Le film qui nous réconcilie avec la figure de l’enseignant : Les Héritiers

Article proposé par Sébastien Rousseau

La classe jugée la plus faible du lycée Léon Blum participe à un concours d’histoire accompagnée de leur enseignante. Ensemble, ils vont sur un terrain où personne ne les attend, pas même eux. Un film édifiant et plein d’espoir, inspiré d’une histoire vraie.

Le Festival Transversales met cette année à l’honneur le thème de l’enseignement et de la transmission à travers la littérature et les arts. Spontanément, un exemple nous vient à l’esprit : l’école. De fait, l’école est ce lieu par excellence où l’on enseigne et où l’on transmet, un espace de culture. La littérature et les arts ont apporté bien des représentations de l’école et, qu’elles soient positives ou négatives, ce sont des moyens d’interroger cette institution. Le cinéma non plus n’y a pas fait exception et plusieurs films ont voulu représenter ce milieu scolaire dont les problématiques changent à mesure que notre société évolue. Au cours de cet article, nous allons nous intéresser de plus près à un film qui a particulièrement retenu notre attention et qui sera diffusé lors du festival : Les Héritiers.

Comme une volonté de renouveler l’image du rapport professeur/élève au cinéma, Les Héritiers de Marie-Castille Mention-Schaar, réalisé en 2014, apporte une nouvelle vision de l’école et de ses acteurs, ce qui ne laisse pas les spectateurs de marbre. Inspiré du livre Nous sommes tous des exceptions de Ahmed Dramé ( livre qui relate la propre expérience de l’auteur ), le film raconte l’histoire d’une classe de secondes au lycée Léon Blum de Créteil où les élèves sont jugés irrécupérables. Anne Gueguen, professeur d’histoire, est assurément le personnage phare : dotée d’une force de caractère et d’une répartie qui imposent le respect face à des élèves au mieux dissipés, au pire, complètement rebelles, elle convainc finalement tout un chacun par sa générosité et sa justesse. Si personne n’a foi en ces élèves, à commencer par eux-mêmes, loin s’en faut pour ce professeur, elle garde espoir en eux et donne à ces élèves une opportunité inédite : un travail collectif à l’occasion du « Concours National de Résistance et de la Déportation » et en particulier sur le thème tragique des enfants déportés lors de la Seconde Guerre Mondiale. De quoi unir une classe, malgré un sujet sérieux et terrible.

Dès les premières minutes, le film aborde aborde des sujets polémiques comme le port du voile ; les problématiques d’ordre religieux ou social – entre autres – ne seront pas négligées. Travailler sur les problématiques scolaires actuelles est sans conteste l’objectif de ce film, tout en réconciliant la figure de l’enseignant et des élèves : de fait, Les Héritiers s’intéresse plus profondément aux élèves et aux difficultés quotidiennes auxquelles ils font face mais aussi aux rapports qu’ils ont avec leurs enseignants. Entre milieux sociaux difficiles et sentiment de découragement, les élèves perdent toute confiance en eux, se pensant condamnés à l’échec. « Je suis une exception comme les autres », voilà la phrase à retenir du film et qu’il faudrait inscrire en lettres d’or. Référence au livre dont il s’inspire, cette phrase a une inscription particulière dans cette histoire : chacun est différent, qu’importe son origine, et chacun a quelque chose à apporter. Une belle leçon de vie qu’Anne Gueguen tente d’inculquer à chacun de ses élèves, par ses multiples encouragements et la confiance qu’elle porte en eux. Comme le roman d’apprentissage à son époque, on voit ici un film sur l’apprentissage, sinon d’apprentissage, un film touchant par son humanité et édifiant par la force de son message.


Les Héritiers, c’est l’histoire d’une enseignante qui a su, malgré un contexte peu propice, changer la vie de ses élèves en insufflant en eux la confiance qu’eux-mêmes n’avaient pas, et en leur transmettant ce qu’on pourrait presque appeler un art de vivre, toujours avec une justesse touchante. Si ce film interroge la validité des institutions politiques et scolaires actuelles, il en émane en même temps, au-delà de la portée didactique, une grande bienveillance et surtout une grande humanité. Comme l’écrit Ahmed Dramé, l’auteur de Nous somme tous des exceptions, on pourrait y voir « un parcours qui ouvre la voie à d’autres jeunes qui avaient perdu toute foi en eux » : en somme, un message d’espoir.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.