La fantasy : voyage vers des mondes imaginaires

Si l’itinérance est un thème depuis très longtemps associé à la littérature, l’acte de lecture y est lui aussi lié, d’une manière paradoxale. En effet, lire suppose généralement l’immobilité : on lit rarement en se déplaçant physiquement. Là se trouve peut-être l’un des pouvoirs de la littérature, et de la fiction en général, qui par la lecture nous permet de voyager tout en restant assis chez nous. Un « voyage de l’esprit1 », comme disait Alphonse Karr, romancier français du XIXe siècle. En effet, à travers la lecture, on peut voyager dans d’autres pays, à d’autres époques, et rencontrer les gens qui y vivent, qu’ils soient personnages fictifs, historiques, ou auteurs.

Mais il y a certains livres qui permettent de voyager encore plus loin : les littératures de l’imaginaire, que ce soit la science-fiction, la fantasy, ou même les contes et autres récits merveilleux pour la jeunesse. La fantasy, en particulier, peut nous faire voyager dans des univers entièrement fictifs, même si souvent inspirés de notre réalité. Au travers des pages du livre, les lecteurs et lectrices découvrent ainsi des pays, des cultures nouvelles, à l’image des grands explorateurs découvrant de nouvelles terres, ou Gulliver arrivant sur l’île de Lilliput. Les auteurs de fantasy, pour développer la cohérence et le réalisme de leur univers, ajoutent parfois des éléments annexes à leur récit, comme une carte, une chronologie des grands événements historiques du monde fictif, ou un arbre généalogique de certaines familles de personnages, par exemple. Un auteur comme J.R.R. Tolkien est ainsi connu pour avoir été précurseur, encore inégalé, dans la création de mondes fictionnels, imaginant des langues, leur évolution dans le temps, des calendriers, toute la géographie de ce monde, des chansons et poèmes associées à différentes cultures, etc.

Lire de la fantasy peut ainsi se rapprocher de la lecture d’un récit de voyage, le lecteur devenant voyageur et explorateur de ces mondes imaginaires.

Itinérance dans des mondes imaginaires

Le thème du voyage est un lieu commun assez répandu dans le genre de la fantasy, notamment à travers la notion de quête, qui implique généralement pour les personnages de se déplacer de lieu en lieu. Bilbo, héros du roman de Tolkien Le Hobbit2, quitte ainsi son foyer pour la première fois, en direction de l’ancien royaume nain d’Erebor, passant par la cité elfe de Fendeval, une caverne de gobelins dans les montagnes brumeuses, la forêt de Grand’Peur, ou encore la ville d’Esgaroth. Ainsi, à travers le point de vue du héros, c’est aussi le lecteur ou la lectrice qui découvre l’univers dans lequel se déroule le récit. Un autre exemple connu, en littérature jeunesse, serait Harry Potter, où le héros éponyme apprend le jour de ses onze ans qu’il est un sorcier et qu’il va entrer à l’école de magie de Poudlard. Le monde magique est entièrement nouveau pour lui, et il apprend peu à peu les règles de cet univers, et les lecteurs et lectrices en même temps que lui. Avoir un protagoniste aussi novice que les lecteurs, eux-mêmes voyageurs et explorateurs d’un monde qu’ils découvrent, facilite l’identification au personnage et justifie l’exposition des informations concernant l’univers.

Même dans un livre de fantasy qui ne traite pas en soit du thème du voyage, il est courant pour les personnages de se déplacer, et/ou pour les lecteurs de se déplacer aussi en même temps que la narration se tourne vers d’autres personnages. Dans Le Trône de Fer3 de G.R.R. Martin, l’on suit de nombreux personnages aux quatre coins du monde, et on peut donc découvrir ses lieux importants. Dans ce cas, la carte devient aussi un objet représentant la situation politique du royaume, et les puissances qui luttent sur un continent, une carte devenue champ de bataille. Les créateurs de l’adaptation télévisée des romans, Game of Thrones4, ont d’ailleurs repris le motif de la carte dans le générique de la série, qui indique entre autres dans quelles régions du monde on ira au cours de l’épisode.

À travers la lecture et sa propre imagination, le lecteur découvre ce monde fictif et ses lois, faisant appel à l’activité fictionnalisante du lecteur, telle que théorisée par Gérard Langlade comme ce qui renvoie aux « déplacements de fictionnalité auxquels [le lecteur] procède en investissant, transformant et singularisant le contenu fictionnel d’une œuvre »5. Notre imagination, appuyée sur le texte et, éventuellement, des illustrations, construit une version personnelle de l’univers fictif dépeint dans les pages du livre, dans lequel on voyage aux cotés des personnages.

Les univers fictifs sont parfois illustrés par une ou plusieurs cartes détaillant leur géographie. Ces cartes permettent notamment de visualiser plus précisément le voyage des personnages, et de rendre le monde plus tangible, et, d’une certaine façon, plus « réaliste ». La carte est un objet symbolique, associé au voyage. C’est l’outil qui sert à se repérer dans ses déplacements, pour ne pas se perdre, et qui peut être utilisé autant par les personnages que par les lecteurs et lectrices, quand les auteurs accompagnent leur texte d’une carte du monde qu’ils ont créé.

Lien vers une carte interactive de la Terre du Milieu

Le livre de fantasy comme récit de voyage

Certains auteurs de fantasy utilisent le paratexte de leurs livres pour développer leur monde fictif, en ajoutant une carte, comme vu précédemment, une chronologie relatant les événements importants de son Histoire, ou encore une liste détaillée des personnages, dans le cas d’un roman choral comme Le Trône de Fer, par exemple. Ces éléments servent d’abord à donner des informations aux lecteurs et lectrices, et les aider à ne pas s’y perdre. Mais ils peuvent aussi faire penser à des documents de recherche sur ces pays, ces mondes fictifs, étudiés par les lecteurs autant dans le texte que dans le paratexte, à la manière du carnet de voyage d’un explorateur qui dessine la carte d’une nouvelle terre et étudie la culture des gens qui y habitent. J.R.R. Tolkien est allé jusqu’à détailler son monde et ses peuples fictifs de manière quasi-scientifique, à l’intérieur même de son récit, au début du Seigneur des Anneaux6, en passant une trentaine de pages à présenter la culture des hobbits, leur histoire, l’organisation de leur pays, la Comté, avant de commencer son récit en lui-même. Le roman commence d’ailleurs par la phrase : « Ce livre traite dans une large mesure des Hobbits, et le lecteur découvrira dans ses pages une bonne part de leur caractère, et un peu de leur histoire7 ». Tolkien présente ainsi son œuvre en premier lieu comme un livre sur les Hobbits, qui a vocation à apprendre aux lecteurs ce qu’il faut savoir sur eux. Dans les appendices du Seigneur des Anneaux, à la fin du Retour du Roi8, l’auteur prend aussi le temps de nous donner les arbres généalogiques des principales familles de Hobbits, ainsi que leur calendrier. Il n’oublie pas non plus les autres peuples de la Terre du Milieu, en détaillant les annales des rois des Hommes et des Nains.

Tolkien avait pour but de créer un monde dans lequel les langues qu’il avait imaginées seraient parlées, et pourraient évoluer comme toute langue. Ces langues sont d’ailleurs détaillées au point de pouvoir être apprises et parlées. Il est ainsi possible de prendre des cours de Quenya et de Sindarin (les deux langues elfiques de Tolkien) en ligne, mais on peut aussi évoquer le livre de Édouard Kloczko, linguiste spécialiste des langues de Tolkien, Le Haut-elfique pour les débutants9. Tolkien a donc créé un monde avant de créer un récit, un monde très détaillé, dans le texte comme dans le paratexte, si bien que les lecteurs et lectrices pourront lire un récit de voyage en Terre du Milieu et découvrir toutes les connaissances laissées par l’auteur sur ce monde et les peuples qui l’habitent, tout en y voyageant directement à la lecture de ces textes.

Certains auteurs s’amuseront à jouer avec les frontières de la fiction, par exemple en présentant leurs textes comme réels, un ancien manuscrit retrouvé. C’est le cas de Tolkien, qui commence Le Seigneur des Anneaux en évoquant son préquel : « On pourra trouver d’autres renseignements dans les extraits du Livre Rouge de la Marche de l’Ouest, déjà publié sous le titre : Le Hobbit10 », et de continuer en évoquant Bilbo, le protagoniste dudit livre, comme son auteur. De même, G.R.R. Martin, auteur de la série de romans Le Trône de Fer, a publié une chronique fictive sur la famille Targaryen, Feu et Sang11, comme un ouvrage historique existant dans la diégèse de son œuvre, écrit par un auteur fictif (l’archimestre Gyldayn) et seulement retranscrit par G.R.R. Martin. Ce texte développe des informations sur le passé du continent de Westeros qui n’étaient qu’évoquées dans la série principale de l’auteur, et montre l’évolution de ce royaume, notamment à travers le nom de familles nobles dont on sait qu’elles vont disparaître, et d’autres qui deviendront centrales aux intrigues politiques du Trône de Fer, ce qui amène les lecteurs à voyager à travers l’intertextualité des différents textes dans cet univers, mais aussi dans son Histoire, sur plusieurs siècles. Avec ces ouvrages supposément sortis d’univers fictifs, d’une certaine façon, la fiction entre dans le monde réel et se rapproche des lectrices et lecteurs, qui peuvent lire un texte historique d’un autre monde, et apprendre une langue fictive. À la manière d’un récit de voyage, les livres de fantasy sont donc l’occasion de découvrir les peuples et cultures décrits par les auteurs, en étudiant la géographie de leur pays, leurs coutumes, leur Histoire, leur langue, autant à travers les récits de fiction que des documents scientifiques fictifs.

En conclusion, si la lecture en général permet de voyager, lire de la littérature de l’imaginaire permet d’aller plus loin encore, en explorant des univers fictifs. La lecture devient alors un moyen de déplacement au-delà de la réalité, et les lectrices et lecteurs prennent le rôle d’explorateurs, d’historiens étudiant les mondes et peuples imaginaires créés par des auteurs et autrices démiurges. Mais fiction et réalité ne sont jamais éloignées, les mondes imaginaires servant de miroir, pour mieux parler de notre monde et de sujets contemporains.


1Karr, Alphonse, Le règne des champignons, « Et Moi aussi », 1885, p. 154, disponible en ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k29557w/f1.item

2Tolkien, J.R.R., Le Hobbit [1937], Trad. Lauzon, Daniel, Paris, Christian Bourgois, 2012.

3Martin, G.R.R., Le Trône de Fer, 5 tomes intégrales [1996-2011], Trad. Sola, Jean, Marcel, Patrick, Paris, J’ai Lu, 2010-2015.

4Benioff, David, Weiss, D.B., Game of Thrones, États-Unis, HBO, 2011-2019, 8 saisons, 78 épisodes.

5Langlade, Gérard. 2008. « Activité fictionnalisante du lecteur et dispositif de l’imaginaire ». Dans Formation des lecteurs : Formation de l’imaginaire. Article d’un cahier Figura. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. Consulté le 17 novembre 2022. D’abord paru dans (Roy, Max, Marilyn Brault et Sylvain Brehm (dir.). 2008. Montréal : Figura, Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire. coll. Figura, vol. 20).

6Tolkien, J.R.R., Le Seigneur des Anneaux [1954], trad. Ledoux, Francis, Paris, Christian Bourgois, 1995.

7Ibid., p. 11.

8Ibid., p. 1099.

9Kloczko, Édouard, Le Haut-Elfique pour les débutants, Paris, Pocket, « fantasy », 2015.

10Tolkien, J.R.R., op. cit, p.11.

11Martin, G.R.R., Feu et Sang, Trad. Marcel, Patrick, Paris, Pygmalion, « Imaginaire », 2019.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search