Journal Intime du capitalisme : rêver sa vie au passé, présent, futur

Eve Charrin aimerait sans la nommer nous parler d’elle, bien aimée ou mal aimée elle est fidèle, si vous voulez qu’elle vous la présente, elle doit d’abord nous parler des démons qui la hantent : “5500 signes espaces compris” pour le “magazine bien connu pour son classement annuel des fortunes de France”. Journaliste ayant côtoyé les plus grands de son champ, celui de la finance, ayant tenté à l’occasion de diverger de la ligne éditoriale qu’on lui imposait pour enfin faire converger la rédactrice et la journaliste qu’elle est, Eve Charrin dans son journal intime entreprend une esquisse pour une autoanalyse, et laisse derrière elle ce but inatteignable d’une “langue capable d’enclore le monde” et la posture objectivante d’un narrateur externe typique de la presse écrite.

OLNI : Objet Littéraire Non Identifié ?

La réputation de l’autrice la précède, et force est de constater que l’horizon d’attente d’une lecture est différent selon que l’on soit libraire ou lecteur. Si l’on se dirige vers la librairie avec la certitude de repartir avec ce que l’on est venu chercher, on aime tout autant flâner entre les livres pour trouver soi-même le livre en question. Puisque que c’est un livre paru dans la collection à vif chez Maurice Nadeau, dont l’essence est de publier “des récits contemporains, ancrés dans le réel, avec un angle littéraire poussé”, celui-ci doit certainement se trouver à côté d’une Annie Ernaux ou d’un Edouard Louis, en rayon littérature française ? Non. Peut-être a-t-il alors été rangé sur l’étagère témoignage tristement mis en valeur à l’étage ? Toujours pas. Se dissimulerait-il alors sur l’étal des essais parus récemment, c’est un texte non-fictif pourquoi pas ? Négatif. Nous voilà contraint d’être civilisé et de demander à un.e libraire de nous indiquer où le trésor fut caché. Le rayon “Economie, Droit et Entreprise” ne rend pas hommage à la maison d’édition, encore moins à son autrice, qui dans ce livre essaye justement de s’extraire de ce monde qu’elle a pourtant “contribué à faire advenir”. Mais, finalement, une journaliste du “magazine bien connu pour son classement annuel des fortunes de France” peut-elle un seul instant diverger des récits qu’elle produisait dans son journal ? C’est justement l’objet de ce livre : le journal intime d’une journaliste qui a travaillé dans un journal intime avec le capitalisme.

TTC : Titre Très Convaincant

Tout comme François Bégaudeau se plaît à rêver que son “manuel d’autodéfense intellectuelle” soit entre les mains d’un “aimable blaireau”, nous pouvons nous amuser, nous aussi, à rêver que du fait de cette classification pour le moins ambitieuse, un étudiant libertarien en master Monnaie, Banque, Finance, Assurance (MBFA) à la nouvelle Université de Rennes, se soit laissé convaincre par ce texte, situé non loin de la biographie d’Elon Musk et des success story en tout genre cultivant le mythe de l’entrepreneur. Dans ce safespace, notre étudiant en chemise bleu a pu percevoir dans le titre de ce livre, “Journal intime du capitalisme”, la relation amoureuse de l’autrice pour ce système de production charmeur. Espérait-il lire alors, par les mots d’une autre, les sentiments qui le traversent lui depuis son Bachelor in Management à la Rennes School of business ? En une petite recherche google sur “Eve Charrin”, les occurrences “presses économiques” et “Challenge’s” qui sont directement associé à l’autrice le convainc rapidement, et il ne prend pas la peine de lire la quatrième de couverture… “Journaliste de gauche dans la presse de droite, rêveuse dans un monde de flux tendus, la narratrice raconte le travail quand il se fait piège.”  Pour reprendre le mot de Bégaudeau, “comment pourrait-il se faire que cet aimable blaireau se retrouve avec ce texte entre les mains”?  Si l’écrivain est obligé de passer par la fiction pour imaginer un seul instant que le dit manuel ne soit pas lu par un déjà convaincu, nous pouvons dans notre cas affirmer que c’est un coup d’un.e employé.e de la librairie, qui a sans doute un master en trotskisme option entrisme et stratégie Gramscienne.

PIB : Plaisir Intérieur Brut

A la lecture, l’étudiant a peut-être rapidement, dès la première page, refermé ce livre “Chaque jour de la semaine je travaillais dans un journal dont la ligne éditoriale reflétait assez fidèlement les idées du Medef. (…) il fallait bien se rendre à la réalité visible et vérifiable : chaque jour j’écrivais dans ces journaux-là que je n’aimais pas une histoire dont je ne voulais pas, et qu’ainsi à ma mesure minuscule, comme beaucoup de gens, je contribuais à faire advenir”. Ou bien a-t-il dévoré ce livre pour mieux connaître son ennemi, tel le mantra qu’il entendait ici où là “tout capitaliste à lu Marx”. Ou bien a-t-il lu dans cette histoire personnelle l’inéluctabilité de l’aliénation au travail, et accepte-t-il son sort sans broncher puisque lui, au moins, les convictions qu’il a sont en parfaite adéquation avec ses ambitions professionnelles. Ou bien, peut-être, à l’heure actuelle, a-t-il abandonné ses études en même temps que sa chemise bleu au profit d’un sweat rouge adidas, pris sa carte chez Lutte Ouvrière, appris l’Internationale, parle de rapport de force et de matérialisme historique entre de deux tractages à la station République. Et quand il  croise un ancien compagnon de route le vendredi matin, resté en Master Monnaie, Banque, Finance, Assurance, notre étudiant lui parle du Grand Soir qui approche, et celui-ci lui répond “ça à l’air cool, c’est organisé par quel BDE ?”. Ils ne parlent plus la même langue.

BCE : Banque de Choix Épisodique

Tout comme Eve Charrin tente de le dire, la vie est une histoire de choix, et à défaut d’avoir fait les bons, il ne nous reste plus qu’à se rêver dans le corps d’un double qui en aurait pris d’autres. Peut-être que notre étudiant a fait le meilleur choix de sa vie en se laissant piéger par un enfant d’Arlette Laguiller employé de librairie, peut-être qu’Eve Charrin se dira qu’elle a enfin maîtrisé le récit qu’elle a produit, sans pour autant en maîtriser sa réception. Évidemment que le texte propose, bien entendu que le lecteur dispose, et peut-être qu’à la lecture de ce livre, on pourra se rendre compte que son ancien journal impose.



Citer ce billet
jeanlegoaziou (2023, 25 novembre). Journal Intime du capitalisme : rêver sa vie au passé, présent, futur. Festival Transversales. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uuai

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search