La Vie est belle : le rêve comme force de résilience

Présentation générale

La comédie dramatique italienne La Vita è bella (La Vie est belle) est écrite et réalisée par Roberto Benigni. Les principaux acteurs sont Roberto Benigni (dans le rôle de Guido), Horst Buchholz (dans le rôle du Dr Lessing), Marisa Paredes (jouant la mère de Dora) et Nicoletta Braschi (incarnant Dora). 

Dans le film La Vita è bella, de l’acteur, réalisateur, et scénariste italien Roberto Benigni, sorti en 1997, le rêve est envisagé comme résilience de l’esprit humain face à l’adversité du réel.

Le scénario détaillé

L’action du film se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale, à Arezzo, une ville italienne située en Toscane. La Vita è bella raconte le destin d’une famille, d’un père et son fils, déportés en raison de leur appartenance à la communauté juive. 

Le début du film présente la rencontre de Guido Orefice, un jeune italien juif ambitieux et rêveur venant de s’installer à Arezzo, et Dora, une jeune femme issue d’une famille conformiste, qui échappe de peu à un mariage avec un bureaucrate du régime fasciste (car Guido l’enlève le jour de ses fiançailles), tandis que la politique raciale gagne du terrain. Guido et Dora ont un enfant, Giosué, qu’il élèvent dans la chaleur de leur amour, malgré un antisémitisme grandissant. 

Dans la suite du film, Guido et son fils sont arrêtés pour être déportés. Dora, bien que non-juive, monte également dans le train par amour pour eux. Une fois le père et le fils arrivés dans le camp, Guido va user de son imagination afin de transformer l’univers concentrationnaire en un jeu d’aventure, aux yeux de son fils, à l’issue duquel le gagnant remporte un char d’assaut, jouet préféré de l’enfant.  

Dans la dernière partie du film, les alliés sont proches, ce qui accélère les fusillades. Guido cache son fils et, déguisé en femme, il part à la recherche de Dora. Il sera arrêté avant d’avoir pu la retrouver. Le camp est délivré par les Américains, et Giosué sort de sa cachette une fois qu’il n’entend plus de bruit, comme le lui avait demandé son père. Voyant un char devant lui, il est fou de joie, pensant avoir remporté le jeu. Après quoi, il retrouve sa mère.

L’innocence chez l’enfant comme état propice à la réception du rêve utopique

L’aptitude que possède Giosué à croire en ce que lui dit son père, à propos du jeu que serait l’expérience du camp, tient à son innocence de jeune enfant. Le film porte ainsi une réflexion sur cet âge où il est encore possible de donner suffisamment de crédit à ses rêves pour les croire véritables. 

Il n’y a en effet pas de déni de la réalité du camp pour l’enfant, qui n’a pas acquis suffisamment de maturité pour percevoir l’horreur de la réalité derrière l’idée du jeu, organisé à l’occasion de son anniversaire. La bande originale du film contribue notamment à l’instauration de cet univers double. Guido se montre dès lors ingénieux, en tant qu’il parvient, avec brio, à tirer profit de l’innocence de son fils, nourrissant les fantasmes et rêves de l’enfant, afin de lui faire envisager le monde tel qu’il le voudrait, de façon à le préserver de la noirceur de la guerre et de l’oppression. 

Il choisit par exemple le jouet préféré de son fils comme récompense du jeu que représente la détention dans le camp, à savoir le char d’assaut, utilisant le désir de son fils de posséder un tel objet, afin d’exhorter ce dernier à se dépasser pour remporter ce trophée, et à suivre rigoureusement ses directives, sans quoi leur survie dans le camp serait davantage menacée. Guido explique en effet à Giosué quelles sont les différentes missions à accomplir pour atteindre les mille points nécessaires à l’obtention du char dont il rêve. 

La scène finale du film est particulièrement poignante, car elle illustre toute la force du rêve chez les enfants, encore innocents, qui réinventent constamment le monde et le voient différemment des adultes : sortant de sa cachette, le jeune garçon se retrouve devant un char, il est alors convaincu d’avoir remporté le jeu.

Thématique du rêve éveillé : le recours à l’imagination, au rêve, comme résilience de l’esprit humain face à l’adversité de la guerre

La Vie est belle est un film émouvant et bouleversant. La résilience et l’ingéniosité dont fait preuve Guido, parvenant à créer un monde imaginaire ludique à partir d’un lieu de terreur, sont particulièrement saisissantes. 

Le film met en avant l’amour paternel à travers la transmission et le partage d’un rêve entre un père et son fils. La vivacité d’esprit, l’humour et la créativité du personnage de Guido, remarquablement bien incarné à l’écran par Roberto Benigni, est ce lui permet de subsister dans l’horreur des camps, de l’Holocauste, et de préserver son fils. 

En créant des situations comiques et fictives, transformant les circonstances tragiques de leur détention en quelque chose de divertissant et d’attrayant, il détourne l’attention de Giosué de la violence qui l’entoure, et se donne à lui-même le courage et l’espoir nécessaires à leur survie. Le film démontre ainsi toute la force dont est pourvu un esprit capable de continuer de rêver, d’espérer, même dans les situations les plus désespérées, et porte une réflexion sur cette capacité propre à l’humain, de recourir à sa créativité pour échapper à un réel qui l’accable. Il met également l’accent sur l’importance de la perception heureuse des choses, dans l’expérience même de la souffrance.

“Dans la souffrance, c’est beau de croire au soleil pendant la nuit. On a le devoir du bonheur, d’être heureux. On doit essayer. Avoir le droit de crier que la vie est belle.”

Réception du film

Le film La vita è bella a été, dans l’ensemble, très bien reçu par la critique et a été couronné de nombreux prix, dont trois Oscars, notamment celui du meilleur acteur pour le rôle de Guido, incarné par Roberto Benigni. D’autre part, il a pu être reproché au réalisateur d’avoir exagérément enjolivé la réalité, car il était impensable de voir un enfant survivre dans un camp à la manière de Giosué. Toutefois, Roberto Benigni a su défendre son parti pris d’assimiler son film à un conte philosophique, plutôt qu’à un film réaliste.



Citer ce billet
nadiasenechaux (2023, 8 novembre). La Vie est belle : le rêve comme force de résilience. Festival Transversales. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uua1

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search