À ma recherche : réflexion personnelle sur le cheminement intime et psychologique à travers la poésie

Ce que j’aime dans la littérature, c’est la faculté qu’elle a de nous permettre de nous retrouver pleinement en elle. C’est le chemin intérieur des personnages, du narrateur et parfois même de l’auteur, qu’on peut y trouver, et puis le nôtre, comme un écho. 

Alors j’ai souhaité vous parler de poésie, parce que sa vraie puissance, c’est le séisme qu’elle déclenche dans le cœur de ses lecteurs. Car quand un écrivain part à sa recherche, ce n’est pas uniquement son propre chemin qu’il retrouve, c’est aussi celui de chacune des personnes qui a décidé de lui faire confiance en découvrant ses maux.

Pour appuyer mon propos, je me baserai donc sur le dernier recueil de poésie de Faustine Croquison, édité en août 2022 aux éditions Frison-Roche Belles-Lettres, intitulé À ma recherche. Au travers de quelques extraits de son livre, j’aborderai la façon dont l’itinérance peut également se faire à l’intérieur de soi, dans l’intime et la guérison.

Je suis partie

À ma recherche

Je me suis trouvée, je crois

Je n’ai plus de quête ni de combats à mener

J’ai déposé mes mensonges, mes habitudes

misérables, mes visages d’ombre sur le bord

Et la marée les a emportés

L’itinérance est parfois symbole de liberté et de joie, la voie des rencontres, la découverte du monde et de ses beautés. Mais l’itinérance, c’est aussi l’errance. C’est errer parfois sans but, ou sans parvenir à l’atteindre. C’est vouloir changer les choses, revenir dans le passé, affronter ses démons et en guérir, mais être submergé par la difficulté de la tâche et vouloir tout abandonner. C’est s’épuiser dans sa propre quête, s’épuiser à se battre et ne même plus savoir pourquoi on a commencé un jour.

Errer, c’est aussi ne plus savoir où aller, c’est être absolument terrifié par tout ce qui nous entoure sans savoir comment retrouver notre chemin. À moins que l’errance ne soit le chemin. À moins qu’il faille absolument en passer par là pour être en mesure d’y voir plus clair et de continuer d’avancer. Lorsque l’on est entouré d’un brouillard sombre, je crois qu’il est légitime de se demander s’il vaut mieux attendre patiemment qu’il se dissipe, ou prendre la décision de se jeter en lui pour le traverser, même si l’on ignore complètement ce qui nous attend de l’autre côté. Et s’il faisait encore plus noir à l’extérieur du brouillard ? Et si finalement, voir un peu flou était toujours mieux que ne plus y voir du tout ? 

J’ignore si tous les grands voyages démarrent par la souffrance et les tourments intérieurs, mais je crois que la douleur est un profond moteur. Qu’elle pourrait pousser n’importe qui à s’effondrer, mais aussi les plus courageux à se surpasser, parfois même les deux à tour de rôle.

J’ai voyagé sur tous les continents, je me suis

baignée dans des dizaines de lacs, de rivières et

d’océans, j’ai emporté avec moi du sable et des

pierres des lieux que je pénétrais.

Je me suis répandue à ces endroits.

J’y ai laissé ma poussière et mon souffle.

Et je suis rentrée chez moi, parmi les miens.

Un voyage intérieur peut également mener à un voyage à travers le globe. Quand notre propre monde semble devenir trop étroit pour nous accueillir et qu’on réalise comme l’univers est vaste, on peut décider de partir. On décide de laisser une trace dans le monde, à défaut d’être capable d’en laisser une dans notre propre vie. On s’accroche à la nature, aux paysages que l’on parcourt, et aux souvenirs que l’on crée loin du tumulte de nos pensées. Il arrive même que l’on pense que partir nous fera oublier, qu’on laissera le brouillard à sa place en découvrant le soleil et les intempéries d’autres lieux, jusqu’à ce qu’il finisse par s’estomper complètement. Et il arrive même que cela fonctionne.

Mais partir n’est pas toujours l’étape du voyage la plus pénible, ni celle qui demande le plus de courage. Étrangement, ce qui est parfois le plus difficile, dans le fait de partir, c’est de revenir. Revenir là où tout a commencé. Revenir à ses tourments initiaux, laissés un temps de côté, jauger la situation et décider quoi en faire. Sont-ils toujours présents, ou ont-ils disparu au cours de notre périple ? Ont-ils simplement fait place à d’autres, peut-être encore plus difficiles ? La quête est-elle finie, ou faut-il repartir à l’aventure, encore et encore, jusqu’à trouver un sens à tout cela ?

L’errance a-t-elle un but ?  L’errance s’arrête-elle vraiment un jour ?

Je suis partie

À ma recherche

Je me suis trouvée, je crois

Je n’ai plus de quête ni de combats à mener

J’ai déposé mes mensonges, mes habitudes

misérables, mes visages d’ombre sur le bord

Et la marée les a emportés

Partir à sa recherche est courageux, douloureux. Un jour où notre propre vulnérabilité nous fait trop de mal, on décide de prendre le large, et de voguer vers un horizon dans lequel on se sentira plus en accord avec nous-même. Un endroit où l’on n’aura plus à prendre les armes contre sa propre vie et contre soi-même. Ce qui est difficile, c’est que pour y parvenir, on doit se battre encore. On doit batailler sans arrêt, durant un temps qui semble souvent durer une éternité. Et certains s’épuisent avant d’y être arrivés.

D’autres, parfois, décident de mettre en mots ce voyage intime et psychologique vers la guérison. Et quelquefois encore, ce récit tombe entre les mains de lecteurs qui ont eux aussi entamé leur marche vers leur propre sentier. Et ce jour-là, la collision entre l’expérience de l’auteur et le vécu du lecteur déclenche un cataclysme.

Ce jour-là, la poésie prend vie, en dehors des pages blanches sur lesquelles elle est inscrite, et l’itinérance trouve un sens.

À ma recherche, Faustine Croquison
Frison-Roche Belles-lettres
121 pages, 17 euros


Citer ce billet
paulinebilisari (2022, 9 novembre). À ma recherche : réflexion personnelle sur le cheminement intime et psychologique à travers la poésie. Festival Transversales. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uu9c

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search