Le rêve dans l’horreur : grandir avec Tim Burton

J’ai quatre ans quand le film Charlie et la Chocolaterie sort, en 2005, j’en ai huit quand je le visionne pour la première fois. Le DVD est un cadeau de ma grand-mère. Lorsque j’appuie sur play ce jour-là, j’ignore que ce sera le film que ma soeur et moi allons le plus regarder de notre existence. 

Un jour, je regarde un autre dessin animé avec elle. Viennent d’abord les pubs. Juste après celle qui nous met en garde contre le piratage, le bleu obscur de la bande annonce des Noces Funèbres se met à envahir notre petit écran de télévision. Une grande curiosité et une certaine obsession nous saisissent, elle et moi, et nous nous mettons à idéaliser ce film et ses graphiques. Cela durera des années, avant même que nous ne puissions le voir. Aujourd’hui encore, je me souviens de mon adoration totale pour cette bande annonce, plus présente encore que le premier visionnage. La mariée, avec sa robe lacérée aussi effrayante qu’envoûtante. Les grands yeux terrorisés de Victor. Cette vie trépidante après la mort, plus colorée que le monde des vivants. 

Tim Burton n’est que producteur dans ce film, mais je regarde en boucle James et la pêche géante. Je le trouve terrifiant, avec son rhinocéros, et pourtant je ne peux m’empêcher de le revoir encore et encore.

Nous adorions l’humour décalé de Dark Shadows, les personnages déjantés de Beetlejuice. Ce dernier a davantage marqué ma soeur que moi, qui n’ai dû le voir qu’une fois. Et pourtant, je me souviens très clairement des décors, des protagonistes, des musiques, des fantômes et du look de Winona Ryder. Tout était réuni pour que je n’oublie jamais cette ambiance unique.

Nous avons ensuite été obnubilées par la sortie de Miss Peregrine et les enfants particuliers en 2016. Peu importaient les mauvaises critiques à son encontre, nous sommes retournées le voir au cinéma près de trois fois. Je ne pouvais être rassasiée de cette extrême limite entre rêve et horreur, magie et ténèbres. De cet univers si graphique, autant dans ses personnages que dans ses décors. Si je ne l’ai plus revu depuis longtemps, j’attache toujours un sentiment très tendre à l’égard de ce film qui semble être passé si inaperçu. 

J’idéalisais un univers terrifiant. Alors que je n’étais même pas capable de regarder Harry Potter sans être morte de peur à la vue des espèces de sirènes – dans le quatrième film – ou des détraqueurs, Tim Burton me faisait rêver. Je ne connaissais alors pas son nom, et j’ignorais le lien qu’il était entre ces longs-métrages. 

Bien plus tard, en 2021, j’ai vu pour la première fois Edward aux mains d’argent. J’ai ressenti la même magie, la même absorption qu’avaient toujours provoqué les films de ce réalisateur chez moi. Je me languissais de tendresse envers Edward, et j’étais fascinée par le contraste de son personnage incomplet avec celui de Kim jouée par Winona Ryder. La scène de ces deux-là avec la neige reste bloquée dans mon esprit et revient me visiter à la manière de l’empire romain. 

En grandissant, ma passion pour cet univers paradoxal s’est éteint. La gloire flétrie du réalisateur, ces dernières années, n’a pas aidé à réveiller une quelconque flamme chez moi. Je n’ai pas regardé la série Mercredi, autant l’avouer toute suite. Je ne portais pas d’intérêt pour elle, quand bien même j’ai adoré voir des extraits sur les réseaux sociaux. 

Pourtant, je continue de regarder Charlie et la Chocolaterie. À l’heure actuelle, un film sur Willie Wonka est prévu (mais n’est pas réalisé par Tim Burton). Mon intérêt pour lui est uniquement basé sur cette obsession d’enfance – que j’ai très peur de voir gâchée. 

Ma petite soeur, contrairement à moi, s’est enfermée dedans. Elle n’en est jamais sortie. Depuis petite, elle est passionnée par l’horreur. C’est cette personne clichée qui adore regarder des vidéos d’une heure sur un tueur en série, qui est incollable sur le sujet. Elle a eu son premier appartement et a décoré les murs avec des illustrations de l’artiste et auteur Junji Ito. Son attraction préférée à Disney est la Maison hantée. Sa peluche favorite est une réplique de Jack, de l’Étrange Noël de Monsieur Jack. Elle a regardé mille fois Alice au pays des merveilles, de notre cher et tendre réalisateur, ou La Belle et le Chasseur.

Et ça, tout ça, ça la fait rêver. 

Tout ça, ça vient de ce fameux moment où nous avons appuyé sur play la première fois. Nous nous sommes ouvertes à un monde exorbitant, où tout peut être inversé, changé sans que cela paraisse illogique. Nous avons juste accepté de rêver, et peu importait le degré d’horreur que Tim Burton insérait dans ce songe. Charlie et la Chocolaterie n’est pas un film très effrayant, je vous l’accorde. Il n’empêche que les dégradations physiques, le danger dans lequel sont mis les personnages, l’extraordinaire de la Chocolaterie, la musique hypnotisante, tout ça… ce n’étaient pas des éléments que l’on peut trouver aisément rassurants. 

Evidemment, Tim Burton n’est pas le seul à avoir passionné des enfants avec ses créations. Coraline est un exemple parfait du film aussi traumatisant qu’obsédant. Mais quand j’en discute avec les personnes qui l’ont vu enfant autour de moi, j’ai souvent l’impression que le traumatisme ressort davantage que le rêve. 

Tim Burton est ainsi un réalisateur qui aura marqué des générations entières. Il a réussi à maîtriser quelque chose d’unique. Quelque chose qui repose sur une pente dangereuse, un pied sur cette ligne très étroite entre le rêve et l’horreur. C’est une recette risquée, mais qui a fonctionné pour créer des longs-métrages inoubliables. 

Quand on observe la passion que nombreux semblent avoir pour l’automne et en particulier pour Halloween, on peut se demander si son travail n’a pas contribué à faire de cette période un événement si important. Que ce soit par son esthétique ou son ambiance, on aura toujours une pensée pour cet univers lorsque octobre se rapproche. Je continue de voir aujourd’hui, sur les réseaux sociaux, des gens se maquiller en certains personnages. Ou utiliser des filtres, qui te transforment en personnage de Tim Burton. Nous sommes des millions, aujourd’hui, à encore rêver avec lui.

Ce qu’il a réussit à créer m’aura donc fait m’évader toute mon enfance. Il aura même tracé les goûts de certaines personnes pour toujours, comme ma petite soeur. 



Citer ce billet
andreaalexei (2023, 9 novembre). Le rêve dans l’horreur : grandir avec Tim Burton. Festival Transversales. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uua2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search