La Madeleine de Proust, un rêve éveillé ?

Lorsqu’on parle de notre enfance on parle souvent de deux types de souvenirs : ceux qui nous ont été racontés par nos familles et ceux dont on se souvient par nous même car ils nous ont marqué et que l’on était en mesure de s’en souvenir à l’âge auquel nous les avons vécus. Les souvenirs sont donc le seul appui que nous ayons pour toucher du doigt cette petite vie avant la vie dont on se souvient pleinement. 

Pour parler d’un puissant souvenir d’enfance qui nous est apporté par le biais d’une expérience, d’un objet, d’un sens, on parle aujourd’hui de Madeleine de Proust. Nos cinq sens font remonter en nous des instants vécus comme dans un rêve, ils ont la faculté de nous faire revivre un moment passé grâce à notre mémoire sensorielle. 

Ces petits rêves que nous expérimentons les yeux ouverts sont comme des petites bandes annonces de nos vies antérieures. Des images nostalgiques qui ont un goût souvent doux. Les goûters, les bonbons, les éléments de décoration, les odeurs, les lieux et même parfois les chansons peuvent être des Madeleines de Proust.

Cependant la Madeleine de Proust était plus complexe que cela à son origine…

« Il y avait déjà bien des années que, de Combray, tout ce qui n’était pas le théâtre et le drame de mon coucher, n’existait plus pour moi, quand un jour d’hiver, comme je rentrais à la maison, ma mère, voyant que j’avais froid, me proposa de me faire prendre, contre mon habitude, un peu de thé. Je refusai d’abord et, je ne sais pourquoi, me ravisai. Elle envoya chercher un de ces gâteaux courts et dodus appelés Petites Madeleines qui semblent avoir été moulés dans la valve rainurée d’une coquille de Saint- Jacques. Et bientôt, machinalement, accablé par la morne journée et la perspective d’un triste lendemain, je portai à mes lèvres une cuillerée du thé où j’avais laissé s’amollir un morceau de madeleine. Mais à l’instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d’extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m’avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause. Il m’avait aussitôt rendu les vicissitudes de la vie indifférentes, ses désastres inoffensifs, sa brièveté illusoire, de la même façon qu’opère l’amour, en me remplissant d’une essence précieuse: ou plutôt cette essence n’était pas en moi, elle était moi. J’avais cessé de me sentir médiocre, contingent, mortel. D’où avait pu me venir cette puissante joie? Je sentais qu’elle était liée au goût du thé et du gâteau, mais qu’elle le dépassait infiniment, ne devait pas être de même nature. D’où venait- elle? Que signifiait-elle? Où l’appréhender? […]

Et tout d’un coup le souvenir m’est apparu. Ce goût c’était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray (parce que ce jour-là je ne sortais pas avant l’heure de la messe), quand j’allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonie m’offrait après l’avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. La vue de la petite madeleine ne m’avait rien rappelé avant que je n’y eusse goûté; peut-être parce que, en ayant souvent aperçu depuis, sans en manger, sur les tablettes des pâtissiers, leur image avait quitté ces jours de Combray pour se lier à d’autres plus récents; peut-être parce que de ces souvenirs abandonnés si longtemps hors de la mémoire, rien ne survivait, tout s’était désagrégé; les formes – et celle aussi du petit coquillage de pâtisserie, si grassement sensuel, sous son plissage sévère et dévot – s’étaient abolies, ou, ensommeillées, avaient perdu la force d’expansion qui leur eût permis de rejoindre la conscience. Mais, quand d’un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l’édifice immense du souvenir. »

PROUST Marcel, Du côté de chez Swann, GF Flammarion, Paris, 1987, p. 140-145

Cet extrait qui décrit les étapes et les sensations qui accompagnent cette expérience de la Madeleine de Proust peut être retranscrit en une carte :

(Carte réalisée sur Canva)

La madeleine n’était pas la fin de Proust mais bien son moyen. Proust voulait explorer la mémoire dans À la recherche du temps perdu.

Sartre disait : « Le réel n’est jamais beau, la beauté est une valeur qui ne saurait jamais s’appliquer qu’à l’imaginaire ».

Cependant Proust propose au contraire par l’expérience esthétique d’accéder à la réalité perdue : faisant ainsi appel à la mémoire sensorielle, deux éléments séparés dans l’espace et le temps peuvent être rapprochés par l’esprit et offrent alors un moment d’éternité.

Les Madeleines de Proust sont réalistes, elles sont des choses simples du quotidien que l’on rattache à l’enfance ou à une époque que l’on contemple avec nostalgie. Parfois elles sont des aller simples pour des moments précis vécus en compagnie de nos êtres chers.

Les Madeleines de Proust n’ont pas besoin d’être hors du commun pour être extraordinaires, elles n’ont pas besoin d’être fantastiques pour nous faire rêver. 

La mienne, c’est l’odeur chaude et réconfortante du feu de bois. Lorsque je peux la sentir au détour d’une rue, lors d’une balade ou portée par le vent, je me souviens les dimanches d’hiver passés chez moi, à somnoler sur le canapé avec ma mère. La couleur de nos couvertures de laine, tricotées, bariolées. Nos goûters, nos clémentines et leur odeur qui s’ajoutait à celle de la fumée quand le vent soufflait et qu’elle rentrait dans la maison au lieu de s’échapper vers le ciel par le conduit de la cheminée. Nos ballotins de petit bois pour faire démarrer le feu et nos gros sacs de bûches ramenés à la sueur de notre front et à la force de nos bras. 

L’odeur du feu de bois, c’est comme un éternel dimanche de 2011, pour moi. 

Et vous, quelle-est votre Madeleine de Proust ? 



Citer ce billet
louiserenoux (2023, 29 novembre). La Madeleine de Proust, un rêve éveillé ? Festival Transversales. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uuan

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search