Périple – Faire voyage : quand un laboratoire d’écriture s’installe au Bois Perrin

Le festival Tranversales vient de s’achever à Rennes. Cette édition qui portait sur le thème de l’itinérance a été organisée par des étudiant.es et des enseignant.es-chercheur.ses du département Lettres de l’université Rennes 2, avec comme cheffe d’orchestre Madame Gaëlle Debeaux, Maitresse de conférences en littérature générale et comparée.

En tant qu’étudiant en Master Métiers des livres et de l’édition, j’avais l’opportunité de le vivre de l’intérieur. 

Des cours théoriques et des activités pratiques ont eu lieu durant le semestre autour du sujet du voyage. Et pour la partie visible du festival qui devrait se tenir du 23 novembre au 09 décembre, plusieurs activités étaient proposées. J’ai choisi de prendre part à l’atelier d’écriture, « Périple – faire voyage » animé par Juliette Thomas, de Les mots dits, le samedi 3 décembre au Bois Perrin.

Commencer par le pourquoi

Pour moi qui viens d’arriver en France pour mes études, le thème du festival tombait à point nommé.

Quitter son pays, ses habitudes et s’en aller à l’aventure est une décision délicate, et même si en raison notamment de la langue et de ma culture générale (littérature, cinéma, musique), je ne me suis pas vraiment senti dépaysé, tout n’est plus comme avant.

De façon spécifique, l’atelier d’écriture était l’occasion de renouer avec l’écriture.

Depuis au moins pratiquement trois ans, je n’ai quasiment plus rien écrit alors que l’écriture avait eu et a toujours du sens pour moi.

Un atelier d’écriture sur le thème du voyage, c’était l’occasion à ne pas rater…

Du centre pédopsychiatrique au laboratoire d’écriture

Il faisait plutôt froid ce samedi-là. J’ai regretté de ne m’être pas assez protégé avant de sortir. Il faut savoir préparer ses voyages !

Nous étions une belle petite dizaine à nous retrouver dans la salle affectée à l’activité.

La veille, le mail de rappel très enthousiasmant de Juliette Thomas annonçait les couleurs : « Nous aurons une journée pour faire périple ensemble, nous interroger et imaginer ce que c’est, pour nous, le voyage mis en mots, le passage de l’expérience en écriture. Comment on raconte, on fait vivre l’absence, le départ, la rencontre, les silences… ? Puis, nous mettrons en corps et en voix ces textes et ces réflexions pour les proposer au public du festival lors de la restitution. »

L’objectif de cet article n’étant pas d’être très laudateur envers l’organisation afin que madame Gaëlle Debeaux me donne une note, je me contenterai de dire que nous avons eu droit à une géniale animatrice d’atelier. Et tout a été mis à notre disposition pour opérer sereinement.

Dans un premier temps, nous avons donc eu droit à une visite guidée du Bois Perrin. L’institution a eu plusieurs vies. À l’origine, ce fut un centre pédopsychiatrique. Il hébergera ensuite des activités sociales, notamment au profit des étrangers.

Le bâtiment dans lequel nous avons installé nos quartiers sert par ailleurs aujourd’hui d’espace de cours pour l’école universitaire de recherche CAPS.

Écrire, c’est voyager ensemble

De nombreuses citations existent sur la lecture comme acte de voyage.

Mais l’écriture précède la lecture. Pour que ce soit lu, il faut que ça ait été écrit.

Et si la lecture est un voyage, on peut dire que l’écriture est une invitation au voyage.

Avec des mots, nous avons donc voyagé. Si le Bois Perrin a été un cadre de travail, il fut surtout une source d’inspiration.

Les objets dans les salles du bâtiment, sur les murs du lieu, les arbres, le chant des oiseaux, tout pouvait déclencher une écriture.

Les exercices d’écriture ont eu lieu parfois individuellement et d’autres fois en petits groupes.

Allez, je vous mets un bout d’un texte que j’ai écrit, faisant voyager le Bois Perrin dans l’espace…

« Tout le monde connait le Bois de Boulogne. OK, tout le monde n’y va pas. Il en est aussi ainsi du Bois Perrin. Y aller n’est pas un jeu d’enfants. C’est dans le désert du Sahara que se situe cette oasis inscrite au patrimoine mondial.

Les seules voix que l’on y entend sont celles des oiseaux. Et on sait en les écoutant qu’ils parlent tous la même langue. Perchés dans les arbres, ils posent aux visiteurs les mêmes questions :

D’où viens-tu et que cherches-tu ?

Mais au Bois Perrin, il ne faut pas parler ; surtout pas aux oiseaux. Il faut écrire pour laisser une place.

C’est depuis ce lieu difficilement accessible où le hasard m’a conduit, que je vous écris maintenant. »

Belle ambiance et franche collaboration

Ce que j’ai apprécié dans cet atelier, c’est l’ouverture d’esprit ainsi que la disponibilité des participant.e.s.

Ensemble, nous avons réussi à explorer, du moins en partie, le sujet de l’itinérance sous différentes facettes. Les expériences, les vécus de chacun ont été apportés sur la table d’opération, et l’inspiration était là, suscitée par le café à volonté, les petites friandises et aussi les orientations de Juliette Thomas.

Cette journée nous a permis de réfléchir sur la question du voyage : Pourquoi et comment voyage-t-on ? Un des exercices a d’ailleurs consisté à faire un guide de voyage. 

Nous avons pensé à l’impact qu’ont sur nous les endroits que nous visitons et inversement.

Séance de restitution

L’atelier a duré toute la journée du samedi. Dans la soirée, à partir de 19 h, nous avons eu l’occasion de présenter le fruit de nos travaux en laboratoire aux personnes qui étaient dans le centre.

Nos textes ont été lus, et je pense que ceux qui étaient présents ont vraiment apprécié ce moment, cette invitation à voyager.

Et c’est tout à fait satisfait de ma journée que je suis rentré, alors qu’on froid glaçant me gelait les oreilles.

Aller à un atelier d’écriture sur le voyage sans avoir bien préparé mon propre voyage…

Quel périple !



Citer ce billet
desiregodonou (2022, 17 décembre). Périple – Faire voyage : quand un laboratoire d’écriture s’installe au Bois Perrin. Festival Transversales. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uu9t

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search