Nadia, la gymnaste condamnée

“Le premier 10 de l’histoire olympique” est probablement la première caractéristique connue de Nadia Comaneci. Cette gymnaste Roumaine est entrée dans l’histoire en 1976, lorsqu’elle a réalisé la première note parfaite de 10 et remporté ainsi la médaille d’or aux Jeux Olympiques de Montréal.

Elle n’avait que 14 ans. Ce n’était qu’une enfant portée par la passion du sport. Mais Nadia a dû grandir et faire face aux conséquences de son exploit. Dans le pays communiste qu’était la Roumanie à cette époque, l’ampleur qu’a pris cette petite gymnaste en seulement quelques jours ne pouvait pas passer inaperçu aux yeux du régime politique de Nicolae Ceausescu.

Le premier voyage

A l’âge de 6 ans, cette petite Roumaine est invitée à rejoindre l’école de gymnastique d’Onesti par un couple d’entraîneurs : les Karolyi. Dans l’ombre, dans les salles d’entraînement, une championne est en train de naître. 8 ans plus tard, elle quitte pour la première fois la Roumanie et s’envole pour Montréal, accompagnée de ses entraîneurs et de ses coéquipières. Pour ces jeux olympiques de 1976, toutes ont le même objectif : représenter la Roumanie aux yeux du monde de la gymnastique. Mais Nadia a une intention supplémentaire, celle de gagner une médaille, et si possible, d’or… Pourtant, rien ne laisse présager une victoire de l’équipe Roumaine, alors que les favoris sont toujours les Soviétiques.

Nadia ne focalise pas sur cette idée, avant tout guidée par sa passion et par l’excitation du voyage qu’elle est en train d’effectuer. L’Amérique représente pour elle la modernité. Elle se souvient avoir l’impression de pouvoir tout trouver dans les magasins, que tout était beau. Elle découvre un monde extérieur à la Roumanie et à l’Europe en général.

Nadia Comaneci, qui salue aux côtés de ses coéquipières de l’équipe Roumaine

Arrive enfin le jour à marquer d’une pierre blanche. C’est au tour de Nadia de passer aux barres asymétriques, l’un des quatre agrès de la gymnastique artistique. Sa performance est saluée par la foule avant même qu’une note ne lui soit attribuée. Tout le monde, y compris Nadia, s’attend à un score approchant la perfection, autour de 9.95 sur 10. Dans la surprise et l’incompréhension générale, la note de 1.00 s’affiche sur le tableau d’affichage. Un silence envahit la salle, aussitôt suivi d’une ovation sans précédent. Ce n’est pas un 1.00, c’est un 10.00 ! Le premier 10 de l’histoire olympique. Le tableau d’affichage n’avait pas été calibré pour une notation à deux chiffres, une note parfaite. Nadia Comaneci vient d’entrer dans l’histoire, et même le matériel n’y était pas préparé.


Une icône qui s’ignore

Lorsqu’elle revient en Roumanie, des centaines de personnes sont là pour accueillir la grande championne à l’aéroport. Elle raconte ne pas comprendre cette situation et vouloir remonter dans l’avion. Pour elle, rien n’a changé. Mais pour tous les autres, elle n’est plus la même. Elle est devenue une idole. Qui est cette étoile sortie de nulle-part que personne n’a vu arriver ? Le monde entier se languit de savoir, et le peuple Roumain garde les yeux rivés sur elle, empli de fierté.

A son retour, elle reprend ses entrainements comme avant. Mais tout a changé aux yeux du régime politique Roumain de Nicolae Ceausescu, qui connait un durcissement depuis le début des années 1970. Le nationalisme et le communisme qui règnent en Roumanie font de Nadia Comaneci un objet politique évident par l’icône qu’elle représente. La propagande du régime repose en partie sur elle.

La visite du Président Nicolae Ceausescu (1976), Président de la Roumanie Socialiste, à la Moldavie Soviétique.

Quelques temps après sa victoire aux jeux olympiques, la fédération roumaine de gymnastique l’arrache à ses entraîneurs d’origine pour l’envoyer s’entraîner à Bucarest. Puis c’est l’escalade, aussi bien au niveau de l’état de la population Roumaine que de la situation spécifique de Nadia. Elle n’a pas le droit de revendiquer d’activité professionnelle reconnue et payée correctement. Elle n’est pas plus riche que les autres habitants. Mais contrairement à la plupart d’entre eux, elle est surveillée et mise sur écoute, pour éviter qu’elle ne s’échappe comme d’autres personnes ne supportant plus la situation du pays. Pour le régime, Nadia doit rester en Roumanie. C’est la fin de sa “vie de voyage” comme elle le dit elle-même.

Le grand départ

Elle prend finalement une décision, et un gros risque. Elle décide de fuir au péril de sa vie. Sa vie qui n’a de toute façon plus aucun sens dans ce contexte autoritaire et de répression permanente. Surtout depuis que les Karolyi ont déjà fuit vers les Etats-Unis. Un soir, avec l’aide d’autres personnes, elle s’évade littéralement et parvient à rejoindre la frontière hongroise sans se faire arrêter ou même abattre. Elle décrit ce moment comme “le seul moment de sa vie d’adulte où elle n’avait aucune peur”. Elle rejoint ensuite l’Autriche, puis s’envole enfin pour les États-Unis, où elle trouve refuge. L’Amérique l’accueille comme elle l’avait déjà accueillie et acclamée la première fois. Elle revient là où la légende Nadia Comaneci est née, après avoir fait face aux conséquences. Elle a réussi un nouvel exploit.

The time I had to defect was the only time in my adult life, when I had no fear

Nadia Comaneci

Cette absence de peur face à une mort possible montre que le voyage peut parfois être une nécessité. Ce n’est pas un départ pleinement choisi, ce n’est pas un exil contraint, c’est un exil choisi. C’est le dernier choix possible.

Aux États-Unis, elle construit sa vie, sa vie de famille et sa vie professionnelle en travaillant en tant qu’entraîneuse avec son mari. A la chute de l’URSS, elle retourne en Roumanie et retrouve sa famille. Aujourd’hui, elle vit entre les Etats-Unis et la Roumanie, et considère toujours cette dernière comme son véritable pays.

Nadia Comaneci représente à elle seule l’idée que le voyage peut être aussi douloureux que l’absence de voyage. Finalement, avoir le choix et la liberté de se déplacer est peut-être ce qui compte réellement.


Pour aller plus loin :



Citer ce billet
luciepaysant (2022, 17 novembre). Nadia, la gymnaste condamnée. Festival Transversales. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uu9g

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search