L’oiseau du paradis

Il était une fois, une jeune fille nommée Hortense qui vivait seule avec son père. Sa mère s’était éteinte, emportée dans les affres d’une grave maladie. Hortense souffrait beaucoup de son absence. Elle espérait se libérer de son chagrin et rencontrer le grand amour. Pourtant, bien qu’elle l’ignorait, elle était maudite.

Quand elle était petite, lors d’une de ses promenades, Hortense avait découvert un grand champ fleuri et une petite rivière qui coulait tranquillement au milieu des couleurs florales. C’était son endroit préféré, elle s’y rendait très souvent. Mais peu après le décès de sa mère, alors qu’elle se dirigeait vers la rivière pour se rafraîchir, elle découvrit une fleur comme elle n’en avait jamais vue. C’était un oiseau de paradis, une plante rare qui ne poussait pas près de chez elle, en temps normal. Intriguée par sa splendeur, Hortense eut envie de la toucher. Elle retira un pétale pour la sentir, mais dès que le pétale fut arraché, Hortense perdit connaissance et le champ de fleurs disparut. La fleur était enchantée. 

Quand Hortense se réveilla, elle se trouvait dans la cour de son château, et un petit elfe l’attendait. Il lui annonça que si elle sentait ou touchait une autre fleur que l’oiseau de paradis, elle tomberait malade et resterait maudite. Mais si un jour elle recevait cette plante d’un homme qui l’aimait et la chérissait, la malédiction serait brisée. Troublée, Hortense crut qu’elle rêvait encore. Elle n’avait jamais vu cet elfe. Elle se leva rapidement et se précipita au château pour avertir son père. Ce dernier ne la crut pas.

Mais au bout de quelques jours, ce dernier se rendit compte de la malédiction de sa fille et il supprima alors toutes les fleurs du château, de la cour et du royaume, pour protéger Hortense qui tombait sans cesse malade. Bientôt, il n’y eut plus une seule fleur dans les jardins. Aucune fleur dans les vases des salons, dans les couloirs de la cour, ni dans la chambre d’Hortense… Son père, qui allait bientôt mourir, espérait que sa fille trouverait un homme à la hauteur afin d’avoir un héritier qui lui succèderait. Mais dans le royaume, les nobles comme les plus pauvres faisaient la cour aux femmes avec des fleurs. Or, l’oiseau de paradis était une fleur très difficile à trouver, à cause de son origine exotique. Le roi était désespéré et ne savait que faire pour sauver sa fille qui souffrait de plus en plus de ce mauvais sort. 

Un matin, lors d’une belle journée de printemps, Hortense se sentit mieux et eut envie d’aller se promener. Elle sortit discrètement du château pour ne pas être repérée par son père. Elle se glissa derrière une haie et courut jusqu’au village. Arrivée au niveau de la frontière qu’elle ne devait pas franchir, elle s’arrêta. Elle était pourtant déjà sortie hors du château depuis plusieurs années. Elle respira un bon coup pour se donner du courage. La jeune princesse avança doucement, comme pour feindre la fuite qu’elle prenait, et s’enfonça dans le village. Elle prit le temps d’observer les maisons et les passants autour d’elle. Quel bonheur d’être de retour dehors, loin des murs clos de sa chambre !

Soudain, quelque chose attira son attention. La porte d’une vieille maison qui se trouvait au coin d’une rue était grande ouverte. À l’intérieur, Hortense perçut une forme très colorée qui brillait. Elle entra et s’approcha lentement.

Un drap enveloppait l’objet lumineux. Alors qu’elle allait le retirer, une voix l’arrêta. C’était une voix masculine. Hortense se retourna, surprise.

Elle croisa son regard et un coup de foudre les frappa tous les deux au même instant. Ils se présentèrent sans quitter l’autre des yeux.

Curieuse, la princesse demanda au jeune homme ce qu’il y avait sous le drap. Il lui répondit que c’était un cadeau qu’il offrirait à la femme qu’il épouserait. Hortense rougit et baissa les yeux. Elle discuta ensuite longuement avec le jeune homme et apprit qu’il s’appelait Jasmin.

Lui aussi portait le nom d’une fleur ! Décidément, son mauvais sort la suivait partout…

Hortense revint voir Jasmin tous les jours, quand son père faisait la sieste. Il ne devait pas savoir qu’elle sortait, sinon il serait furieux. Au cours des semaines, Hortense et Jasmin devinrent très proches et finirent par tomber amoureux.

Mais alors qu’elle sortait du château depuis trois mois, la jeune princesse tomba gravement malade. Au moment de ses promenades, il lui était arrivé de sentir plusieurs odeurs de fleurs, bien malgré elle mais toujours ravie de ses excursions. Elle n’avait pas pu les éviter, car le marchand de fleurs du village se trouvait juste à côté de la maison de Jasmin.

Un jour, Hortense avoua tout à son père, qui se demandait pourquoi elle tombait à nouveau malade. Lorsqu’il comprit, il entra dans une colère furieuse. La jeune femme se sentit coupable mais le mal était fait. Son père chercha néanmoins un moyen de la guérir, mais rien ne fonctionnait… 

Au bout de plusieurs semaines, Hortense devint très faible. Son corps était très maigre et elle n’avait presque plus de forces. Une nuit, elle crut rendre son dernier souffle chaque fois qu’elle toussait. Mais le lendemain matin, alors qu’elle avait réussi à s’assoupir, une surprise l’attendait. Dès qu’elle ouvrit les yeux, elle découvrit sa chambre occupée par tout un petit monde. Son père était à son chevet et lui souriait tristement. Lorsqu’elle fut suffisamment réveillée, quelqu’un fit son entrée dans la chambre de la princesse. C’était lui. Jasmin. Elle l’avait tant attendu, ses pensées allant vers lui chaque jour. Il portait, dans ses bras, une fleur. Une fleur colorée et éclatante. Hortense lui attribua son plus beau sourire, émue aux larmes. Jasmin s’agenouilla près d’elle et lui annonça “Ma chère Hortense, prends cette fleur en cadeau et je t’épouserai”. La jeune femme en perdit les mots. Malgré sa faiblesse, elle toucha délicatement un pétale de la plante. Soudain, toute la pièce s’illumina et Hortense fut libérée de la malédiction. Le soir même, tout le village vint assister au mariage de la princesse. Les jardins, la cour et tous les vases du château furent remplis à nouveau de fleurs de toutes sortes et de toutes les couleurs. Le roi était heureux et pouvait laisser son trône sans inquiétude. 

Hortense emmena ensuite Jasmin avec elle, près de la rivière, au milieu du champ de fleurs. Comment avait-il su pour la fleur qui pouvait la sauver ? Il avait croisé le petit elfe, qui avait voulu l’attraper, lui aussi. Il ne s’était pas laissé faire et avait retourné le sort contre lui.

L’oiseau du paradis avait donc disparu. Mais Hortense était libérée et son rêve fut accompli. Jasmin et la jeune princesse vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. 

Et le petit elfe, lui, tomba malade sans trouver de remède à son malheur !

Source pour l’image de la fleur Oiseau du paradis



Citer ce billet
louisemenard (2023, 21 novembre). L’oiseau du paradis. Festival Transversales. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uua8

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search