Carnets de voyage de Walter Salles, retour sur les pérégrinations de Che Guevara

On le connaît sous le nom de « El Che », mais fut un temps, il répondait au simple nom de Ernesto. Ernesto Guevara, dit « Che Guevara » était un homme politique d’Amérique latine, dirigeant de la révolution cubaine, au cœur du mouvement marxiste-léniniste des années cinquante. Issu d’une famille aux idées communistes, Ernesto Guevara de la Serna est un enfant doué à l’école, doté d’une véritable soif d’aventure(s). Alors qu’il est étudiant en médecine, il se laisse convaincre par un vieil ami, Alberto Granado, et prend une année sabbatique pour qu’ils puissent concrétiser ensemble un voyage à moto, en traversant l’Amérique du Sud. Ce premier voyage latino-américain est effectué dans des conditions précaires, même leur moyen de locomotion est une vieille motocyclette fébrile affectueusement appelée La Poderosa, c’est-à-dire « La Vigoureuse ». Leur objectif ? Atteindre la ville de Caracas en 4 mois et demi, pour arriver le jour des trente ans de Granado. En traversant la cordillère des Andes, les deux comparses sont témoins de l’immensité des inégalités sociales, constatent l’étendue de la pauvreté de masse et prennent conscience que la seule révolution possible se fera par les armes. Toute cette épopée sera relatée dans un journal que tiendra Ernesto depuis le départ jusqu’à son arrivée, qui sera publié sous le nom Diarios de motocicleta : Notas de viaje por América Latina. En français, l’ouvrage sera publié sous le nom Voyage à motocyclette, en 2001 aux éditions Mille et une nuit. Ce carnet de voyage, classé en tant que bestseller du New York Times, est désormais considéré comme un classique en termes de récit initiatique, à la fois pour son enjeu personnel et son enjeu politique.

En 2004 sort Carnets de voyage, un film réalisé par Walter Salles, basé sur le roman de Guevara. Produit d’une collaboration entre le Brésil, le Chili, le Pérou, l’Argentine et les Etats-Unis, ce road movie retrace ce grand voyage entamé par Ernesto et Alberto, sous l’accueil élogieux des critiques cinématographiques. En effet, le film est présenté dans la sélection officielle du Festival de Cannes de 2004, reçoit l’Oscar du meilleur scénario adapté en 2005, le Golden Globe du meilleur film étranger en 2005, le César du meilleur film étranger la même année, et bien d’autres encore… De même, la performance des acteurs, notamment celle de Gael García Bernal (Ernesto Guevara) et de Rodrigo de la Serna (Alberto Granado) ont été largement saluées par le public.

“Cette errance à travers notre Amérique m’a transformé plus que je ne le croyais. Moi je ne suis plus moi, du moins plus le même qu’avant.”

Un road movie, aussi traduit en français comme un « film de route / film d’errance », est un genre cinématographique ayant pour fil conducteur scénaristique le périple ou la cavale sur les routes, à l’aide de divers moyens de locomotion. Ces personnages qui prennent la route cherchent souvent à se libérer d’un espace social et à partir à l’aventure, avec ou sans but précis. Leur itinérance permet alors de construire une véritable chronique anthropologique sur la marginalité. Le symbolisme de l’automobile dans les road movies est analysé par un professeur de l’Université d’Otawa, Walter Moser, comme étant l’outil de la mobilité individuelle, par conséquent synonyme de liberté. Le moyen de transport est indissociable du genre cinématographique, pour pouvoir alors permettre aux personnages l’accès tant espéré aux grands espaces naturels.

“Notre point commun ? Notre passion pour la route.”

Carnets de voyage est l’essence même du film d’itinérance, avec aux commandes deux hommes déterminés à assouvir leur envie de voyage, une soif d’aventure symptomatique de ceux qui appartiennent à la Beat Generation. Il s’agit là d’un mouvement culturel, social et littéraire qui caractérise ces jeunes des années cinquante et soixante qui rejettent les conventions de la société comme l’a fait Jack Kerouac avec Sur la route en 1957.

L’itinéraire d’Alberto et d’Ernesto les fait partir de l’Argentine, puis ils traversent le Chili, le Pérou, la Colombie jusqu’à finalement atteindre le Venezuela. Leur périple de 9679 kilomètres, au départ purement motivé par l’ambition de la découverte, la quête initiatique et l’expérience marginale, va petit à petit venir se tisser de rencontres : des paysans indigènes chassés de leurs territoires, des communistes en fuite, des familles entières vivant avec presque rien. La colère prend racine au fil des témoignages. Le côté révolutionnaire d’Ernesto s’illustre dans une scène particulièrement emblématique du film, alors qu’il termine son séjour de trois semaines en tant que médecin bénévole dans une léproserie. Là-bas, les malades sont séparés du personnel médical par une grande rivière. Dans un élan symbolique pour rejoindre ces personnes mises à l’écart, il se jette à l’eau et traverse la rivière au péril de sa vie pour passer cette dernière soirée avec ses patients. Métaphoriquement, cette scène finale est chargée du message que s’est forgé Ernesto tout au long de son voyage : il choisira toujours les personnes les plus démunies, celles victimes de l’injustice sociale qui sont mises de côté. Ainsi, cette traversée est à la hauteur de l’expérience sociale, politique et initiatique acquise après ces mois d’itinérance sud-américaine. Ce voyage a déconstruit des idéaux, en a renforcé bien d’autres, pour transformer ces deux jeunes esprits argentins au fil des kilomètres.

Ici, le motif du déplacement permet d’explorer des formes de compréhension du monde et devient une modalité de découverte de soi. Carnets de voyage regrouperait ce que Libéra Berthelot et Jean Corneloup appellent une « itinérance positive » englobant les volontés de déplacement récréatif au nom de la liberté de circuler pour le dépassement des frontières et l’échange. Face à cela, Ernesto et Alberto rencontrent les témoins directs d’une « itinérance négative » liée aux migrations politiques, aux errances et aux instabilités sociales. Ce nouveau rapport au monde dans l’espace de l’itinérance devient alors engagé et s’éprouve tout au long de ces frontières qu’ils passent, de ces personnes qu’ils laissent derrière eux.

Ce magnifique film de Walter Salles nous fait découvrir des paysages époustouflants que l’Amérique du Sud renferme en son cœur. Un écrin de beauté exploré en son temps par deux jeunes esprits, que le voyage va façonner…

“Que perd-t-on en traversant les frontières ? Chaque instant semble divisé en deux : d’un côté, la mélancolie à cause de ce qu’on laisse, et de l’autre, la joie d’explorer des terres nouvelles.”


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search