Les Incendies de Wajdi Mouawad

Partir peut permettre de comprendre ; c’est l’idée qu’essaie de nous transmettre Wajdi Mouawad dans sa pièce de théâtre Incendies, qu’il publie en 2003.

Un incendie dans le ventre : rancœur du secret et peur de la vérité

L’histoire se passe au Canada. On y retrouve Jeanne et Simon, les deux enfants de Nawal Marwan, qui vient de mourir. Le notaire, Hermine Lebel, doit se charger de leur remettre ce que leur mère leur a laissé. Jeanne écope d’une enveloppe, qu’elle doit remettre à son père, et ainsi le retrouver. Simon reçoit lui aussi une lettre qu’il doit donner à leur frère, dont iels ne connaissaient pas l’existence. Jeanne décide donc de partir dans le village natal de sa mère, Kfar Rayat, au Liban. Elle découvre alors toute l’histoire de sa mère, qui est racontée en parallèle dans la pièce. Cette dernière s’inspire d’ailleurs de l’histoire de Souha Dawaz Bechara (ci-dessous en photo), une militante communiste libanaise qui fut détenue pendant 10 ans dans la prison de Khiam pour avoir tenté d’assassiner le général de l’Armée du Liban. Elle fut, comme la mère de Simon et Jeanne dans la pièce, torturée et électrisée, sans pour autant avouer quoi que ce soit.

Un incendie dans le cœur : partir pour retrouver ceux et celles qu’on aime, se retrouver soi

La pièce de Wajdi Mouawad nous apporte beaucoup sur la question de la quête de soi à travers celle des autres. Simon et Jeanne, à travers la recherche de leur père et de leur frère, en apprennent plus sur l’histoire de leur mère et de leur famille en général, et donc sur elleux-mêmes. La colère exprimée dans la pièce, notamment celle de Simon, nous montre qu’il a peur de savoir : il est énervé contre sa mère, tout comme Jeanne qui dit avoir peur « de trouver ». Elle décide tout de même de partir car au-delà de vouloir respecter la volonté de sa mère, il y a un désir de comprendre et c’est pour cette raison qu’elle part au Liban. La recherche est un ensemble de quêtes : partir, chercher son père, son frère mais aussi l’histoire de sa mère.

«Je vais essayer de retrouver ce père, et si je le trouve, s’il est encore en vie, je vais lui remettre l’enveloppe. Ce n’est pas pour elle, c’est pour moi. C’est pour toi. Pour la suite. Mais pour ça, c’est d’abord elle, c’est maman qu’il faut retrouver, dans sa vie d’avant, dans celle que toutes ces années elle nous a cachée.»

(page 105)

Au cours de son voyage, Jeanne comprend. Ce n’est pas le fait d’aller au Liban en soi qui lui permet d’avancer, mais bien les personnes que Simon et Jeanne rencontrent, le fait de découvrir l’histoire de leur mère ainsi que son expérience avec la guerre.

L’intérêt de la pièce réside dans le fait que l’auteur réussit à créer des personnages honnêtes : leur colère dirigée contre leur mère venant de mourir, bien qu’elle puisse paraître horrible au premier abord, est compréhensible. Ces personnages honnêtes se transforment à nos yeux au fur et à mesure du livre en des enfants sensibles, terrorisé.es par la vérité mais conscient.es qu’iels doivent savoir afin d’être en paix avec elleux-mêmes. La réalité est dure, mais elle permet de guérir ; le voyage est long, fastidieux, les deux personnages ne rencontrent pas toujours les mêmes personnes, ne comprennent pas tout tout de suite, mais le fait de chercher les aide à se trouver, à comprendre leur histoire, ainsi qu’elleux-même.

La pièce de Wajdi Mouawad nous touche en tant qu’elle est honnête, et qu’elle nous aide à comprendre comment comprendre les autres et soi-même à travers la quête.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search