Narnia, un monde rêvé ?

Originellement connue sous le titre The lion, The Witch and the Wardrobe écrit par Clive Staple Lewis en 1950, l’histoire de Narnia se décline en sept tomes et a été adaptée en une saga de films en 2005 par Disney. 

Cette histoire tourne autour d’une fratrie : Peter, Susan, Edmund, et Lucy. Tous les quatre sont envoyés dans la campagne anglaise chez le professeur Digory Kirke pour échapper aux dangers de la seconde guerre mondiale ainsi qu’aux bombardements qui pleuvent sur Londres. Les personnages principaux étant des enfants, on ne s’étonne pas de rapidement les voir jouer. Cependant la partie de cache-cache ne se termine pas vraiment, elle n’est que le début d’une aventure…

Nous connaissons tous l’armoire donnant sur un autre monde, or ce monde n’est pas qu’un monde, c’est un rêve, c’est une réalité, c’est un état d’esprit, c’est un tout que l’on appelle : « Narnia ». 

Qu’est-ce qui se cache réellement derrière ce monde fantastique ? Que représente Narnia ?

À Narnia on peut croiser des animaux qui parlent, monsieur et madame Castor sont des gens tout aussi bavards qu’on pourrait l’être. Aslan, le roi de ce monde, n’est autre qu’un lion qui peut apparaître et disparaître à souhait. L’antagoniste principale n’est autre qu’une sorcière cruelle qui manipule la glace. En somme, c’est une vision du monde manichéenne qui divise cet univers dans lequel il faut choisir son camp. Rapidement la fratrie des Pevensie sort du lot, ils étaient attendus. 

Ils sont en fin de compte les rois et les reines que Narnia attendait pour se libérer du joug de la reine Blanche, que rêver de mieux ?

Et bien justement, Narnia est un rêve, un jeu construit de toutes pièces par cette fratrie qui dans un grand besoin d’évasion a su mobiliser un pays merveilleux enneigé et pourtant très chaleureux à leurs yeux. Au fil des années cette fratrie est amenée à retourner à Narnia, mais un jour les ainés, Peter et Susan, font leurs adieux. Ils savent qu’ils ne reviendront plus. Narnia n’est pas un monde comme les autres, c’est un monde que l’on ne peut voir qu’avec des yeux d’enfants. 

Pour nous le prouver, Narnia regorge de légendes typiquement réelles aux yeux des enfants comme le Père Noël, les faunes, les animaux qui parlent ou encore les sorcières. Ce rêve commun que Peter, Susan, Edmund et Lucy avaient fondé ensemble était un lieu de refuge, un lieu où ils pouvaient être des enfants, des rois et des reines, un lieu où leur imagination et leur personnalité pouvaient s’exprimer librement, loin de la guerre et de l’hostilité d’une maison qu’ils ne connaissent pas. 

La fin de ce rêve approche et ce n’est pas le réveil, c’est l’âge adulte. Susan avait treize ans lors de sa première entrée à Narnia et vingt et un lors de sa dernière. Ce qu’il faudrait comprendre c’est que ce n’est pas uniquement l’âge qui empêchera Susan et Peter de revenir à Narnia, c’est leur imaginaire, leur capacité à rêver. En grandissant les centres d’intérêts et la capacité à s’émerveiller s’amenuisent par conséquent ce sanctuaire de rêveur que constitue Narnia n’est plus l’idéal d’un jeune adulte qui doit se concentrer sur sa vie active afin de trouver un emploi, de subvenir à ses besoins et autres tracas.

Pourtant même Lucy aimerait grandir, elle rêve de devenir une jeune femme aussi accomplie et jolie que sa sœur aînée. 

Mais alors qu’est-ce qu’un rêve ? 

Le rêve sous le prisme de Narnia prend ici deux sens : c’est un monde où l’on peut être ce que l’on veut mais c’est aussi un idéal que l’on n’a pas encore atteint. 

Les rêveurs sont toujours les mêmes, ce sont des enfants, des Lucy, des Edmund, des Susan et des Peter, qui un jour ont dû faire appel à un rêve avant de pouvoir vivre le leur.

L’élément du rêve dans Narnia 

Les portes d’entrée du rêve dans Narnia semblent toujours aquatiques : l’eau est un élément qui permet de symboliser les limites du rêve, sans pour autant imposer de barrières fermes car l’eau est un élément fluide qui suggère une grande part de subjectivité et de possible. 

Dans le troisième film de la saga Disney, Lucy, Edmund et leur cousin entrent à Narnia par un tableau. Comme à chaque fois, l’entrée dans Narnia se fait par le biais d’un objet bel et bien réel. Un objet banal que l’on peut retrouver dans notre quotidien domestique car c’est cela qui symbolise l’évasion si propre à Narnia. C’est que ce n’est pas un autre monde, c’est le monde réel vu et modifié par un regard de rêveur, par un regard d’enfant.

On peut se demander pourquoi le bout du monde devrait être effrayant. Pourquoi ne serait-il pas fleuri et paisible ? A Narnia, on répond à la question par « pourquoi pas », car tout est possible quand on l’imagine, c’est la philosophie qui s’applique à Narnia.

Le bout du monde peut aussi prendre la forme d’une immense vague se tenant éternellement haute comme un rempart qui se dresserait entre Narnia et le reste du monde. Comme une bulle censée être éphémère, un rêve de courte durée, comme une vague qui s’élève avant de se briser sur le sable. Mais pas ici, à Narnia la parenthèse est plus longue, le temps est comme suspendu, ainsi la vague ne se brise pas sur la plage. Au-delà de cette vague, c’est un autre monde qui nous attend, celui du repos éternel. C’est là que se rend Ripitchip, ce vaillant personnage appartenant à la famille des rongeurs, lorsqu’il estime avoir vécu assez d’aventures.

En parlant de temps, on ne vieillit pas vraiment à Narnia. Notre véritable corps resté dans le monde réel ne vieillit pas à la même vitesse que notre corps narnien. À la fin du premier volume de l’histoire, les Pevensie sont devenus de jeunes adultes à Narnia, mais lorsqu’ils se rappellent qu’ils ont une vie qui les attend là-bas dans l’autre monde, ils retrouvent leur corps et leur âge d’origine. Ils ne sont finalement que des enfants qui jouaient et s’imaginaient grandir dans cet autre monde qu’est Narnia. 

Voilà comment, que ce soit dans des livres ou des films, le monde de Narnia nous fait réfléchir sur notre capacité à rêver. Il est vrai qu’en grandissant certains s’oublient dans leur quotidien, parfois au profit d’une certaine maturité, mais sûrement aussi au détriment d’une aventure. 

Alors, que vous soyez un enfant ou que vous ayez dépassé vos vingt et un ans comme Peter et Susan, n’oubliez pas vos yeux de rêveur avec lesquels tout peut devenir fantastique et surtout, surtout, faites attention à l’eau qui vous entoure, qui sait, là pourrait bien se cacher une porte d’entrée sur Narnia, ou sur un autre monde…



Citer ce billet
louiserenoux (2023, 21 novembre). Narnia, un monde rêvé ? Festival Transversales. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uuaa

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search