Le cercueil à roulettes, une épopée pour faire son deuil

L’auteur

Crédits photo : Journal L’Alsace

Alexandre Chardin est un professeur de français dans le secondaire en Haut-Rhin et un auteur pour la jeunesse. Il a écrit plus d’une vingtaine de livres, dont certains ont reçu un accueil très chaleureux de la part du public et de la presse.

« Pour les 243 prochaines années, je compte apprendre à jouer de la batterie, pulvériser le record d’Usain Bolt sur 200m, retourner au Kirghistan, relire l’Histoire de Tönle de Mario Rigoni Stern, construire 14 cabanes dans les arbres dans la forêt de mon papa, voir une aurore boréale, manger un waterzoi, écrire un roman traduit en estonien et assister à la disparition de la bêtise arrogante.
Mais je suis confiant, il y a de beaux enfants, curieux aux yeux rieurs qui me donnent toujours envie d’enseigner. »

Casterman

Le livre

Gabriel, 15 ans, vient de perdre sa mère Stella après une longue bataille de cette dernière contre le cancer. L’adolescent est dévoré par la douleur, renfermé et agressif, ayant le sentiment que personne ne peut mesurer l’étendue de sa peine. Le coup de massue de trop s’abat sur ses fragiles épaules : dans ses dernières volontés, Stella a souhaité être enterrée à côté du père du jeune garçon, un homme inconstant, instable et manipulateur, dont l’activité favorite consistait à tromper son épouse.

Gabriel refuse ; Stella, brillante et aimante, ne reposera pas pour l’éternité près de l’homme qui a ruiné sa vie. Quelques jours après l’enterrement, grâce à la complicité d’un gardien de cimetière particulièrement sensible et attentif, Gabriel vole le cercueil et se lance dans un grand voyage à travers la France pour trouver à sa mère une sépulture digne d’elle. De vallons en rencontres, l’adolescent apprendra à laisser sa mère partir… et à recommencer à vivre.

« Mes premiers pas sont saccadés. Tout mon corps est douloureux. Je n’irai pas très loin aujourd’hui, mais je dois m’éloigner. Il faut sortir de la nuit. Je mange une banane. La route est en légère descente. La caisse ne pèse rien. Je me retourne et regarde le bolide pour croire à ce que j’ai fait, saisi par une soudaine envie de rire. »

Alexandre Chardin, Le cercueil à roulettes

Le cercueil à roulettes est un roman qui traite du deuil de façon poétique et originale. Gabriel est un anti-héros rassurant. En effet, malgré l’agressivité dont il fait preuve au début du roman, c’est un personnage que l’on trouve touchant ; cette impulsivité, cette colère dont il ne parvient pas à se défaire le rend même particulièrement humain. Car, en effet, existe-t-il une bonne façon de réagir à la mort de sa mère ? Rien n’est moins sûr, surtout pas à un si jeune âge.

On brandit souvent la fonction éducative de la littérature jeunesse comme un étendard ; il est vrai que c’est un outil non négligeable dans l’apprentissage des enfants et des adolescents, mais la littérature dans sa globalité n’est-elle pas toujours une manière d’évoluer et de grandir, quel que soit notre âge ? Qui n’a jamais transposé son quotidien et ses questionnements sur ceux d’un personnage fictif ? Qui n’a jamais été aidé par une solution trouvée par un personnage romanesque ?

Ici, on aime voir Gabriel suivre son instinct et faire des rencontres qui l’aident à s’ouvrir. Il lui faudra du temps pour passer de la douleur à l’apaisement, et, même à la fin du roman, le deuil n’est pas réellement terminé ; Gabriel aura encore du chemin à faire pour être en paix avec son passé et avec lui-même. Cependant, son aventure l’aura fait grandir, ses rencontres atypiques lui auront permis de partager sa peine, de se sentir moins seul et, peut-être, de faire plus attention aux autres.

Le roman ne nous propose pas de solution miracle pour surmonter un deuil difficile, mais plutôt une épopée tantôt inquiétante, tantôt émouvante, tantôt drôle, pour retrouver une certaine quiétude.

« Moi, je suis à la même hauteur que toi. En tant qu’homme, Gabriel, je te trouve… merveilleusement fou, mais ça, c’est moi, Joël, qui le dit, pas le père Asourel. Parce que religieusement parlant, il faut l’admettre, c’est une catastrophe, Gabriel, une véritable catastrophe… »

Alexandre Chardin, Le cercueil à roulettes

Dans le cadre de cette 12e édition du festival, la performance déambulée Morsure proposait également une traversée du deuil, de sa mise en mots, de ses émotions complexes et contradictoires, et de son partage possible…



Citer ce billet
clemencelemogne (2022, 16 décembre). Le cercueil à roulettes, une épopée pour faire son deuil. Festival Transversales. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uu9q

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search