L’itinérance comme support d’aventures chez Homère : le cas d’Ulysse

Au sein de cet article, j’aimerai aborder le cas d’Ulysse, héros de la très célèbre épopée L’Odyssée de l’aède Homère (dont on remet en question l’existence ainsi que le fait qu’il s’agisse d’une unique personne).

Ulysse en proie aux sirènes

Pour recontextualiser cette histoire très célèbre : la guerre de Troie éclate, Ulysse en tant que roi d’Ithaque part avec ses soldats afin de combattre au sein de cette guerre et une fois celle-ci terminée, il voudra donc rentrer sur Ithaque pour retrouver sa femme Pénélope et leur fils Télémaque. Mais avant d’atteindre son foyer, il va vivre moults péripéties et mésaventures.

Ce qui fait tout l’intérêt de l’épopée, c’est justement l’itinérance, et on s’éloigne du caractère épique guerrier (qu’on trouverait donc logiquement davantage en lisant L’Iliade) pour retrouver ce caractère épique dans les mésaventures d’Ulysse et dans l’expérience de voyage que l’épopée propose.

Dans l’histoire d’Ulysse, l’itinérance est donc un superbe support à l’aventure et aux histoires, et possède un aspect fascinant : à la fois pour le lecteur mais aussi pour le roi et le peuple auxquels Ulysse va raconter ses mésaventures (les Phaéciens), et c’est par ce biais que le lecteur découvre une grande partie de ce récit.

L’itinérance ici est d’une part merveilleuse car cela permet la rencontre d’Ulysse avec des personnages mythologiques mythiques : Charybde et Scylla, les sirènes, Circé mais aussi le cyclope. Celle-ci est, d’autre part, terrible pour Ulysse car celui-ci sera privé de son foyer pendant une décennie et poursuivi par le courroux de divinités qu’il aura offensées, comme Poséidon.

Cette itinérance permet donc de mettre en valeur le courage du héros et son ingéniosité avec l’épisode du Cyclope et de sa fameuse entourloupe de la figure fictive de « Personne », ou encore de l’usage de la cire afin de contrer les effets du chant des sirènes.

On peut également lui reconnaître une certaine curiosité : dans ce fameux épisode des sirènes il tient à écouter leurs chants, même si ceux-ci peuvent provoquer sa perte ; c’est pour cette raison qu’il se fait attacher au mât de son navire par son équipage.

A travers L’Odyssée, il s’agit aussi de dévoiler des aspects moins reluisants de la personnalité d’Ulysse comme le fait qu’il restera avec la nymphe Calypso pendant sept ans, enfermé certes mais n’ayant potentiellement pas essayé de s’évader (certaines relectures indiqueraient qu’il aurait trompé Pénélope avec celle-ci, ce qui ferait de lui un homme infidèle). De plus, Ulysse est un homme intelligent mais manipulateur, en effet il est très souvent caractérisé de rusé, la ruse contenant un aspect plus négatif que l’intelligence. L’une de ses caractéristiques majeures est d’être un excellent orateur : il sait manipuler le langage et les mots afin d’obtenir ce qu’il veut, ainsi que piéger ses pairs à sa guise.

Cet aspect de sa personnalité est à la fois un support d’admiration pour le lecteur mais aussi une raison de le mépriser, car il ne recule devant rien pour obtenir ce qu’il veut, ce qui est moralement discutable. Il est d’ailleurs l’auteur du très célèbre stratagème du cheval de Troie.

Dans cette optique, on peut également mentionner qu’il éborgnera Polyphème afin d’échapper à son sort funeste ou encore qu’il procédera au massacre des prétendants à la fin de l’épopée, nous rappelant le caractère sanguinaire d’Ulysse qui reste dans un premier temps un guerrier.

En dehors de l’aspect du voyage comme support à l’aventure mais aussi comme « éternel » obstacle entre un ailleurs où on ne veut plus se situer et un foyer qu’on meurt d’envie de retrouver, cette épopée est fascinante pour l’interprétation diverse des épisodes proposée.

Selon un dossier de recherche effectué par la BNF (Bibliothèque nationale de France) par exemple, l’épisode de la transformation des membres de l’équipage d’Ulysse en porcs par la magicienne Circé aurait en fait une double-lecture : celle de l’affranchissement d’esclaves. Pendant l’épisode avec Polyphème selon cette même source, celui-ci serait en fait le cratère d’un volcan en éruption. Même l’épisode de l’île du Soleil avec la consommation des vaches par le protagoniste et son équipage peut révéler une double lecture.

Pour en savoir plus, cliquez sur ce lien.

Nous retiendrons donc que les épisodes sont intéressants par leur potentielle interprétation, ainsi que les différentes rencontres avec Ulysse mais aussi des interprétations plus profondes et plus diamétralement opposées à l’épopée.

Par exemple, l’écrivain Jean Giono a suggéré la possibilité que L’Odyssée soit en réalité une vaste itinérance mentale : Ulysse se serait inventé toutes ses mésaventures afin de ne pas rentrer chez lui, souhaitant éviter une situation maritale qui se désagrège progressivement avec Pénélope. Ce propos est développé au sein de son roman, Naissance de l’Odyssée.

Pour résumer, Ulysse aurait tant navigué parmi ses différentes conquêtes féminines qu’il en aurait oublié son île et sa femme, jusqu’à ce qu’il apprenne que celle-ci avait également eu des amants. Il aurait donc inventé tout le récit de ses mésaventures en se faisant passer pour un confident d’Ulysse et ses légendes étaient si incroyables qu’elles se seraient répandues comme une trainée de poudre.

Je tiens ces informations d’un article que je vous invite à consulter, à la fois pour la section consacrée à cette lecture spécifique de l’Odyssée mais également pour les autres paragraphes de l’article, qui sont assez instructifs.

J’ai découvert également un autre article, que je tiens également à partager au sein du mien, qui avance l’idée qu’en réalité, après tant de péripéties et de mésaventures, le personnage d’Ulysse s’en est retrouvé à jamais changé, il n’était plus la même personne que lorsqu’il est parti dix ans plus tôt et n’est donc jamais vraiment rentré chez lui. L’autrice, Sophie Rabau, Professeure de Littérature Générale et Comparée à l’université Paris 3-Sorbonne nouvelle, avance des idées surprenantes, avec un côté assez humoristique, que j’encourage donc le lecteur à consulter.

En somme, la classique épopée d’Homère comporte une diversité d’événements et une multiplicité de possibilités d’interprétations. Celle-ci fait l’objet de recherches approfondies et est la cible de beaucoup d’hypothèses. Elle est absolument fascinante à étudier et tout à sa place dans la thématique de l’itinérance, qui en est le sujet principal et le support même du récit.


Pour aller plus loin, nous vous invitons à lire Le Voyage de Pénélope de Marie Robert, que nous recevrons dans le cadre de la 12e édition du festival Transversales le 5 avril, à la librairie La Nuit des Temps, aux côtés de Lucie Azema (Les Femmes aussi sont du voyage, L’Usage du thé).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
sarahbenarib (8 novembre 2022). L’itinérance comme support d’aventures chez Homère : le cas d’Ulysse. Festival Transversales. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/uu9b


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search