La promenade : itinérance créative dans la poésie romantique anglaise

Puisant sa source dans les émotions des poètes et poétesses, le Romantisme s’est construit en opposition au Classicisme et à la Révolution Industrielle de la fin du XVIIIe siècle, prônant ainsi un retour à la nature. Le thème de l’itinérance prend alors tout son sens dans et avec la littérature du mouvement romantique anglais, la renaissance de l’intérêt pour les paysages naturels impliquant l’idée d’itinérance dans ces mêmes paysages. Réduire ce mouvement à la nature serait donc l’amputer d’un aspect pourtant fondamental : l’importance de la marche comme inspiration première, et ce, qu’importe le paysage. Les romantiques ont ainsi réussi à trouver de la beauté dans divers types d’environnement, grâce à ce processus d’itinérance physique en nature ou en paysages urbains, puisqu’avant toute chose, le Romantisme est un retour aux émotions. Les poètes marcheurs (walking poets comme le définit Jonathan Bates) s’imprègnent de ce qui se passe autour d’eux, et comme le disait Wordsworth :

“Poetry is the spontaneous overflow of powerful feelings: it takes its origin from emotion recollected in tranquillity.”[1]

En clair, l’itinérance peut, et doit se poursuivre dans la tranquillité d’un petit salon ou d’une chambre, après la promenade qui a pu inspirer des sentiments puissants, trop intenses pour être (d)écrits tels quels. En effet, la marche enrichit le poète et décuple sa créativité, car il correspond ainsi avec la nature, se connecte à elle et fait travailler son imagination bien plus qu’en restant oisif. Allant alors plus loin qu’une simple admiration de leur environnement, les poètes romantiques se plongeaient dans une introspection personnelle encore plus profonde que leurs marches poétiques.

Ce mouvement romantique anglais, dont on place le début à la parution de Lyrical Ballads de Wordsworth et Coleridge en 1798 et dont la fin semblerait coïncider avec le couronnement de la reine Victoria en 1837, a connu plusieurs générations de poètes, mais je me concentrerai dans cet article sur les deux auteurs de Lyrical Ballads susmentionnés.

Je commencerai par une rapide présentation de Wordsworth et Coleridge, avant une analyse des poèmes « Composed Upon Westminster Bridge, September 3, 1802 » du premier, et « This Lime Bower Tree my Prison » du second. Je proposerai chaque citation et extrait en langue originale, mais je joindrai une traduction en notes de bas de page.

William Wordsworth et Samuel Taylor Coleridge : poètes marcheurs

À gauche, Samuel Taylor Coleridge, peint par James Northcote. / À droite : William Wordsworth dans un portrait gravé.
Crédits : A gauche : Hulton Archive – Getty Images/ A droite : Mansell/Time Life Pictures – Getty Images

Commençons tout d’abord par un point biographique sur ces deux auteurs méconnus du lectorat français, plus habitué aux poètes romantiques français comme Châteaubriand ou Lamartine.

  • William Wordsworth (1770 – 1853) était un poète romantique anglais, fervent pratiquant de marche dans sa vie personnelle et créative. Sujet de la thèse de Florence Gaillet-de Chezelles intitulée Wordsworth et la marche : parcours poétique et esthétique (2007), il était une figure de proue du Romantisme et l’un de ses précurseurs avec son ami Coleridge. Sa plus grande œuvre (inachevée), The Prelude, évoque longuement les promenades auxquelles il s’adonnait, et est, lui-même, une longue marche « sur les chemins sinueux de la mémoire » (Florence Gaillet-de Chezelles). Avec Coleridge, ils publièrent une des œuvres les plus marquantes du Romantisme, venant même participer à la définition du mouvement avec sa préface. “Composed Upon Westminster Bridge, September 3, 1802” a été publié en 1807, et est remarquable par l’utilisation d’un langage simple, et donc universel. Ce poème démontre la possibilité de voir la beauté de Londres, paysage urbain, grâce au processus de marche poétique.
  • Coleridge (1772 – 1834) était lui aussi un poète romantique anglais, tout aussi friand de marche : une longue promenade de 82 km entre Sommerset et Devon en Angleterre a même été nommé ‘The Coleridge Way’ en son honneur. Parmi ses œuvres les plus connues, on retrouve The Rime of the Ancient Mariner (1798), Christabel (1816) ou Frost at Midnight (1798). Dans “This Lime Bower Tree my Prison”, publié en 1800, Coleridge évoque une époque où il fut contraint de rester sous un tilleul alors que ses amis pouvaient profiter de la campagne, évoquant ainsi une itinérance mentale forcée, l’itinérance physique lui étant impossible.

“Composed Upon Westminster Bridge, September 1802”

Avant de continuer, je vous invite à lire le poème choisi en français ou en anglais sur ce lien, et pourquoi pas à écouter la lecture qui en a été faite par l’acteur Sir Ian McKellen.

Il faut tout d’abord souligner le rôle de Wordsworth comme l’un des premiers marcheurs en ville, et sa perception particulière en tant que promeneur dans cette ville en pleine évolution, du fait de la Révolution Industrielle. Comme le dit Florence Gaillet-de Chezelles dans sa thèse :

« Il sentit alors à quel point la vie urbaine – qui transforme les relations humaines et modifie la notion même d’identité – pouvait être déstabilisante […] » (p. 93)

Poème composé depuis le pont de Westminster, on retrouve cette idée de transformation sous un angle différent : Wordsworth dénude Londres de ses apparats industriels pour retrouver sa beauté véritable et sa naturalité. Les termes du champ lexical de la nature sont nombreux : « fields / sky / air / sun / valley / rock / hill / river »[2] (v. 7 – 12), et rendent ce spectacle de soleil levant sur Londres encore plus émouvant pour Wordsworth. D’ailleurs, la beauté à laquelle il est confronté semble même « trop » pour lui : on le voit à l’utilisation récurrente du négatif pour appuyer le fait que les mots lui manquent : « not anything… more fair / never… more beautifully / ne’er saw / never felt »[3] (v. 1 – 11). On retrouve dans cette incapacité à trouver les mots justes l’idée du Sublime et du Beau. Très brièvement, le Sublime est cette idée de beauté terrifiante, qui peut susciter de vives émotions chez les lecteurs.rices, presque un sentiment de crainte, tandis que le Beau reste dans une vision superficielle de la beauté. Dans son article intitulé “The Beautiful and the Sublime”, Richard Kuhn discute de la vision de Kant concernant ces paramètres. Selon lui, ‘the emphasis on beauty and sublimity is that a certain kind of experience is sought and prized, the experience we refer to as “Romantic” and “Romanticism,” a heightened sensitivity, an extreme of expressive affect which is communicated in an explosive act’.[4] En effet, les romantiques mettent en avant l’expérience de la recherche de la beauté et du sublime dans leurs œuvres, car ils ont tendance à se tourner vers eux-mêmes et à rechercher des émotions fortes au lieu de se concentrer sur l’intellect et la raison.

Ici, seul le poète marcheur, le poète itinérant est capable de transformer Londres et de mêler ces deux idées : d’un côté, une beauté assez superficielle, Londres qui (re)devient naturel le matin, quand les usines ne fonctionnent pas encore et ne polluent pas le ciel et l’air clairs. Et on trouve de l’autre côté une sublimité qui transforme presque Londres en ville morte, avec la métaphore du cœur humain et du sommeil :

Dear God! The very houses seem asleep;
And all that mighty heart is lying still!”[5]

A travers le poème, on sent le point de vue de Wordsworth qui change du Beau au Sublime, et c’est seulement grâce à sa promenade, un matin très tôt dans Londres, que cela a été permis : l’itinérance est source de création, qu’importe l’endroit où elle prend lieu.

“This Lime Bower Tree my Prison”

On retrouve cette dernière idée parfaitement exprimée dans le poème de Coleridge, ‘This Lime Bower Tree my Prison’. Avant de poursuivre votre lecture, je vous invite à lire le poème ici, et à en écouter une lecture faite par l’acteur britannique Ralph Richardson.

Comme je vous l’ai expliqué plus tôt, ce poème rend compte de la tristesse de Coleridge, incapable d’accompagner ses ami.es en promenade. “This Lime Bower Tree my Prison” est donc particulier en ce sens : Coleridge semble décrire avec précision un paysage… alors qu’il n’y est pas. C’est son imagination itinérante qui lui a permis l’écriture de ce poème, car en imaginant cette promenade, le poète a mis toute sa personne dans ce paysage fictif.

En effet, Coleridge ne peut s’empêcher de célébrer cette beauté fantasmée, mais semble lui trouver des aspects plus sombres :

« Well, they are gone, and here must I remain,

This lime-tree bower my prison! I have lost

Beauties and feelings, such as would have been

Most sweet to my remembrance even when age

Had dimm’d mine eyes to blindness! They, meanwhile,

Friends, whom I never more may meet again,

On springy heath, along the hill-top edge,

Wander in gladness, and wind down, perchance,

To that still roaring dell, of which I told;

The roaring dell, o’erwooded, narrow, deep,

And only speckled by the mid-day sun;

Where its slim trunk the ash from rock to rock

Flings arching like a bridge;—that branchless ash,

Unsunn’d and damp, whose few poor yellow leaves

Ne’er tremble in the gale, yet tremble still,

Fann’d by the water-fall! and there my friends

Behold the dark green file of long lank weeds,

That all at once (a most fantastic sight!)

Still nod and drip beneath the dripping edge

Of the blue clay-stone. »[6]

Dans cette première strophe, la personnalité de Coleridge se reflète dans la situation décrite : presque au bord du désespoir, il imagine qu’il ne reverra jamais ses ami.es (v. 6), et montre au.à la lecteur.rice un beau paysage, mais quelque peu inquiétant par certains aspects. Il s’agit d’un vallon profond, étroit, peuplé par des arbres sans feuilles, ce qui peut faire penser à un décor presque gothique. Et en effet, comme l’écrit Florence Gaillet-de Chezelles, le « paysage est un miroir de l’âme » pour le poète, et ce poème représente donc l’itinérance, voire l’errance de Coleridge dans son esprit. Entre bonheur partagé avec ses amis et jalousie terrible – il se sent tout de même emprisonné, la description ambivalente de ce lieu reflète ses sentiments, bien au-delà d’un simple poème célébrant la nature.

Et soudain, dans la dernière strophe, un éclat d’espoir libère le poète :

« A delight

Comes sudden on my heart, and I am glad

As I myself were there! »[7]

L’imagination suffirait-elle à écrire la nature ? La réponse est double : l’œuvre de Coleridge est suffisamment riche pour observer qu’il a pratiqué la marche poétique physique à de nombreuses reprises et qu’elle a été fructueuse, cependant, cet état d’itinérance mentale lui a permis une réelle introspection et a donné naissance à un poème magnifique avec une belle morale :

« Henceforth I shall know

That Nature ne’er deserts the wise and pure;

No plot so narrow, be but Nature there,

No waste so vacant, but may well employ

Each faculty of sense, and keep the heart

Awake to Love and Beauty! and sometimes

‘Tis well to be bereft of promis’d good,

That we may lift the soul, and contemplate

With lively joy the joys we cannot share. »[8]

L’itinérance est donc bel et bien une réelle méthode d’écriture, et même sa privation peut être source de création. Ici, c’est l’absence de promenade physique et surtout la possibilité d’en faire quelque chose de beau qui a été salvatrice pour la plume du poète. Mais comme le dit Coleridge, il n’y a que les poètes « sages et purs » qui peuvent s’en rendre compte, et user de leur talent pour donner vie à une expérience qui en était dénuée.

Et maintenant ?

Pour conclure ce second article tourné vers le passé, j’aimerais tout de même faire un petit tour par le présent, et par la francophonie. Les poètes romantiques ont été, à mon sens, des précurseurs de cette façon de mettre la marche au centre de leurs vies et de leurs créations, mais ce ne sont pas les seuls. Dans un genre totalement différent, bien d’autres œuvres mettent la marche à l’honneur dans leurs histoires.

En 2016, Sylvain Tesson sort Sur les chemins noirs, récit de sa marche à travers la France, après un passage dans le coma à la suite d’une chute du haut d’un toit. Cette itinérance est pour lui une résistance face au monde numérique, et l’on retrouve dans cette initiative les idées des romantiques anglais. De là à affirmer que Sylvain Tesson est un auteur romantique, peut-être pas, mais en tout cas lui et d’autres ont pris la relève de nos walking poets. L’itinérance a un bel avenir devant elle : en avant, marche !

Bibliographie

Chezelles, D. G. (2007, 4 juin). WORDSWORTH ET LA MARCHE : PARCOURS POETIQUE ET ESTHETIQUE (French Edition). UGA EDITIONS.

Kuhns, R. (1982). The Beautiful and the Sublime. New Literary History, 13(2), 287. https://doi.org/10.2307/468913

Truong, N. (2017, 18 juillet). Sylvain Tesson : « La marche est une critique en mouvement » . Le Monde.fr.

William Wordsworth, Composé sur le pont de Westminster. (2012, août 17). Le festin de Babel.

Poetry Foundation. (s. d.-b). This Lime-tree Bower my Prison by Samuel Taylor. . . .

Pour en apprendre plus sur le Romantisme

The School of Life. (2015, 13 février). HISTORY OF IDEAS – Romanticism [Vidéo]. YouTube.


[1] La poésie est le débordement spontané de sentiments puissants : elle prend sa source dans l’émotion recueillie dans la tranquillité.

[2] Champs / ciel / air / soleil / vallée / roche / colline / rivière

[3] Rien de plus beau / n’a si magnifiquement / jamais vu / jamais ressenti

[4] « L’accent mis sur le Beau et le Sublime est qu’un certain type d’expérience est recherché et prisé, l’expérience que nous appelons “romantique” et “Romantisme”, une sensibilité exacerbée, un extrême d’affect expressif qui est communiqué dans un acte explosif »

[5] Mon Dieu ! Les maisons elles-mêmes semblent endormies / Et tout ce cœur puissant ne bouge plus !

[6] « Eh bien, ils sont partis, et je dois rester ici,

Ce tilleul, ma prison ! J’ai perdu

Des beautés et des sentiments, tels qu’ils auraient été

les plus doux à mon souvenir, même quand l’âge

Aurait rendu mes yeux aveugles ! Eux, en revanche,

Des amis, que je ne rencontrerai peut-être plus jamais,

Sur la bruyère printanière, au bord de la colline,

Se promènent dans la joie, et descendent, peut-être,

jusqu’à ce vallon rugissant dont j’ai parlé ;

Le vallon rugissant, très boisé, étroit et profond,

Et seulement tacheté par le soleil de midi ;

Où son tronc mince, le frêne, de rocher en rocher.

S’élance en arc de cercle comme un pont, ce frêne sans branche,

Sans soleil et humide, dont les quelques pauvres feuilles jaunes

Ne tremblent jamais dans la tempête, mais tremblent encore,

Fanées par la chute d’eau ! Et là, mes amis.

Voyez la file vert foncé des longues mauvaises herbes,

Qui d’un seul coup (une vue des plus fantastiques !)

Hochent encore la tête et dégouttent sous le bord goutte à goutte

De la pierre d’argile bleue. »

[7] « Un plaisir

Vient soudainement sur mon cœur, et je suis heureux

Comme si j’y étais moi-même »

[8] « Désormais, je saurai

Que la nature ne déserte jamais les sages et les purs ;

Aucune parcelle si étroite, il n’y a que la Nature là,

Aucune perte si vide, mais peut bien employer

Chaque faculté du sens, et garder le cœur

éveillé à l’amour et à la beauté ! et parfois

Il est bon d’être privé d’un bien promis,

afin de pouvoir élever l’âme et contempler

Avec une joie vive les joies que nous ne pouvons partager. »



Citer ce billet
Soizic Piron (2022, 19 octobre). La promenade : itinérance créative dans la poésie romantique anglaise. Festival Transversales. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uu94

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search