers oniriquement absurde, cadre d’exception à l’expression

L’œuvre de Claude Ponti est surprenante. Incontournables de la littérature jeunesse, ses albums interrogent, et qu’on y adhère ou pas, il ne semble pas envisageable de nier son succès. Auteur et illustrateur au coup de crayon rigoureux, il porte un grand soin à son travail, par respect pour ses petits (et grands) lecteurs. Sujette à quelques controverses chez les parents, sa littérature séduit autant qu’elle déconcerte. On retrouve pêle-mêle dans l’essence de son œuvre des albums publiés à des formats démesurés, un jeu de langage complètement absurde, une personnification totale des objets, des plantes et des animaux… De quoi biaiser totalement le bon développement de l’enfant si l’on reste trop terre à terre. Et cela, justement, Ponti le refuse absolument.

Sa littérature séduit autant qu’elle déconcerte

L’univers de Claude Ponti est fascinant, et largement identifiable par son délire imaginatif : sa marque de fabrique, ce sont les infimes détails qui composent ses illustrations. Présents en quantité foisonnante, l’œil se promène longuement sur les pages pour essayer d’en déceler les moindres secrets. Ponti construit des mondes oniriquement absurdes, fantasmagoriques, et peuplés de créatures plus étranges les unes que les autres. Il joue avec les limites du non-conventionnel, et s’affirme lui-même anticonformiste pour librement bousculer les mœurs et les limites de la raison. Ces codes entrent en parfaite contradiction avec ce que l’on connait de la littérature jeunesse. Habituellement marquée par des traits graphiques tendres et lisses, des histoires douces en faveur du développement paisible de l’enfant, l’œuvre de Ponti s’inscrit en désaccord assumé avec cette tradition. Il propose des univers vivants, farfelus, accessoirisés d’éléments carnavalesques. On retrouve ainsi des poussins vêtus de chapeaux et de costumes, des fourchettes géantes, une baignoire qui remplit la mer et fait de la mousse qui se mange en dessert, des oreillers raconteurs d’histoires, des flaques magiques… Les pages denses et complexes de ses albums accueillent des personnages drôles ou mélancoliques, facilement inidentifiables, qui cheminent au gré de leur histoire. La démesure, la folie des grandeurs, l’affiliation des contraires « géant » et « minuscule » ponctuent ses ouvrages. Ce qui plait à Ponti, c’est de jouer avec les mots, leurs sonorités et leurs sens. Mots-composés, mots-valises, mots tronqués ou mots fléchis, un vocabulaire des plus farfelus apparait sous sa plume. Provoquant généralement l’hilarité, ses constructions insolites et ses associations étranges d’idées plaisent aux enfants. Sûrement parce qu’il s’adresse à eux d’après leur langage, leur logique insouciante, et fait honneur et confiance à cette légèreté d’être.

Le parcours initiatique : quand trébucher ne fait plus peur

La visée narrative de Ponti s’articule autour du motif de l’épreuve. Qu’elles soient physiques ou morales, ses personnages font face à des situations complexes, qui vont demander du courage et de la détermination pour avancer. Ses albums peuvent s’apparenter à un lieu de catharsis, au sein duquel la quête de soi et d’un équilibre intérieur vont occuper une place prédominante par le biais d’un chemin initiatique. Chaque obstacle rencontré est valorisé par la leçon à en tirer, et l’aventure exigée pour les dépasser prend place au sein d’un parcours d’apprentissage. L’idée, c’est de grandir. A son rythme, certes, mais grandir bien. Ponti encourage la notion de quête du bonheur chez l’enfant, qu’il considère comme un être intègre, capable de réflexion et d’émotion. C’est peut-être ce qui dérange, finalement, dans son œuvre. Accorder tant de place à l’enfant, rejeter l’image naïve que l’on projette sur cet état juvénile. Ponti s’adresse à des lecteurs en train de devenir, en pleine construction de soi, bâtisseurs de leur propre existence. Plusieurs niveaux de lecture sont permis (et heureusement !), mais l’auteur insiste sur la découverte autonome de l’œuvre par son public, quel que soit son âge.

Les personnages créés par Ponti sont pour la plupart difficilement reconnaissables en termes d’espèce, ils s’apparentent à des êtres hybrides au visage expressif. Car ce qui importe, c’est d’ouvrir des pistes de réflexion, faire s’interroger sur la réalité des sentiments, et montrer la légitimité à exprimer ses émotions. On retrouve une permanence rassurante dans le traitement des paysages et des lieux, mais cette stabilité est relative car les décors sont à la fois identiques et changeants. Au sein des pages, l’atmosphère est tangente, chargée de symboliques élaborées selon l’humeur des protagonistes, leur avancée dans leur quête. En effet, on peut remarquer une subtile connivence harmonique entre les sentiments témoignés et le reflet de la nature environnante. Si le personnage à le cœur lourd ou se trouve en détresse, le tableau sera plus austère, tandis qu’il sera accueillant si celui-ci est apaisé ou satisfait. On retrouve ainsi une relation entre état d’esprit et représentation de l’espace qui semble tout à fait pertinente pour rendre compte au jeune lecteur que tout est malléable, qu’il peut choisir sa propre perception du monde. Le travail de Ponti est une voie ouverte à la réalité, qu’elle soit émotionnelle ou situationnelle. L’auteur présente les choses telles qu’elles sont, ou du moins telles qu’elles pourraient être. Les épreuves simples autant que celles plus complexes, les moments difficiles comme les moments plus glorieux font partie intégrante de son sujet. D’une manière tout à fait paradoxale, Ponti dépeint le réel au sein d’un univers fantasmé. La visée est de présenter, à travers ses petits personnages étranges, que l’enfant est capable de résister à un monde hostile, à se révolter, à s’exprimer, et surmonter les épreuves pour appréhender la vie de manière saine et sereine.

Couverture de l’album Ma vallée par Claude Ponti

Ma vallée, et celle des autres

L’album Ma vallée est sûrement le plus révélateur de ces axes de réflexion, et aborde la question de l’identité, du Soi, et de l’altérité, de l’Autre. Déjà car il s’apparente à une autobiographie, innocente mais réfléchie, de l’enfance de l’auteur. Poutchy-bloue, petit mammifère anthropomorphe, évoque la vallée qui l’a vu naître et grandir. L’album s’articule autour d’un arbre-maison généalogique, le berceau familial, les us et coutumes de cet environnement, ainsi que ses saisons et horizons soupçonnés. Véritable ode à l’éducation, le petit héros évolue au sein d’une famille féconde. Père, mère, grands-parents, frères et sœurs alimentent son paysage. Ce paysage, c’est aussi celui de la terre, de la mer, du ciel et de l’air, où la nature s’exprime, participe, et offre un cadre sublime de paix et de tranquillité. L’habitat entre ainsi en jeu, sous la forme d’un arbre dénudé mais tenace, qui abrite plusieurs générations consécutives sans pour autant flancher sous le poids de l’origine et de la mémoire. Cette maisonnée illustre la notion d’appartenance à un cercle, l’ancrage à une sphère familiale apaisée. Car l’enfant n’est supposé connaitre que ce confort et cette affection.

« Voilà ma vallée…c’est la plus belle du monde »
L’Arbre-maison de la famille Touim’s, page 10-11 de l’album

Dans ce récit, le personnage navigue au gré des saisons, des déplacements géographiques et des péripéties, dans un ordre non pas chronologique, mais nourrit des souvenirs d’enfance de l’auteur distribués sans cohérence. Le lecteur construit par lui-même ses unités de temps et de lieux pour se repérer dans ces paysages diffus. C’est une libre-interprétation qui est proposée, car les repères mémoriels ne sont pas universels et fiables, mais au contraire épars et intimes. 

« […] si ma vallée est toute petite dans une vallée plus grande, alors, un jour, j’irais voir. »

Dans la vallée, tout le monde apprend, même les papas, lors de la nuit des papas qui a lieu une fois par an. Ce n’est pas grave de ne pas savoir, mais c’est important d’être curieux. Pour les enfants cependant, toutes les nuits sont des nuits des enfants. C’est le sommeil et leurs rêves qui les guident, les cajolent, les instruisent, et les préparent aux découvertes du lendemain. L’intrigue, si l’on peut la qualifier telle quelle, consiste en la découverte par Poutchy-Bloue de l’existence de vallées, de plusieurs vallées, d’autres vallées que la sienne qui abritent des habitants autres que les siens. Le petit personnage annonce dès le début « Voilà ma vallée…c’est la plus belle du monde ». Cette estimation affective tend à changer au cours du récit, car l’ouverture à l’Autre et aux différents mondes possibles modifie son jugement de valeur. Dépeinte sous de multiples états, qu’ils soient climatiques (l’orage, la pluie, la brume, la neige) ou de circonstance exceptionnelle (l’irruption d’une statue, le passage dans le ciel, la virée en bateau), la vallée évolue, s’accroît, s’éloigne et finalement s’échappe du point de vue de Poutchy-Bloue. Plus d’empreinte, plus de repère, plus d’habitude. Pourtant, les activités ludiques, l’entretien de l’espace et les gestes quotidiens réapparaissent tout au long de l’album, sûrement comme acte de réconfort dans ce grand vide qu’est la découverte et l’apprentissage du Nouveau. Loin d’être désœuvré, Poutchy-Bloue poursuit son périple et circule à travers cette vallée, au gré des rencontres et du vent. L’album Ma vallée concentre les notions d’entourage et de décor familier qui bercent l’enfance. Pourtant, en dépit de leurs forces rassurantes, ces frontières ne relatent que l’idée de passage et de mouvance d’un monde à un autre. Car l’enfant, même s’il aime, quittera. Voué à grandir et à découvrir par lui-même, sa mémoire tissera les liens qui l’uniront toujours à son origine, formera un baluchon solide, témoin des grandes traversées qu’il expérimentera. C’est ainsi que les confidences et les éclats de joie, les colères et les secrets, les festivités et les peines, les traditions et les frayeurs, les rencontres et les souhaits, l’apaisement et l’allégresse vont abondamment cultiver la connaissance de soi, propice au grand départ. Car finalement, « […] si ma vallée est toute petite dans une vallée plus grande, alors, un jour, j’irais voir. »



Citer ce billet
zoegasparec (2023, 18 décembre). L’œuvre de Claude Ponti, ou lorsque le fantasque aide à grandir. Festival Transversales. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/veu1

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search