Réminiscences urbaines

Parcours conçu par Adrien Lecoursonnais, médiateur européen du patrimoine culturel et poète urbain.

Rendez-vous sous l’horloge de l’Hôtel de Ville de Rennes. Direction les villes de Poznań et Sibiu. Comment est-ce possible ? Comment allons-nous parcourir une telle distance à pied en une heure trente ? J’ouvre mon navigateur de recherche et je tape les mots clés « Rennes », « Sibiu », « distance ». Le couperet tombe : trajet par route = 2.379,37 km. Je n’ose pas regarder les distances qui séparent Sibiu de Poznań et Poznań de Rennes. Le périple me parait inenvisageable. Mais Adrien, notre guide poète, connait un raccourci magique : pas besoin de faire des milliers de kilomètres à pied pour arriver à notre destination, il nous suffit d’ouvrir les yeux et les oreilles pour y parvenir. Je range donc mon portable dans mon sac, celui-ci ne m’étant plus d’une grande utilité. Tandis qu’Adrien, lui, ouvre grand son sac tel une Mary Poppins – sac un peu spécial, capable de contenir une multitude d’objets et souvenirs collectés auprès des habitants de Sibiu et Poznań. Plus performant et inventif que n’importe quelle application, ledit sac nous permet une connexion immédiate les uns aux autres par-delà les frontières qu’elles soient géographiques ou culturelles. Et ça marche ! Devant l’ex-cinéma Gaumont, entre la place du Calvaire et le quai Duguay-Trouin, nous voici quelque part entre la Roumanie et la Pologne. Drôle d’expérience. Afin que nous ne perdions pas le fil et le Nord de notre boussole, Adrien ponctue le voyage de pauses souvenirs, comme notamment des échappées furtives dans un magasin de souvenirs où nous achèterions cartes postales, porte-clés, et magnets en tout genre. Mais ici rien ne s’achète, tout s’imagine à partir de nos souvenirs pour finaliser la construction de l’édifice avec le cœur.

Chaque anecdote narrée par Adrien est introduite par la phrase de Georges Perec, Je me souviens. Je me souviens être allée à Miklóvsár – à 150 km de Sibiu. Quand je suis rentrée en France, j’ai eu l’intime conviction que je retournerai en Transylvanie. Toutefois, à aucun moment, je n’ai envisagé refaire le voyage par ce procédé. Pourtant tel est le cas : dans les rues de Rennes, je (re)vois les maisons colorées, je (ré)entends les rires des habitants de Miklóvsár, et cerise sur le gâteau je mange un chocolat « Rom »… Je réalise alors la chance que j’ai de participer à ce parcours. Grâce à ce dernier, je suis celle qui raconte, celle qui montre ma ville aux personnes qui m’ont chaleureusement accueillie dans leur pays. Au fil de la déambulation, je me surprends à les imaginer à une terrasse de café d’où ils me font signe. En attendant, j’apprends encore d’eux en regardant par un autre prisme Rennes, ma ville d’adoption.

Je mettrai un moment avant de reprendre mon portable dans mon sac, parce que je ne veux rien oublier de ce que j’ai vu et entendu, parce que je veux faire durer encore un peu cette parenthèse hors du temps. Ma certitude grâce à cette expérience : déambuler dans notre imaginaire à partir de nos souvenirs est un périple hors-norme auquel seules poésie et imagination nous permettent d’accéder, en un temps record !

Pour continuer le voyage et/ou entreprendre un nouveau voyage, n’hésitez pas à vous rendre sur le site de la compagnie À l’envers qui recense les différents parcours poétiques proposés par Adrien Lecoursonnais. De nouvelles dates devraient être annoncées prochainement.



Citer ce billet
virginiedemanneville (2022, 16 décembre). Réminiscences urbaines. Festival Transversales. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uu9p

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search