Frankenstein, ou le rêve qui vire au cauchemar

Tout le monde connaît le monstre de Frankenstein, cette immense créature verdâtre, difforme, couverte de cicatrices, de boulons et de vis. Mais connaissez-vous vraiment l’histoire fascinante derrière cette créature qui est bien plus qu’un simple costume d’Halloween ?

Frankenstein (1931), réalisé par James Whale, avec Boris Karloff dans le rôle de la créature

Une expérience scientifique aux conséquences tragiques

Frankenstein, ou le Prométhée moderne est un roman de l’autrice britannique Mary Shelley, publié en 1818 alors qu’elle n’avait que 21 ans. Dans l’incipit du roman, on rencontre un explorateur, Robert Walton, parti en expédition au Pôle Nord. Un jour, alors que son bateau est prisonnier de la glace, Walton aperçoit une figure sur la banquise. Celle d’un homme, et plus particulièrement celle de Victor Frankenstein. Walton porte secours à cet homme à demi mort de froid qui va alors se lancer dans un récit effroyable, celui de sa vie qui a viré au cauchemar. 

Victor Frankenstein est un jeune homme issu d’une famille bourgeoise suisse, très bien éduqué, il mène la vie parfaite. Victor est un scientifique dans l’âme et part faire ses études à Ingolstadt en Allemagne. C’est là que lui vient le rêve fou de créer un être humain à partir de rien. Jour et nuit il se consacre à cette tâche. Il pille les fosses communes de la ville pour assembler des bouts de cadavres. Quand une nuit, il y parvient. Il réussit à donner vie à cette “créature” venue tout droit des enfers. Son rêve est accompli, mais à quel prix ? Horrifié par sa création, cette chose immense, aux yeux jaunes vitreux et aux lèvres noires, Frankenstein fuit et l’abandonne.

Extrait du film de 1931, la création du monstre.

La créature se retrouve alors seule, sans nom, sans repère, dans un monde qu’elle ne connaît pas. Complètement livrée à elle-même, elle va devoir se débrouiller pour tout apprendre: des mots, une langue, les codes d’une société inconnue, afin de s’intégrer, de ne plus se sentir seule. Au cours de son périple, la créature va tout faire pour appartenir à ce nouveau monde, elle va même se prendre d’affection pour une famille (les De Lacey) qu’elle ne va faire qu’observer pendant des mois et grâce à qui elle va tout apprendre. Mais le jour où elle décide de leur révéler son existence, ils l’attaquent et la chassent. Anéantie, la créature se lance alors dans une quête, celle de retrouver son créateur, ce père disparu.

C’est au cours de cette quête que la créature devient alors un monstre. Un monstre qui a juré de ruiner la vie de son “père” en assassinant les membres de sa famille. Son petit frère, sa servante dévouée, son meilleur ami ou encore Elizabeth, sa femme, qu’il tue le soir-même de leur nuit de noces. Victor, fou de rage et de chagrin se lance alors à la poursuite de cette créature issue de son propre génie et s’ensuit une véritable chasse à l’homme à travers le globe qui les mènera jusqu’au Pôle Nord, là où notre histoire commence.

Qui est le vrai monstre de l’histoire ?

Car oui, c’est plus qu’une histoire d’expérience scientifique qui a mal tourné. C’est plus qu’une histoire de créature qui veut anéantir son créateur. Au départ, la créature est telle un bébé à qui il faut tout apprendre. Elle apprend à marcher, à manger, à parler. Elle prend peu à peu conscience de son corps, de son esprit, de ses émotions et le lecteur le ressent. Cette créature qui n’est pas censée exister, est émerveillée par le monde qui l’entoure, la nature, les animaux, la connaissance des hommes. En tant que lecteur, nous ne pouvons qu’éprouver de la compassion envers cet être livré à lui-même. Ce n’est qu’au contact des hommes que cette créature devient monstre. Au cours de sa quête, elle se heurte à la bêtise humaine, aux préjugés d’une société xénophobe et ignorante.

Victor Frankenstein est quant à lui rongé par la peur et la culpabilité. La culpabilité d’avoir laissé cette créature seule, sans guide. Mais surtout la culpabilité d’avoir lâché ce monstre incontrôlable sur Terre, qui peut le détruire, lui et sa famille, à tout moment. Victor devient alors fuyant, toujours anxieux, toujours sur ses gardes. Il ne devient plus que l’ombre de lui-même. Jamais vraiment là, tel un fantôme. Lorsque Frankenstein rencontre sa créature pour la première fois après sa création, elle lui demande justice. Elle lui demande de lui créer une compagne, avec qui passer le restant de sa vie loin des hommes.

La première rencontre après la création (toujours dans le film de 1931)

Victor accepte mais finalement se ravise. Est-t-il sage de créer cette nouvelle créature ? A-t-il le droit d’imposer cette nouvelle race à l’humanité ? Ne vont-ils pas un jour se retourner contre les hommes ? Victor sait qu’il signe la destruction de sa famille en refusant la demande du monstre mais il le fait pour l’humanité. Les deux vont alors se lancer à la poursuite de l’autre, sans jamais s’arrêter, faisant de leur vie un cauchemar sans fin. 

Alors qui est le vrai monstre dans l’histoire ? La créature abandonnée devenue assassin ? Le créateur rongé par la culpabilité et la haine ? Mais il est une question encore plus importante: Frankenstein est-il totalement fou ? A-t-il tout inventé ? Le lecteur peut se demander si Frankenstein est un narrateur fiable car plusieurs passages du roman (lieux, dates) ne sont pas corrects, flous. Mary Shelley ne les a jamais corrigés. Frankenstein et sa créature, deux faces d’une même pièce ? On pourrait penser à un foreshadowing de Dr Jekyll et Mr Hyde (1886) de Stevenson

Plus qu’une histoire de monstre, un roman en avance sur son temps

Rappelez-vous, Mary Shelley n’a que 21 ans lorsque Frankenstein est publié en 1818. La jeune autrice s’est basée sur les questionnements et les débats de son époque quant à la science et aux expériences scientifiques. En effet, en 1814, on porte énormément d’intérêt pour le principe de la vie. Est-il possible de ressusciter quelqu’un ? De ramener un mort à la vie ? Par quels moyens ? La fin du 18ème siècle est rythmée par les expériences scientifiques qui deviennent un véritable spectacle. Notamment avec les expériences du physicien italien Luigi Galvani, qui utilise des décharges électriques pour déclencher des réactions musculaires sur des corps de grenouilles. Une expérience dont Shelley s’est directement inspirée pour la genèse de la créature dans le roman.

Victor Frankenstein est comparé au Titan Prométhée, celui qui désobéit à Zeus en dérobant le feu sacré de l’Olympe pour le donner aux hommes. Victor, en poussant la science à son extrême, se prend pour une sorte de dieu et bouleverse les lois de la nature. Il en subira les conséquences dramatiques le restant de sa vie, tout comme Prométhée, condamné par Zeus à se faire dévorer le foie par un aigle pour l’éternité. Avec cette comparaison, Mary Shelley met en garde le lecteur face au progrès scientifique et ses conséquences, tout comme l’a fait Aldous Huxley plus d’un siècle après dans Le meilleur des mondes (1932).

Frankenstein est également un roman qui casse les codes du genre gothique, très populaire à la fin du 18ème siècle. En effet, le roman gothique se caractérise par une ambiance sombre médiévaliste avec des ruines et des châteaux. On y trouve des entités surnaturelles telles que les fantômes, les vampires n’arrivant que bien plus tard, à la fin du 19ème siècle (Dracula (1887) de Bram Stoker). Ces romans sont souvent très violents avec des scènes de viols, de torture, de sang et de mort. Le surnaturel y est toujours expliqué, rationalisé.

Illustration du Château d’Otrante d’Horace Walpole paru en 1764
Considéré comme le premier roman gothique

Les lecteurs de l’époque s’attendaient à ce que Frankenstein s’inscrive dans la lignée des romans gothiques or ce n’est absolument pas le cas. L’autrice s’affranchit des codes du gothique. Oubliez l’ambiance médiévalisante, l’histoire commence à Ingolstadt, ville contemporaine en Allemagne. Oubliez les châteaux et les demoiselles en détresse. On est plongé dans un thriller qui joue sur le suspense et le foreshadowing, une poursuite sans relâche autour du globe. On passe de l’horreur du gothique à la terreur. De la torture physique à la torture psychologique. Dans les romans gothiques, les monstres ne sont que des monstres et n’ont en aucun cas l’occasion d’expliquer leur point de vue. Ils n’ont pas de profondeur psychologique, de conscience, d’émotions, contrairement à la créature de Frankenstein. Mary Shelley n’avait aucunement l’intention d’écrire une simple histoire de fantôme.

Tous ces éléments font de Frankenstein le premier ouvrage de science-fiction dans l’histoire littéraire anglaise. Mary Shelley continue dans la science-fiction puisqu’en 1826, elle publie Le Dernier Homme, une dystopie qui traite d’une épidémie mondiale (là encore, elle est en avance sur son temps).

Ce roman, c’est aussi une critique sociale. Mary Shelley naît dans un cercle familial très engagé et littéraire. Sa mère, Mary Wollstonecraft, devient l’une des première autrices britanniques féministes en publiant l’essai Défense des droits de la femme en 1792. Son père, William Godwin est un théoricien politique anarchiste et un romancier. Il attaque les institutions politiques britanniques dans Enquiry Concerning Political Justice, publié en 1793. Mary Shelley a donc été influencée par le travail de ses parents. Dans Frankenstein, elle revoit les théories sur l’éducation de l’époque. La créature du roman reçoit une éducation presque parfaite, et passe de “sauvage” à “civilisée”. Shelley critique ces théories car c’est cette parfaite éducation qui le transforme en meurtrier. Elle questionne aussi les idées de tolérance, de bienveillance et de la place de la femme en présentant une société profondément rongée par les préjugés et la peur de l’autre, de la différence. De plus, l’autrice fait le portrait d’un système judiciaire corrompu, incompétent et basé sur les privilèges. Tous ces éléments font de Frankenstein un roman innovant, fascinant et surtout en avance sur son temps. C’est, selon moi, un incontournable de la littérature britannique, à absolument avoir dans sa bibliothèque. 

Fun Fact

Le thème du festival cette année est “Au bout du rêve”. Et bien il n’y a pas que Victor Frankenstein qui est allé au bout de son rêve. En 1816, c’est au cours de vacances en Suisse avec son amant Percy Shelley, et ses amis, dont l’écrivain John Polidori et le célèbre poète Lord Byron, que Mary Shelley, alors âgée d’à peine 19 ans, commence l’écriture de Frankenstein. Lors d’une nuit pluvieuse, le groupe se lance dans l’écriture d’histoires de fantômes mais la jeune femme est en manque d’inspiration. Cette-même nuit, elle rêve d’un homme qui donne vie à un être terrifiant, à un monstre venu tout droit des enfers. Vous voyez où je veux en venir ? Le lendemain, elle présente à ses compagnons une ébauche de ce qui deviendra Frankenstein ou le Prométhée moderne. 

Villa Diodati (Suisse), où le groupe séjourne


Citer ce billet
marjoriehanrio (2023, 29 novembre). Frankenstein, ou le rêve qui vire au cauchemar. Festival Transversales. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uuam

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search