Les Pizzlys : un voyage (onirique) pour repenser le monde

Depuis sa publication en 2022, la bande-dessinée des Pizzlys suscite un véritable engouement auprès du public. Fable moderne ou conte illustré, qu’importe la manière dont on définit cette œuvre : elle plaît. Jérémie Moreau y aborde des thèmes tantôt pénibles, tantôt légers, qui s’articulent autour de la crise climatique et de son impact sur les sociétés des territoires sauvages de l’Alaska, mais également du burn-out professionnel et de la course au rendement pour subvenir à ses besoins les plus primaires dans un monde capitaliste. Pourtant, l’humeur n’est pas au désespoir. Au contraire, les valeurs portées par le récit offrent des perspectives optimistes aux générations qui rêvent de tout, mais surtout d’un monde meilleur. 

Copyright Editions Delcourt

De jour comme de nuit, Nathan, chauffeur Uber, sillonne les rues de Paris au volant de sa voiture achetée à crédit. Chaque client compte, car il s’occupe à plein temps de ses frères et sœurs depuis le décès de leur mère. Jeune homme orphelin et endetté, loin de tout repère spatio-temporel sans son téléphone connecté, c’est la descente aux enfers lorsqu’il plante son véhicule dans un arbre à la suite d’une absence étourdissante qui lui fait perdre tout contrôle. Sur la banquette arrière, Annie garde son calme, elle prendra un autre avion pour rejoindre l’Alaska. Nathan lui propose de l’héberger, en dédommagement de cet incident. Etienne et Zoé semblent peu ravis de cette nouvelle venue, et manifestent leur mécontentement au sein de l’appartement parisien. Annie remarque la détresse émotionnelle et la situation précaire de cette petite famille, et leur propose alors de s’extirper de cette vie houleuse pour la rejoindre dans un voyage initiatique sur sa terre d’origine. Au début réticents, les trois enfants embarquent finalement dès le lendemain pour ce pays isolé et glacé, à la recherche de paix pour combattre l’hostilité d’un quotidien urbain où toutes les valeurs humaines agonisent. Les protagonistes s’adaptent progressivement à ce changement d’habitudes et apprivoisent ces nouveaux paysages. Ils vont réfléchir aux choses essentielles de la vie, pour se réparer et trouver la sérénité. Si cet album est une ode au changement, à l’humilité et à la simplicité des choses, on retrouve la thématique des bouleversements écologiques et de leurs impacts à de nombreuses échelles sur les territoires lointains. Magique et tragique se confondent en ces pages, laissant une brèche de pensée ouverte : qu’adviendra-t-il si rien ne change ?

Magique et tragique se confondent en ces pages, laissant une brèche de pensée ouverte : qu’adviendra-t-il si rien ne change ?

Grâce à une palette de couleur éclectique, dans laquelle Jérémie Moreau laisse cohabiter des nuances vives et du pastel, une atmosphère onirique surgit dès les premières pages. L’inspiration des aurores boréales laisse place à une dimension surnaturelle qui transporte son lecteur loin du monde conscient, happé par ce voyage visuel par-delà les frontières. Nous sommes immergés dès la première de couverture dans un imaginaire particulier, grâce à un paysage fait de rose, de vert et de violet, d’où s’échappent trois silhouettes en apesanteur, à la manière de Peter Pan. L’identité graphique est saisissante par sa simplicité : les traits sont fins, peu détaillés, seule la couleur réveille l’œil du lecteur. Certaines pages contemplatives laissent place à une ambiance onirique exceptionnelle, on plonge dans un univers chargé de sens, dont on en interprète librement les significations. 

Au-delà de la charte graphique, le rêve prend place dans le récit par l’intermédiaire d’un personnage secondaire, que l’on rencontre dès l’arrivée en Alaska de nos trois protagonistes. Genee est la fille de Mike, le voisin d’Annie. Jeune adolescente attachante et pleine de ressources, elle vit seule avec son père dans une cabane en forêt. Sa mère ayant disparu, c’est la solitude, les tourments mais surtout sa fantaisie et ses songes qui l’animent. Pourtant, un élément l’inspire : la nature, sa forêt. Genee chérie sa terre natale, et appréhende avec une grande lucidité l’avenir de l’Alaska. Que restera-t-il si le réchauffement climatique s’émancipe encore ? Tout va disparaître ?

Ces questions, elle les formule dans ses rêves ; des rêves extravagants, peuplés de créatures étranges, d’un raisonnement pur et simple, régi par le tendre espoir de l’enfance. Elle retranscrit tous ses compagnons de sommeil dans ses dessins, qu’elle expose fièrement dans les toilettes de la cabane. On y rencontre un bel équipage, composé de poissons bleus et roses, d’oiseaux à plusieurs têtes, et d’une ribambelle d’autres créatures mystérieuses. Ces animaux factices rejoignent alors les somnolences de Zoé, qui, loin de la stimulation de la ville et imprégnée de la quiétude des paysages de l’Alaska, s’échappe dans des rêves merveilleux, bercée par cette faune originale. Au fil de l’histoire, la confiance mutuelle gagne les deux jeunes filles, qui décident de partager des moments ensemble. Lors d’un atelier dessin, elles comparent leurs productions, et constatent alors que l’une puise sa créativité dans ses rêves, tandis que l’autre, plus pragmatique, se conforme à sa propre vision du réel, aliénée par la banalité de la ville. La portée du rêve ne semble pas toucher ces deux enfants de la même manière. Qu’est-ce qui les différencie ? Pourquoi les portes d’accès au monde de l’inconscient diffèrent entre elles ? Genee illustre une carte de l’Alaska qui lui est apparue dans son sommeil, et qui révèle l’organisation géographique et sociale d’un monde meilleur, exemplaire, équitable et sacré. La jeune inuit écarte tout fatalisme et refuse l’incertitude liée aux dégâts écologiques : selon elle, le monde à venir est à bâtir et à penser dans son entièreté. Elle souhaite en réinventer la beauté et l’harmonie par le biais de ses voyages oniriques, qu’elle communiquera à travers ses dessins. 

Dans cet ouvrage, l’enfance occupe une place prédominante, d’une part car quatre enfants sont au cœur du récit ; l’auteur insiste sur leurs préoccupations et leurs humeurs face aux diverses situations auxquelles ils sont confrontés, mais également car ils ont le courage de se projeter en dehors de leur routine, en quête d’épanouissement et de tranquillité. Mike quitte l’appartement dans lequel il a grandi avec sa mère et ses frères et sœurs pour leur offrir un avenir équilibré. Etienne lâche ses consoles et ses jeux vidéo pour se confronter à la puissance de la nature, en inversant ainsi son besoin d’échapper à une réalité pesante et étouffante. Zoé laisse divaguer son esprit, se prête au jeu de l’imaginaire et découvre la force de l’amitié. Genee invente le monde de demain avec espérance et fantaisie, sans se laisser anéantir par les drames familiaux auxquels elle est confrontée. Ces quatre personnages ont la liberté de se (re)découvrir à travers ce récit, et d’aspirer à une vie dans laquelle les rêves sont des tremplins vers la guérison de soi et l’espoir, afin d’édifier une existence saine et sereine. 



Citer ce billet
zoegasparec (2023, 7 novembre). Les Pizzlys : un voyage (onirique) pour repenser le monde. Festival Transversales. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uua0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search