Faire de la parole une arme. A voix haute : la force de la parole

Article proposé par Sébastien Rousseau

À l’honneur lors de cette 8e édition du Festival Transversales, la notion d’enseignement par la littérature et les arts est au cœur de nos interrogations. Notre intérêt s’est laissé porter sur le film documentaire de Stéphane de Freitas À voix haute : la force de la parole. Réalisé en 2016, il est d’abord diffusé sous forme de documentaire avant de sortir en version cinéma. On y aborde l’idée de transmission d’un point de vue particulier : celui de l’art oratoire.

À voix haute, c’est l’histoire d’étudiants de différents cursus de l’université de Paris Saint-Denis qui s’inscrivent au concours « Eloquentia », un concours de rhétorique initié par Stéphane de Freitas (réalisateur de ce documentaire) en 2012. Pendant six semaines, avec l’aide de professionnels, ils apprennent à utiliser les ressorts du discours oral, gardant toujours pour maîtres-mots convaincre et galvaniser pour enfin, le jour du concours, s’affronter entre eux sur plusieurs thèmes politiques ou philosophiques à l’occasion de débats. Le gagnant est élu « meilleur orateur du 93 ».

« La parole, c’est une arme, c’est quelque chose qui me permet de pouvoir me défendre et de défendre certaines de mes idées », voilà le sens du concours pour ces étudiants : qu’ils soient confiants ou qu’ils manquent d’assurance, timides ou extravertis, qu’ils viennent d’un milieu social aisé ou défavorisé, ils sont tous en mesure d’arriver à maîtriser cette rhétorique. Et si chacun possède un rapport différent à la parole, elle reste pour tous une arme qui peut changer leur vie. À de multiples occasions, la parole est même comparée à un sport de combat, impliquant non seulement tout le corps, mais obligeant aussi à faire face à des interlocuteurs lors de débats, et c’est en cela qu’elle oblige à sortir de sa zone de confort.

            Par ailleurs, on s’attache immédiatement à tout ces jeunes d’origines différentes qui se dévoilent à travers leurs témoignages mais aussi et surtout lorsqu’ils sont devant leurs auditoires ; presque mis à nus, n’ayant pour seule arme que leur rhétorique. Peut-être que c’est précisément à ces instants qu’on peut se retrouver en eux : qui n’a jamais eu peur de s’exprimer en public ? Qui n’a jamais ressenti ce trac ou cette excitation face à un auditoire ?

Pendant longtemps, négligé par certains milieux sociaux défavorisés soit parce qu’ils ne s’en jugeaient pas légitimes, soit parce qu’on ne les écoutait pas, l’art oratoire est ici représenté sous un nouveau jour : le film-documentaire nous montre cet art non plus comme élitiste, mais auquel chacun peut accéder, sa différence faisant justement sa force. C’était là le de Stéphane de Freitas : « Ces jeunes, qu’on stigmatise trop souvent, ont des ressources insoupçonnées. Tous ont des choses passionnantes à dire et à faire. Il était important de garder une trace de leur travail ».

À voix haute séduit parce qu’il nous montre des personnages attachants qui passent par rires et larmes. On se retrouve dans ce film ; il donne de la voix à ceux qu’on entend trop peu. Mais surtout, il émane de ce film une puissance mêlée à une bienveillance des uns pour les autres grâce à cet art de la communication, grâce à cette force de la parole.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.