Les Neiges de Damas, d’Aude Seigne

Aude Seigne est une écrivaine suisse de la fin des années 1980. Elle étudie la littérature française et les civilisations mésopotamiennes. Cette autrice est une voyageuse étant donné qu’elle a visité plus d’une quarantaine de pays. A travers Les Neiges de Damas, publié en 2015, elle retrace son voyage en tant qu’étudiante en Syrie, qu’elle confronte avec sa vision et ses perturbations actuelle.

Récit de voyage et construction identitaire. Dévoilement d’expérience. Une alternance de temporalités : avant et après la guerre. Un cheminement entre le vécu, l’appropriation d’une culture et d’un pays, d’une population, d’habitudes… face à la destruction. Le choix de partir, d’explorer, de l’inconnu. Le dressage d’un constat : parfois, il neige à Damas, dans un pays chaud. Une expérience de la rareté. Incohérence, incompréhension. Les rues parcourir, à aimer, la solitude.

Photographie d’Henri Goybet, 1920.

Le travail d’archéologie, de la méthode. Précision, protocole, rigueur, ennui. Exploration de Damas. Des allers-retours avec la culture française, et celle de la Syrie. Perdre l’équilibre entre des souvenirs. S’évanouir. Damas comme construction identitaire. Le voyage, l’implication, les sentiments ; qui prennent une hauteur vertigineuse. Le vertige de cette peine. Celle de la guerre. Disparition de vie. La peine à vivre des Syriens. Et l’autrice, qui n’est pas à sa place à Damas, une étrangère. Tenter de s’intégrer jusqu’à s’approprier ce monde et devenir pleinement soi. Et le désespoir, la violence, la peur, l’inaccessibilité.

L’autrice explore ses sentiments jusqu’à en déceler des concepts, des faits qu’elle a totalement intégrés. Un sentiment d’appartenance à Damas, à la Syrie. Et quelle place dans « l’Orient » pour une française en voyage d’étude ? L’Orient comme notion, comme unité indivisible, incapable de se représenter qu’autrement que par ce mot : « Orient ». Mais quelle place redonner aux Syriens, aux pays, à la vie ? L’Orient ne correspond à aucune réalité, c’est ce qu’Aude Seigne tente de dresser par son expérience. Et cet attachement à cette unité d’Orient, qui correspond à une idée brumeuse, un savoir imaginaire issu d’une situation de puissance. Elle en arrive à une réalité : celle de l’orientalisme. Une appropriation, une imitation, une projection, appropriation, domination. Une volonté de rendre à la Syrie une place à part entière, du moins ce qu’elle a pu explorer de son voyage, de ses expériences…

C’est par ce questionnement personnel et intime que l’autrice parvient à déceler tout cet ensemble de réflexions sensibles. Aude Seigne tente à travers cet écrit de redonner du sens à ses sentiments d’aujourd’hui, son désarroi, ses tensions face à ce lieu de construction pour elle : la Syrie. Finalement, la recherche de signification, de sens, et de clefs pour comprendre ses contradictions personnelles qui n’appellent peut-être aucune réponse. Chercher cette clef, pour comprendre, poser, fixer, analyser, est-ce une entreprise aliénante ? A travers sa volonté de compréhension, l’auteure se questionne sur l’intérêt analytique et de poser des mots sur des situations indicibles.

Cette exploration des réels est un récit sur Damas qui ne parle pas de Damas. Qui se résume à une conclusion : « un désaccord entre soi et soi », qui n’a sûrement pas de réponse. Parce que « tout est tellement beau dans la déraison ».



Citer ce billet
emmyflorentin (2022, 6 décembre). Les Neiges de Damas, d’Aude Seigne. Festival Transversales. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uu9o

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search