L’appel des grands espaces : voyager à travers les films d’animation de Rémi Chayé

Plongée très tôt dans le monde du cinéma d’animation et n’en étant jamais sortie, je vous propose de rentrer ensemble dans l’univers des films d’animation de Rémi Chayé. Un voyage vers le nord avec Tout en haut du monde (2015) et vers l’Ouest avec Calamity Jane, une enfance de Martha Jane Cannary (2020), à regarder seul.e ou en famille.

Un mot sur le réalisateur

Rémi Chayé est un réalisateur et animateur français. Il a d’abord commencé sa carrière artistique en tant qu’illustrateur et n’est « tombé » dans l’animation qu’après, marqué notamment par le travail de Hayao Miyazaki avec Princesse Mononoké et Katsuhiro Ōtomo, réalisateur d’Akira. Il intègre alors l’école d’animation La Poudrière à Valence. Une fois diplômé il travaille sur plusieurs projets dont Brendan et le Secret de Kells de Tomm Moore et Nora Twoney (2009) et Le Tableau de Jean-François Laguionie (2011). Tout en haut du monde et Calamity Jane, une enfance de Martha Jane Cannary sont ses deux premiers films en tant que réalisateur. 

Tout en haut du monde nous entraine dans les pas de Sacha, une jeune aristocrate russe du XIXe siècle passionnée par la vie d’aventures qu’a mené son grand-père Oloukine, un explorateur de renom. Or, parti à bord de son navire le Davaï à la conquête du Grand Nord, son grand-père n’est jamais revenu. 
Sacha, très touchée par la disparition d’Oloukine et persuadée que les recherches infructueuses sont dues à une erreur d’itinéraire, décide alors de partir vers le Grand Nord à la recherche du navire. En chemin elle rencontrera l’aubergiste Olga, bourrue mais au grand cœur ainsi que l’équipage du Norge, commandé par le capitaine Lund, sur lequel elle embarquera.

Le voyage de Sacha est un voyage vers l’inconnu mais surtout une quête initiatique. Venant d’une riche famille aristocratique de Saint Petersbourg, Sacha va grandir et s’affirmer en tant que protagoniste déterminée tout au long du récit. Elle va devoir s’intégrer à un milieu très éloigné du sien et apprendre à travailler de ses mains, comme par exemple pour l’aubergiste Olga, tenant une taverne perdue au bout du monde ou bien encore, à apprendre le fonctionnement d’un équipage et les tâches d’un marin avec l’aide de Katch, le mousse du Norge.

Sacha va apprendre à se dépasser et à faire face à l’adversité, ce dont elle aura bien besoin pour survivre dans un monde régit par les hommes. À bord du navire de Lund, elle apprendra la camaraderie et à se défaire des codes sociaux, en commençant par troquer sa robe pour un pantalon. Tout au long de son chemin, Sacha est accompagnée de ses souvenirs et de la mémoire de son grand-père, mais elle apprendra également à aller au delà de ce que les autres ont pu faire avant elle afin de suivre sa propre voie.

Le scénario, de Claire Paoletti, est librement inspiré des carnets de voyage de l’explorateur Ernest Shackleton, parti lui aussi à la découverte du Grand Nord. À la fin du XIXe siècle, cet espace gigantesque représente un des derniers inconnus de l’Homme, source de mystères et de fantasmes, et se place comme un défi pour les commerçants du monde qui espèrent trouver parmi les glaces un passage qui leur offrirait une nouvelle route commerciale maritime par le nord. Cette course à la découverte est très bien illustrée dans la première saison de la série The Terror, produite par Ridley Scott où, aux mésaventures d’un équipage coincé aux milieu des glaces, se mêlent surnaturel et horreur. 

La forte identité visuelle des films, que ce soit pour celui-ci ou le suivant Calamity, est portée par un dessin composé d’aplats de couleurs, sans aucun contour. Le film repose sur des graphismes simples, presque abstraits par moments, et nous plonge directement dans un océan de nuances. L’avancée vers le nord de Sacha, très nettement visible à l’image plus l’histoire progresse, se lit autant par le scénario que par les couleurs qui laissent leur place au blanc. Ou plutôt aux blancs car Rémi Chayé et son équipe nous plongent dans un univers éclatant dans lequel la glace et la neige n’ont jamais la même teinte. Cette importance portée à la lumière met en valeur les paysages, mais permet aussi de sublimer les émotions des personnages. 

De plus, l’aventure de Sacha, accompagnée par le bruit du vent et des vagues, est appuyée par une bande son pop, qui s’accorde parfaitement au récit et dont le synthé rajoute parfois, une petite touche de mystère.

Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary, est le deuxième film de Rémi Chayé et nous entraîne cette fois-ci à travers les plaines de l’Ouest américain de la fin du XIXe siècle, à une époque où de nombreuses familles pauvres partent vers l’Ouest, en longs convois de pionniers avec l’espoir d’une vie meilleure.  Nous suivons l’histoire de la jeune Martha Jane Cannary, plus connue dans l’Histoire sous le nom de Calamity Jane. Quand son père se blesse, c’est à Martha que revient la responsabilité de conduire le chariot familial et de s’occuper des chevaux. Rejetée par les autres membres du convoi, l’apprentissage de Martha est rude, mais elle va pourtant s’épanouir et se sentir plus libre que jamais. Accusée de vol, elle va être obligée de fuir, ce qui sonnera le début des aventures trépidantes, pleines de dangers et riches en rencontres qui forgeront la mythique Calamity Jane. 

Le scénario original nous raconte l’enfance fantasmée de cette célèbre aventurière, chantée par Anne Sylvestre dans La ballade de Calamity Jane, portant pantalons et pistolets, et qui buvait au saloon accoudée au même bar que les cow-boys à une époque où les rôles et les espaces étaient très délimités en fonction des genres.

Ici aussi, comme dans Tout en haut du monde, nous sommes emporté.e.s dans un voyage initiatique dans lequel la jeune fille qu’est Martha va devoir grandir et apprendre à se dépasser, au pas des chevaux qui l’emportent vers l’inconnu. Une aventure qui prône la découverte de soi et qui célèbre la liberté. Convaincue de sa capacité à pouvoir aider sa famille aussi bien qu’un homme, Martha va se couper les cheveux, s’habiller en garçon et va apprendre, malgré le regard désapprobateur d’Abraham le chef du convoi, à s’occuper du chariot, prendre soin de sa famille et monter à cheval. 

Martha va devoir faire face à l’injustice et à la violence du monde et des autres qui l’entourent, comme lorsqu’elle va tenter de prouver son innocence vis-à-vis du vol dont on l’accuse. Mais sa persévérance et sa personnalité unique vont également lui permettre de faire de belles rencontres comme celle de Jonas, un jeune esclave en fuite qui deviendra le compagnon de voyage de Martha.

Tout comme dans Tout en haut du Monde, Calamity nous offre une protagoniste féministe forte, affrontant un monde hostile, où toutes les règles son faites par et pour les hommes, dans le but de trouver sa place et d’être reconnue à sa juste valeur. 

Contrairement à Sacha, entourée d’un monde aux camaïeux blancs, Martha est plongée dans une abondance de couleurs vives. Le récit est accompagné par les sonorités country du banjo et de la guitare qui nous laissent aisément imaginer cette vie sur la route. Les personnages sont baignés dans un océan d’herbes et de forêts aux multiples reflets, allant du vert au bleu, au orange en passant par le violet. Les chariots et leur occupants sont perdus dans des paysages infinis aux horizons plats et aux cieux immenses, récréant avec aisance le sentiment de perte ressenti face à l’immensité. Là aussi, la technique graphique reste la même et les aplats de couleurs subliment à merveille les grands espaces de l’Ouest américain, baignés par le coucher du soleil ou la flamme d’un feu de camp, et ne sont pas sans nous rappeler les toiles des peintres impressionnistes.

Pour finir, je souhaiterai souligner l’exigence apportée aux deux films par le réalisateur et son équipe afin de donner à voir de beaux films, construits avec soin, que ce soit au niveau de l’animation, du scénario ou des personnages, chacun riche et complexe portant aussi bien une part d’ombre et qu’une part de lumière. Et ce, même dans des films visant un public jeunesse, afin que tous.tes, enfants comme adultes soient emporté.e.s et émerveillé.e.s.

Ressources

Making of vidéo de Tout en haut du monde

Fiche informations de Tout en haut du monde

Fiche information de Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary

Entretien avec Rémi Chayé

Interview Papier Crayon Konbini de Rémi Chayé

Interview Animée de Rémi Chayé



Citer ce billet
anoukmadec (2022, 7 novembre). L’appel des grands espaces : voyager à travers les films d’animation de Rémi Chayé. Festival Transversales. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uu99

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search