Azur et Asmar : aller au bout de ses rêves

De l’autre coté de la mer, dans le pays de la fée des djinns, il fait toujours soleil, partout des roses et du jasmin […]. Les maisons sont bleues comme dans un rêve […].

– Azur et Asmar de Michel Ocelot

Je n’ai jamais beaucoup regardé la télévision lorsque j’étais enfant. J’étais plutôt le genre d’enfant a avoir le nez dans un livre et dont les parents contrôlaient le temps d’écran. Mais un des dessins animés qui m’a le plus marquée est Azur et Asmar de Michel Ocelot. De plus, on peut dire que l’œuvre m’a suivie sur de nombreuses années : je l’ai étudiée quand j’étais en primaire, j’en ai joué des scènes avec ma classe… Encore aujourd’hui, il m’arrive de regarder le long métrage, les yeux pleins d’étoiles, toujours aussi fascinée. 

Azur et Asmar est l’histoire de deux jeunes garçons élevés ensemble par une femme, Jenane. Elle est la mère d’Asmar et la nourrice employée par le père d’Azur. Jenane avait l’habitude, chaque soir avant de les coucher, de leur raconter la légende de la Fée des Djinns, une fée prisonnière de l’autre côté de la mer dans une grotte sombre, que seul un valeureux prince franchissant de nombreuses épreuves pourrait libérer.

Les deux garçons continuent à grandir ensemble, recevant pour Azur une éducation privée et très complète et pour Asmar le minimum des connaissances données par sa mère. 

Mais quelques années plus tard les deux garçons seront séparés lorsque le père d’Azur décide de renvoyer la nourrice et son fils considérant qu’ils n’ont plus aucune utilité.

Ce n’est qu’une fois après avoir atteint l’âge adulte, qu’Azur décide de traverser l’océan dans le but de libérer et d’épouser la Fée des Djinns. Il va alors traverser un pays dont il découvre la culture et les particularités. Il va y rencontrer Crapoux, qui deviendra son compagnon de route. 

Puis, en traversant la ville à la recherche d’indices, il tombera par hasard sur sa nourrice. Jenane est devenue très riche et décide de l’aider dans ses épreuves, à condition qu’Asmar vienne avec lui, ce qu’Azur acceptera sans hésiter. Les deux frères partiront alors dans leur aventure. 

Après le large succès de Kirikou et la Sorcière, sorti en en 1998, Michel Ocelot veut, avec ce long-métrage, continuer à explorer les différentes régions du monde tout en parlant de problématiques importantes comme les inégalités de richesse.

Il choisit alors pour la première fois le numérique pour illustrer ses propos. Pour lui, il s’agit du meilleur outil pour retranscrire la magnificence de ce conte. 

Il s’inspire alors du Moyen-Orient pour situer son œuvre. Il visite même l’Algérie, la Tunisie et le Maroc pour inspirer son image. 

Le film sera présenté en 2006 au Festival de Cannes devant des centaines d’enfants issus de Zones d’Education Prioritaires. Michel Ocelot a à coeur de faire d’Azur et Asmar un conte qui réunit et qui permet de mettre en lumière les inégalités qui existent partout dans le monde. 

Azur et Asmar est un conte pour enfants mais aussi pour les adultes. Michel Ocelot tient, dans toutes ses œuvres à faire rêver les petits comme les grands par l’image, qui est toujours très colorée, très travaillée mais aussi par le propos. Il y aborde des sujets et des thèmes qui peuvent parler à tous comme la fraternité, la tolérance, les inégalités, les religions mais aussi l’accession à l’âge adulte. 

L’imagerie est très importante pour Michel Ocelot. Il s’agit du point central de toutes ses oeuvres et Azur et Asmar n’en fait pas l’exception. Chaque image du long-métrage est colorée, détaillée, et fantastique. Le spectateur a la sensation de se trouver dans un monde partagé entre rêve et réalité.

Le thème du rêve est omniprésent dans l’œuvre de Michel Ocelot. Et je pense qu’ici, nous pouvons prendre en compte deux définitions différentes du rêve. D’un côté nous avons les rêves que nous faisons lorsque nous nous endormons. Ces rêves peuvent être heureux, tristes, effrayants, amusants… Mais d’un autre côté nous avons le rêve qui correspond à ce que nous désirons le plus. Quelque chose qui nous semble inatteignable. Ce rêve se construit souvent pendant l’enfance et va continuer à nous suivre à l’âge adulte. 

Une des scènes les plus marquantes du film est lorsque Jenane raconte la légende de la Fée des Djinns aux deux enfants avant de se coucher. C’est ce que l’on pourrait appeler une image assez classique et récurrente du rêve. Les rêves sont alimentés par ce que l’on vit au cours de la journée et particulièrement par ce que l’on vit juste avant de s’endormir. Les rêves des deux enfants sont donc directement alimentés par les histoires que leur raconte Jenane avant de s’endormir. 

De plus, le fait qu’un adulte cherche à réaliser un rêve d’enfant est un thème qui peut parfois faire grincer des dents. Généralement les rêves de fées et de princesses sont réservés aux enfants. Les adultes, au contraire, sont là pour les ramener sur terre, pour leur expliquer ce qu’est la « vraie » vie. Un adulte est censé travailler, gagner de l’argent, fonder une famille… Il est censé faire des choses « qui ont du sens ». Or, dans Azur et Asmar, le rêve se perpétue à l’âge adulte, il est même renforcé. De plus, la poursuite de ce rêve va mener à quelque chose dans la « vraie » vie, celui-ci va se réaliser. Grâce à ce conte, on comprend que poursuivre ses rêves, c’est parfois ce qui, au final, a le plus de sens. Ce n’est pas seulement une fantaisie d’enfant qui l’aide à mieux s’endormir. Le rêve peut devenir réalité. 

Azur et Asmar est un conte pour enfant retranscrit par les yeux d’un adulte. Je vous invite à prendre le temps de découvrir cette oeuvre, peu importe votre âge ou de la redécouvrir si elle ne vous est pas inconnue. Ces images continuent à nous faire rêver tout en faisant passer des messages essentiels.  Elle nous rappelle qu’il ne faut jamais oublier ses rêves et continuer à les alimenter jusqu’à, peut-être, les réaliser. 



Citer ce billet
lauramittonmoczygeba (2023, 16 novembre). Azur et Asmar : aller au bout de ses rêves. Festival Transversales. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uua6

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search