L’écriture des rêves : peut-on posséder les songes ?

Suzanne a écrit ses rêves pendant quatre ans durant des périodes de rédaction plus ou moins intenses. Un trésor de plus de 400 pages qu’elle a écrit au fur et à mesure et dont elle nous raconte la genèse dans cet entretien. Suzanne a 31 ans, elle vit à Toulouse, elle est chef de projet.

Un extrait de rêve est disponible à l’écoute, en fin de discussion.

26.11.2023

Qu’est ce que le rêve pour toi ? Comment t’accompagnent-t-ils depuis ton enfance?

Les rêves pour moi sont des messages de notre inconscient, c’est un des moyens de communication de celui-ci mais pas le seul. Pour moi, le rêve est comme un film que l’on regarde. C’est quelque chose de magique, lié à l’imaginaire. J’ai toujours rêvé, ils ont toujours été là. Quand je rêve, je sais que c’est un rêve. Parfois je rigole. Parfois je fais des rêves en boucle, je sais que c’est un rêve mais je ne parviens pas à m’en détacher. Je réfléchis dans mes rêves à ce pourquoi je rêve ça, au fait que ça doit être en raison de telles ou telles choses dans la journée.

De quoi rêves-tu? Et comment?

Si je décide et que je fais l’effort de m’en rappeler, j’ai souvent beaucoup de rêves. Je distingue un peu deux types de rêves : ceux en lien avec ce qui s’est passé dans la journée et les rêves plus longs qui se détachent du quotidien.

Comment est venu l’idée pour toi d’écrire tes rêves ?

À l’origine, je souhaitais développer mon intuition. Dans mes lectures, et en cherchant, il était dit qu’écrire ses rêves était un moyen pour cela. Quand j’ai commencé, j’écrivais très peu, deux trois lignes. Avec l’entrainement, je me suis mise à écrire de plus en plus, et à écrire tous mes rêves. C’est devenu un rituel, et quelque chose de super jouissif d’écrire et “d’avoir mes rêves”. Je me suis rendue compte qu’il y avait plein de thèmes qui revenaient, j’ai numéroté les thèmes pour avoir une idée de ceux qui étaient le plus récurrents. En ce qui concerne l’interprétation, je n’avais pas les outils.

Rêves et/ou cauchemars ?

Plus rares sont les cauchemars! Le cauchemar se glissait au milieu des rêves. Le cauchemar c’est un rêve pour moi. Un rêve où les sensations ne sont pas agréables.

Est-ce que tu peux nous dire comment tu t’es organisée “méthodologiquement” pour écrire tes rêves?

Déjà la première chose, c’est que le soir avant de me coucher, je me dis que le lendemain je vais écrire mes rêves. Après je dors. Et après, parfois quand je rêve, je me dis que je sais que je vais devoir l’écrire le lendemain. Quand mon réveil sonne et avant d’ouvrir les yeux, je me remémore tous mes rêves de la nuit dans ma tête. Je me refais le film. Ensuite, j’écris sur les notes de mon téléphone, je mets l’idée principale de chaque rêve sous forme de tirets pour en oublier aucun. Une fois que j’ai tout posé, je reprends chaque point et j’essaie d’écrire les détails en développant chacun des rêves. Soit j’ai le temps et j’écris tout d’un coup, soit je finis dans les transports ! Parfois je complète. Si j’ai le temps, pendant le confinement par exemple, je pouvais y passer une heure, parfois quinze minutes… J’ai commencé en 2019, il y a des périodes où j’ai arrêté, des périodes où j’ai beaucoup écrit. Cela dépendait.

Qu’est-ce que tu as fais de ces récits ?

Je n’avais pas d’outils comme je l’ai dit précédemment mais je me suis appuyée sur un livre de Bernard Lahire, L’interprétation sociologique des rêves (2018) et notamment La part rêvée où sont écrits des récits de rêves et où lui les interprète. Alors j’ai essayé de prendre le même angle d’approche, de faire un peu comme il fait avec ces entretiens de rêves. Il avance avec l’idée que les rêves sont socialement situés, idée omise par Freud. Bernard Lahire n’est pas d’accord avec l’idée que les rêves constituent ce qu’il y a de plus censuré. Selon lui, le rêve se trouve déjà dans l’intime, nous ne sommes donc pas obligés d’y mettre des symboles. J’ai particulièrement aimé rechercher ce qui se cache derrière les figures des personnes présentes dans mes rêves. Sa théorie vise à dire qu’enfant, on fait des rêves d’enfant. Les riches et les pauvres ne rêvent pas de la même chose. Je pense aussi que il y a des rêves que tout le monde fait, j’ai parfois l’impression que certains ont déjà été faits par d’autres.

Les récits étaient dans mes notes de mon téléphone, je les ai mis sur word. J’avais l’impression d’avoir un trésor entre les mains. Il y avait autour de 400 pages… C’était incroyable. Je me disais qu’il y avait des messages à déchiffrer pour comprendre des choses sur ma vie. Ce qui m’intéresse dans cette démarche, c’est de tendre vers une certaine captation des messages du monde astral, mais l’égo prend le dessus, sur le fait d’avoir du contenu, de posséder, de l’avoir mis par écrit. Je me suis rendue compte, de manière paradoxale qu’il n’y avait aucune nécessité de ce flux de rêve, les rêves les plus importants, on s’en souvient. On m’a même amené à tout jeter. Je pense que je fantasmais les rêves, je pensais qu’ils allaient me délivrer un message magique. Mais en réalité, ce sont des choses simples et je n’ai pas eu d’illumination.

Pourquoi as-tu arrêté, est-ce qu’il y a un moment où ça s’arrête, où c’est la fin?

Non, je vais reprendre, ça demande du temps et de l’énergie. Cela te donne de l’énergie mais ça en prend. C’est un peu comme le sport, plus tu le fais, plus tu as envie de le faire, et plus tu arrêtes, plus c’est dur de s’y remettre !

Entretien mené par Guillemette Cauly



Citer ce billet
guillemettecauly (2023, 4 décembre). L’écriture des rêves : peut-on posséder les songes ? Festival Transversales. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uuar

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search