En temps de guerre, les enfants sont-ils toujours des enfants ?

Mais comme elle ne pourrissait pas…Blanche-Neige, Angélica Liddell, 2005
Avertissement : l’article suivant comporte des mentions de guerre, de viol et de mort.

Pour nous parler de l’enfance et de la guerre, la dramaturge espagnole se réapproprie le conte des Frères Grimm. Choix audacieux qui amplifie notre sentiment d’inconfort à l’idée d’associer ces deux thèmes. Pourtant dans la réalité, les enfants représentent une grande partie des victimes de guerre. Ainsi, en guise de pierre tombale, la dernière page comporte cette seule inscription :

BESLAN, 171 ENFANTS MORTS

page 53

Angélica Liddell fait ici référence à la prise d’otage de Beslan en 2004 en Russie lors de la Seconde Guerre de Tchétchénie. Néanmoins son texte fait écho avec une réalité guerrière plus large qui résonne avec notre actualité. 

SOLDAT. – Quand la fillette eu douze ans, la guerre en avait déjà deux.

En ce temps-là, chaque événement du quotidien était précédé par la mort. En ce temps-là, les victoires étaient remportées selon le nombre d’enfants assassinés.

La guerre entre armées n’était plus au goût du jour. Les pertes civiles constituaient désormais le principal objectif et les enfants ne tardèrent pas à devenir les victimes de prédilection. Les bombes explosaient dans les écoles, dans les crèches, dans les orphelinats… Elles étaient cachées à l’intérieur des poupées ou recouvertes d’une poignée de bonbons. Il y avait tout juste assez de sacs et de terre pour ensevelir tous les enfants assassinés. 

page 37

Et toi, toi, tu me racontes un conte de fées ?

Angélica Liddell noircit le récit des Frères Grimm. En travestissant les histoires d’enfants par le réel, elle applique textuellement une réalité cruelle de la guerre où le rêve est arraché à l’enfance. Immédiatement, les titres des 8 scènes sautent aux yeux. Chacun fait référence de près ou de loin à un élément essentiel du conte :

  • Scène 1 : « La marâtre – Guerre »
  • Scène 2 : « Les sept questions »
  • Scène 3 : « La famine – Pomme »
  • Scène 4 : « Résurrection – Viol »
  • Scène 5 : « Un Mariage – Une épouse de guerre – Une enfant soldat »
  • Scène 6 : « L’exercice de la cruauté »
  • Scène 7 : « La torture – Blanche-Neige déforme son visage »
  • Scène 8 : « Au dodo »

La dramaturge fait référence au genre même du conte et reprend parfois ses codes. Le personnage de « SOLDAT » est en fait un personnage-conteur qui sert de narrateur à la pièce. Il est cependant mis en tension, de fait, par son statut de soldat. De plus, les personnages mentionnent eux-mêmes le genre du conte :

[Blanche-Neige.] – Mon père me racontait des contes de fées

pour m’apprendre ce qu’était le mal.

Et à la fin, je me mariais toujours avec le Prince.

Et toi, toi, tu me racontes un conte de fées ?

page 42

[SOLDAT.] – Les petites filles, ça apprend tout dans les contes.

Ton père t’en a raconté, des contes ?

Il s’en passe de ces trucs dans les contes.

Des trucs nauséabonds.

Des trucs méchants.

Dans les contes, il y a toujours des méchants.

Les bons et les méchants.

Les bons et les méchants.

Les bons et les méchants.

page 46

Il se dégage une dimension méta-textuelle. D’une part, par la mise en abyme que produit le discours des personnages sur le genre littéraire auquel ils appartiennent partiellement, mais aussi parce que la pièce agit de manière didactique comme ce que les personnages mettent en avant avec l’opposition bien / mal. En outre, une certaine ironie apparaît quand Blanche-Neige évoque son mariage supposé, mais aussi une mise en abyme puisque le personnage de la pièce fait référence à un élément textuel de l’univers auquel il appartient. Le lecteur ou le spectateur qui connait de près ou de loin le récit des Frères Grimm (ou même le film de Walt Disney), sait que le texte original se solde par un mariage heureux. L’ironie est doublée lorsqu’à la scène 5 le lecteur ou spectateur voit ce mariage avec le Prince remplacé par un mariage forcé avec un officier. Le texte met en exergue l’impossibilité de raconter un conte de fée. Peu importe à quel point le texte utilise le matériau de Blanche-Neige, il est toujours détourné par les horreurs de la guerre. 

Miroir, miroir…

Chaque élément du récit de Blanche-Neige est associé à un aspect de la guerre, créant un contraste non seulement entre le domaine de l’enfance et le domaine de la violence, mais aussi entre le monde de l’imaginaire et le monde du réel. Quoi de mieux pour discourir sur l’injustice de la guerre envers les enfants, que d’utiliser un genre destiné aux enfants et de le subvertir ? Le choix de la dramaturge provoque d’emblée un malaise qui ne fait que se concrétiser tout au long de la pièce. Puisque ce ne sont pas seulement les titres des scènes qui rappellent le texte original de Blanche-Neige. La pièce est truffée de références au conte, sans compter le personnage de la petite fille qui s’appelle Blanche-Neige. Par exemple, tout comme le personnage des Frères Grimm, lorsqu’elle se promène dans la forêt, les bêtes sauvages ne lui font aucun mal alors qu’elle s’y précipite en blessant ses pieds sur les pierres et les épines. C’est ainsi que, comme le suggère le titre de la première scène, le personnage de la marâtre est incarné dans le texte de Angélica Liddell par la guerre elle-même :

[SOLDAT.] Les guerres sont comme les marâtres perverses. Elles veulent toutes être la plus belle. Elle se regardent toutes dans le miroir d’une autre guerre. Et lorsqu’elles identifient une victime plus belle que la guerre elle-même, elles n’ont de cesse de la persécuter jusqu’à ce que mort s’ensuive.

page 38

De la même manière, la pomme si appétissante que Blanche-Neige ne peut s’empêcher de manger est comparée à la famine qui sévit lors de guerre et pousse à commettre des horreurs pour se procurer de la nourriture. Les sept nains, eux, sont rappelés par le spectre de sept questions existentielles que le père de Blanche-Neige lui a appris, auquel le soldat répond notamment qu’elle n’est pas ici pour dormir. Il y a alors une première rupture avec le texte original où elle bénéficie de l’hospitalité des nains. 

Enfance en guerre

La scène heureuse de la résurrection est remplacée par une violente scène de viol collectif dont Blanche-Neige, la fillette, est victime alors qu’elle gisait dans la forêt. Sept fois elle pose une question qui fait écho avec le sujet de cet article :

Comment puis-je rester la même avec cette douleur ?

page 44

La pièce évoque ensuite le processus de brutalisation que subissent ces enfants qui sont exposés à la violence puis contraints de l’exercer, rappelant la vengeance de Blanche-Neige contre la marâtre dans le texte original. Puis vient la colère contre le monde :

[Blanche-Neige.] – J’utilise l’argent consacré à l’enfance

pour emmerder le monde.

L’enfance n’existe pas.

Alors prends ton arc-en-ciel et fous-toi-le dans le cul.

page 47

[Blanche-Neige.] – Qu’avez-vous fait de ma bonté ?

Qu’avez-vous fait de ma bonté ?

Qu’avez-vous fait de ma bonté ?

page 49

Le septième scène détourne le motif de la beauté de Blanche-Neige : ici, elle refuse d’être jolie pensant que c’est ceci qui lui a apporté tout son malheur, tandis que chez les Frères Grimm, c’est grâce à cette beauté qu’elle est sauvée par le Prince. De la même manière que la pièce commence dans le malheur, elle se finit tragiquement par une scène qui peut être interprétée comme une scène de suicide où Blanche-Neige et le soldat deviennent déserteurs. C’est ainsi qu’en fin de pièce, le motif du sommeil et des morts présumées de Blanche-Neige, passe du miracle à la fatalité et du temporaire au définitif. 

Le rêve et l’innocence sont confisqués aux enfants par les mains des adultes qui étaient chargé de les protéger, par analogie, Angélica Liddell utilise le conte pour le déposséder de sa magie et du rêve.

Références bibliographiques



Citer ce billet
Clémentine Noblet (2023, 25 novembre). En temps de guerre, les enfants sont-ils toujours des enfants ? Festival Transversales. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uuaf

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Rault dit :

    Bravo!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search