Dystopies : quand le rêve devient cauchemar

Le cauchemar est l’épreuve nécessaire du rêve, sa première incarnation

Yvon Rivard

Je suis une grande fan de dystopie. Je pense que c’est le premier genre littéraire auquel je me suis réellement intéressée. J’ai commencé, comme beaucoup d’autres personnes, par Hunger Games, la trilogie de Suzanne Collins m’a complètement absorbée. Que ce soit les romans ou les films, j’ai adoré les personnages et l’univers. 

Un peu plus tard, au lycée, j’ai eu la chance d’étudier 1984 de Georges Orwell, et je pense que c’est à ce moment-là que j’ai compris l’effet que la dystopie pouvait avoir sur moi : un univers sombre, de réelles problématiques qui me touchent et me questionnent. J’ai compris l’engagement à travers les mots, mais aussi la construction d’un univers à partir de la réalité. 

La dystopie est un genre décrivant un univers utopique sombre, représentant une société souvent opprimée, dans un futur plus ou moins proche. Le genre de la dystopie peut s’appuyer sur plusieurs supports, le plus connu étant la littérature. Mais on peut aussi le retrouver dans la musique, le cinéma ou encore dans les jeux vidéo. Ce genre permet souvent de dénoncer plusieurs aspects de la société actuelle en les poussant à leur paroxysme afin d’en voir les déviances. Souvent, nous nous retrouvons dans une société totalitaire, marquée par une liberté moindre et une population réprimée. 

J’aimerais, pour commencer, revenir rapidement sur l’historique de la dystopie. Le genre de la dystopie existe depuis de nombreuses décennies. Le terme dystopia a été utilisé pour la première fois en 1868 par John Stuart Mill, un philosophe britannique. Mais on considère que ce n’est qu’au milieu du XXe siècle que les premières œuvres de dystopie apparaissent, avec des romans comme Le Meilleur de Mondes d’Aldous Huxley, publié en 1932.

Mais c’est dans les années 2010 que la dystopie populaire connaîtra son âge d’or avec la publication de séries comme Hunger Games de Suzanne Collins, Divergente de Veronica Roth ou encore Le Labyrinthe de James Dashner, qui seront des romans à succès et qui seront adaptés en films. Le succès de la dystopie dans ces années sera fulgurant mais ne durera pas sur le long terme. En effet, il y aura quelques succès comme The Handmaid’s Tale : La Servante écarlate de Margaret Atwood qui sera adaptée en série et diffusée depuis 2017 et qui est toujours en production aujourd’hui. Si le genre est désormais un peu moins en tête de gondole, on notera tout de même l’annonce et la sortie du préquel de la trilogie Hunger Games : La ballade du serpent et de l’oiseau chanteur. Le roman a été publié en 2020 et son adaptation cinématographique sort le 15 novembre de cette année. Le livre comme le film ont pu être portés par une publicité à grande échelle, ce qui a permis de créer une réelle attente pour le public dans le monde entier. 

En France, je trouve que cette nouvelle tendance pour la dystopie a été marquée par la sortie de la trilogie Absolu écrit par Margot Dessenne. Le premier tome publié en 2022 s’est hissé avant même sa sortie dans les meilleures ventes jeunesse tandis que le second tome sorti cette année se classe parmi les romans les plus attendus de l’année. J’ai moi-même lu et adoré ces deux premiers tomes et attends avec impatience le dernier tome qui devrait sortir à la rentrée 2024.

Pour moi, le réel attrait de la dystopie est sa capacité à nous entraîner dans un autre monde. On est facilement téléporté et complètement absorbé par ce monde imaginaire. Et malgré cette image plutôt « négative » du monde, je ne peux pas m’empêcher de rêver. Et pour moi, le rapport au rêve dans la dystopie est essentiel. Dans la majorité des cas, l’objectif d’une dystopie est de dénoncer les potentielles dérives de notre société. Mais comment mieux alerter qu’en construisant un rêve pour finir par le détruire ? Le Capitole de Suzanne Collins a commencé par me faire rêver pour finir par me dégoûter. Les idéaux que l’on nous présente sont faits pour être déformés, étirés. Le rêve se transforme en cauchemar.

Souvent, la dystopie est définie comme une utopie sombre. Mais qu’est-ce qu’une utopie ?  Il s’agit d’un univers construit de façon idéale par son créateur. Elle ne présente que des caractéristiques parfaites, idéalisées du point de vue de celui qui l’a créé. En revanche, le plan assez classique d’une dystopie est la mise en place d’une société qui paraît “classique”, idéale et dont on va découvrir au fil de l’histoire les défauts, les limites.

Cela permet de mettre en avant le fait qu’une société dite “idéale” ne peut pas exister. Chaque bonne chose a son mauvais côté. L’exemple le plus connu est Le Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley sorti en 1932 qui nous présente une société aux premiers abords parfaite : il n’y a plus de maladie, les traits de la vieillesse sont gommés. Mais on peut voir au cours de notre lecture que cette société est tout sauf parfaite. La dystopie permet de montrer que chaque idéal a ses limites. 

De plus, dans la plupart des dystopies, la fin est plutôt “positive”. Particulièrement, dans les dystopies destinées à un public jeune. Cela montre la volonté des auteurs de faire passer un message d’espoir : malgré tous les défauts que peuvent avoir les sociétés humaines et leurs dérives, il y a toujours une solution. Il y a toujours le calme après la tempête. Il y a toujours une part de rêve dans le cauchemar. 

Deux larmes de gin coururent le long de son nez. Mais ça allait bien, tout allait bien, la lutte était terminée. Il avait vaincu contre lui-même.

1984 de Georges Orwell

Si vous n’êtes pas familier avec ce genre littéraire, voici une petite sélection de romans dystopiques dont j’ai pu parler au cours de cet article et qui pourraient vous intéresser. 



Citer ce billet
lauramittonmoczygeba (2023, 16 novembre). Dystopies : quand le rêve devient cauchemar. Festival Transversales. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uua7

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search