Captain Fantastic: la route du deuil

C’est pas juste, c’est pas équitable mais c’est comme ça. On doit la fermer et l’accepter. Vous savez quoi, on les emmerde.

Fiche technique

  • Titre: Captain Fantastic
  • Nationalité: Américaine
  • Réalisation et scénario: Matthew Brandon Ross
  • Musique: Alex Somers
  • Photographie: Stéphane Fontaine
  • Date de sortie: octobre 2016
  • Genre : comédie dramatique, road movie
  • Récompenses: Prix du Jury et Prix du Public de Deauville, Prix de la mise en scène à Cannes, Golden Space Needle du meilleur film au Festival international de Seattle

Distribution

  • Viggo Mortensen : Ben Cash (père)
  • George MacKay : Bodevan (fils aîné)
  • Samantha Isler : Kielyr (fille aînée)
  • Annalise Basso : Vespyr (fille cadette)
  • Nicholas Hamilton: Rellian (fils cadet)
  • Shree Crooks  : Zaja (benjamine)
  • Charlie Shotwell : Nai (benjamin)

Résumé

        On suit l’histoire de Ben, idéaliste provocateur et charismatique, qui a choisi avec sa femme Leslie d’élever ses six enfants dans les grandes forêts du Nord-Ouest américain, aux antipodes des valeurs de la civilisation américaine. Au sein d’une nature toute puissante, Ben apprend à tous ses enfants à chasser, à se battre, à cultiver la terre comme leurs esprits, à entretenir le goût du débat politico-philosophique et à mettre au cœur de leur existence les arts, la spiritualité et des fortes convictions humaines et politiques. Les enfants gravitent autour de ce père omnipotent, développant une étonnante maturité pour leur âge et une grande sensibilité. Mais cette existence rigoureuse et placide est bouleversée en apprenant le suicide de leur mère, hospitalisée pour dépression. Empêchés d’assister à l’enterrement religieux – auquel la mère se refusait – la fratrie se mobilise, poussant leur père à se lancer dans un road-trip jubilatoire à travers le pays, au secours de la dépouille maternelle – leur mère se refusant à un enterrement formel et religieux. Captain Fantastic tient de la fable écologique, du conte initiatique et du film familial feel-good . Il demeure à mes yeux un coup de cœur absolu où tout m’a emballé, depuis la sublime bande-son d’Alex Somers jusqu’au raffinement de la photographie de Stéphane Fontaine, sans oublier la grande qualité de performance des acteurs, d’âges très différents mais au talent égal.

       Cette épopée sauvage mettra la famille face à ses failles, questionnera son équilibre. Ce voyage sera surtout l’occasion de traverser les étapes du deuil, celui de leur mère et celui de l’utopie.

Le déni

        Ben Cash est le personnage type de l’anticonformiste guidé par le désir utopie. Il entraîne à sa suite toute sa famille comme un capitaine de navire guidant son équipage sur une mer en furie, dans l’espoir d’atteindre une terre idéale. Son mode de vie alternatif fait en partie ses preuves: autosuffisance, excellente condition physique, intellectuelle et émotionnelle de ses enfants qui l’admirent énormément. Cependant, ils ne sont épanouis que dans un cadre autarcique. Dès lors qu’ils prennent la route pour se confronter au monde, tout s’écroule. Les premières amours, la société américaine ordinaire, la culture populaire, tout ce qui compose le monde extérieur semble leur échapper. Ben est donc d’abord dans le refus d’admettre les limites de ses principes quand bien même elles lui apparaissent factuellement. Son beau-père fait office de miroir inverse, en lui renvoyant un point de vue conformiste, rigide mais tous deux peuvent se montrer dictatorial. Le beau père fait notamment allusion à la souffrance physique, à l’exemple des blessures liées à l’intensité des entraînements sportifs qu’il impose à ses enfants. Mais Ben s’enfonce dans le déni. Il reconnaîtra minimiser également la gravité de la maladie de sa femme, persuadé de prendre de bonnes décisions sans voir les signes annonciateurs. A la mort de celle-ci, rongé de douleur, il s’entête encore dans ses convictions en rejetant toute prudence et tout conseil, exposant ses enfants à de grands dangers.

La colère

Nicholas Hamilton dans le rôle de Rellian, le mouton noir de la fratrie

        Le personnage qui exprime le mieux sa colère dans le film est sans nul doute Rellian. Ce dernier n’est pas aussi captivé par l’aura paternelle que les autres et propose une vision différente de la situation. Il choisit délibérément dans une scène de changer de rythme alors que la famille avait déjà entamé un morceau. Tous finiront par le rejoindre dans son projet, métaphore filée du reste du film. A l’annonce de la mort de sa mère, là où tous laissent échapper leurs larmes, sa première réaction est d’attraper un couteau, comme pour combattre la mort à mains nues, menaçant son père, tailladant les murs. L’adolescent est celui qui se positionne par l’affrontement. Il est l’un des seuls qui ait conscience des qualités mais aussi et surtout des défauts de son père, sans l’idéaliser. Il a ainsi conscience que son père n’a pas suffisamment aidé sa mère. Bodevan, bien que plus âgé, mettra plus de temps à exprimer sa colère vis-à-vis de son père. Le père de Leslie est aussi une figure de la colère, de la rage. Une inimitié originelle se transforme suite au deuil en haine profonde. Il tient Ben pour responsable voire pour coupable du décès de sa fille. On peut également souligner la propre révolte de Leslie et Ben face au système, aux injustices sociales, à toutes les formes d’oppressions mentales, physiques. Pour preuve, Ben ne pourra pas s’empêcher d’intervenir lors de la cérémonie funéraire religieuse qui réduit à néant toutes les convictions de sa défunte épouse. Les enfants furieux conservent cette part contestataire. Ils insistent abondamment pour prendre la route et former une sorte de croisade, dans le but de respecter le souhait de leur mère de se faire incinérer et non pas enterrer. C’est la colère contre l’hypocrisie. Le film prend le parti de critiquer d’ailleurs les faux-semblants, on peut citer à l’occasion une scène de courses dans un supermarché, temple de la surconsommation où on entend à la radio le thème du Titanic…

Le marchandage

La famille Cash, tâches de couleurs sur les bancs sombres de l’Eglise.

Dès le début du film, Ben a une relation toute transparente avec la mort. Ses enfants n’en ont pas peur : ils chassent, dépècent des bêtes… Dans cette même logique, il choisit d’exposer brutalement à ses enfants les conditions de la perte de leur mère : elle s’est ouvert les veines suite à une phase dépressive de sa bipolarité. Cependant, la douleur issue de la perte de l’être aimé est si importante qu’il faut concilier, trouver une occupation, un espoir, quel qu’il soit. Ben tente d’abord de détourner leur chagrin en maintenant des exercices physiques toujours épuisants (escalade, course…). Mais comme bien sur cela ne fonctionne pas, il leur propose une « mission » dont ils s’emparent immédiatement : « Sauver Maman ». Commence alors non pas une guerre sainte, mais un « road-trip » sacré. En déterrant le corps de leur mère, ils semblent la dérober à la mort, ne serait-ce que pour un instant. Leur bus, véhicule physique et métaphorique de leurs émotions, devient soudainement un corbillard d’un nouveau genre.

La dépression

         Les enfants sont effondrés suite au suicide de leur maman. Effondrés aussi à l’idée de perdre de leur père si ce dernier venait à perdre son droit de garde. Ils n’arrivent plus à chasser, n’arrivent plus à savoir quoi faire… Ben manque lui aussi de s’effondrer, fait de nombreux rêves de Leslie. Après que sa fille est tombée d’un toit parce qu’il lui avait demandé d’y grimper, Ben semble chuter avec elle. C’est un brusque retour à la réalité, un grand moment d’abattement où toutes ses failles l’agressent de concert et se retournent contre lui. Ce en quoi il croyait le plus ardemment comporte plus de zones d’ombres que prévu. Il représente désormais un potentiel danger pour ses enfants. Commence pour lui une forme de fuite, d’errance après qu’il a confié ses enfants à leurs grands parents. Il se rase la barbe, là encore une forme de rite de passage. Il prend la route, seul au volant de son bus aménagé en maison roulante spécifiquement pour ses enfants. Il ne sait plus où il va. Il se transforme en vagabond, jusqu’à ce que ses enfants le fassent émerger de cette étape en lui proposant de rester fidèles à leurs valeurs familiales.

L’acceptation

Un adieu tout en liesse, apaisé

        Lors du transport du corps dans le bus, les enfants se retrouvent pour un dernier face à face avec leur mère. Une scène d’une rare beauté, où le deuil s’écoule, se digère, s’appréhende, s’accepte. Ils la parent de fleurs dans les cheveux, lui parlent, la caressent. Elle est leur mère pour la dernière fois. Le bûcher funéraire qu’ils lui construisent, la musique qu’ils lui dédient : tout est apaisé et assumé, joyeux et libérateur.

         Ensuite, Ben fait le deuil de son rôle de parent en laissant partir son fils aîné Bodevan dans une scène touchante à l’aéroport, où toute la famille le conduit. Le film s’ouvre sur une scène de passage à l’âge adulte où Bodevan tue un cerf armé d’un couteau et mange son cœur. Au final, l’œuvre présente un doublon de ce rite, plus moderne, devant un portique d’aéroport.

        Enfin, les dernières minutes du film sont consacrées à une sorte d’épilogue : Ben et sa famille se sont sédentarisés, renoncent à la mobilité et à l’aventure. Ils ont troqués la forêt pour la campagne. Les cinq enfants sont scolarisés, ils se confrontent au monde réel et à l’altérité… Ils sont prêts à reconstruire le reste de leur vie. Dernière métaphore hautement symbolique, les roues du bus ont été retirées et le véhicule transformé en poulailler…

Le mot de la fin

      Il ne s’agit pas d’un film militant, même s’il en embrasse les codes. C’est une fable à la fois provocatrice et familiale, une délectable ode à l’anticonformisme qui évite l’intellectualisation. Au final, la question des limites de l’utopie est posée. Le film ne tranche pas. Véritable bouffée d’air frais, ce film fait du voyage un rite de passage sacré pour le père comme pour les enfants. Au spectateur de faire le sien.

C’était magnifique mais c’était une erreur. C’était une magnifique erreur.



Citer ce billet
valentinehalley (2022, 22 décembre). Captain Fantastic: la route du deuil. Festival Transversales. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uu9v

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search