L’itinérance : le cas du poète Du Bellay

Cet article porte sur un poète bien connu, Joachim Du Bellay, et en particulier sur son recueil poétique Les Regrets.

Pour situer le personnage, il s’agit d’un poète français né en Anjou en 1522 et mort à Paris ; sa rencontre avec un autre auteur, Ronsard, va marquer le début de la formation du groupe de la Pléiade.

L’objectif du groupe de la Pléiade consiste, à une époque où la langue française vient tout juste d’être hissée au rang de langue officielle du Royaume, d’unifier la France au moyen de cette dernière, en la perfectionnant et en la renouvelant, afin de lui accorder une certaine légitimité et pouvoir lui conférer ses lettres de noblesse, d’une certaine façon.

A l’époque de Du Bellay, à savoir la Renaissance, les humanistes partagent un souhait : pouvoir se rendre à Rome, qui est connu pour être un lieu de connaissances et de culture. Le poète a d’ailleurs l’occasion de s’y rendre avec un parent proche de lui, et c’est donc une opportunité qui se présente pour lui.

Une fois sur place, celui-ci commence toutefois à ressentir le mal du pays et souhaite rentrer en France, et c’est ce sentiment de mal-être qui est à l’origine du recueil des Regrets.

Nous pouvons le constater par de nombreux sonnets au sein du recueil, que ce soit le sonnet très connu qui commence par « Heureux qui comme Ulysse a fait un bon voyage », ou encore les sonnets 37 et 54 comme beaucoup d’autres, qui témoignent de la profonde mélancolie de Du Bellay à l’égard de cet idéal qu’était censé représenter Rome.

Par exemple les vers suivants :

Mais il n’a plu aux dieux me permettre de suivre

Ma jeune liberté, ni faire que depuis

Il leur a plu (hélas) qu’à ce bord étranger

Je visse ma franchise en prison se changer,

Et la fleur de mes ans en l’hiver de ma vie.

Dans ceux-ci, il se place dans une posture de victime par rapport aux Dieux mais aussi au destin, en tout cas des forces supérieures à lui-même. Il semble se sentir emprisonné, sa liberté arrachée. Les mots « ma franchise en prison se changer » indiquerait aussi qu’il fait l’objet d’une certaine censure au sein de cette autre terre. Ce voyage semble également, du fait de cette mélancolie et ce mal du pays, se prolonger puisqu’il oppose dans le dernier vers « la fleur de mes ans » donc la fougue de la jeunesse, à « l’hiver de ma vie », faisant référence à une période plus longue, froide et potentiellement monotone. Le contrôle de sa vie semble de ce fait lui échapper, et il semble subir complètement son voyage au lieu d’en profiter1.

Dans le très célèbre sonnet sur Ulysse, nous pouvons par exemple retrouver les vers suivants :

« Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village

Fumer la cheminée, et en quelle saison

Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,

Qui m’est une province, et beaucoup davantage ? »

Nous retrouvons une personnification de la maison par l’adjectif « pauvre » notamment, indiquant que la maison serait triste sans son propriétaire alors qu’il est celui qui ressent cette émotion. Nous notons le même phénomène avec la caractérisation du village et l’accumulation de ces mots révélant la nostalgie : « hélas », « pauvre », « petit »…

De plus, l’attachement du poète se révèle dans ce dernier vers, puisqu’il associe cette province à son foyer, contenant tous ses souvenirs mais surtout ce sentiment d’appartenance. Il appartient à cette terre et non à une autre. La suite du sonnet est dans le même ton de désespoir, de nostalgie due à l’éloignement ainsi que de larmoiement du poète, par un ton lyrique et l’emploi du « je » personnel qui sert à exprimer ses sentiments.

On peut d’ailleurs s’apercevoir qu’il n’est pas seulement nostalgique, mais qu’il n’aime pas l’endroit où il se trouve car il fait au cours de ce recueil la satire de Rome, de sa cour et est tiraillé entre l’ennui liée à la charge qu’il occupe et son profond désir de rentrer en France.

En effet, au sein du sonnet 86 en particulier, Du Bellay va dresser une satire assez sévère de la cour de Rome à travers ces vers par exemple :

« Médire d’un chacun, blasphémer et flatter,

Se plaire extrêmement de vivre sans rien faire,

Près des hommes savants honteusement se taire

Et près des ignorants hardiment caqueter ».

Nous retrouvons un champ lexical de la fausseté et de l’hypocrisie : « médire », « blasphémer », « flatter », « se plaire » et l’usage de beaucoup de verbes, peut-être pour signifier des actes vides de sens. Il décrit également les courtisans comme étant oisifs : en effet ceux-ci semblent se complaire dans leur médiocrité. Il semble les accuser aussi de répandre de fausses connaissances ou encore des rumeurs, grâce au parallélisme « hommes savants » par rapport aux « ignorants », afin de prétendre l’illusion du savoir.

Les vers « Ne valoir rien à rien sinon à rapporter / Ce qu’on dit en secret afin de mieux complaire » tendent à viser peut-être le plus gros défaut des courtisans selon Du Bellay : vouloir être apprécié de tous, même en se parjurant, en manipulant et en mentant. Nous le voyons d’ailleurs par une certaine accumulation de termes très péjoratifs au sein des vers suivants :« Avoir le cœur pervers tout rempli de fallace, / Être ingrat, négligent, traître et malicieux ». Du Bellay prononce donc une critique sévère de cette cour, écœuré qu’il semble être de tant de malice, d’hypocrisie et de mensonge2.

A travers ce recueil de poèmes, l’idée est donc de dire que l’itinérance est parfois mauvaise. Celle-ci peut être synonyme de voyages, d’aventures, de nouvelles rencontres et d’une diversité de nouveaux paysages mais celle-ci peut également faire réaliser qu’il y a un endroit qu’on appelle son chez-soi et que celui-ci nous tient à cœur, qu’on y est attaché et qu’on peut donc très mal vivre le fait d’en être séparé, que ce soit de façon temporaire ou prolongée.

L’expérience de Du Bellay peut aussi faire réfléchir sur la façon d’idéaliser un endroit sans le connaître, de l’imaginer d’une certaine façon et d’être finalement déçu par celui-ci car on nourrissait ou possédait trop d’attentes vis-à-vis de celui-ci ou peut-être tout simplement pas les bonnes attentes.

Cette expérience peut d’ailleurs faire écho à d’autres témoignages historiques, ou encore à des opinions globales portées sur des parties du monde qui ne correspondent pas à la réalité. Je pense notamment au fameux « american dream » présent dans l’inconscient collectif alors que le traitement de minorités y est plutôt mauvais.

L’idée est donc de présenter certains aspects négatifs de l’itinérance, notamment la déception due à l’idéalisation d’un lieu ou le mal du pays dont peut être la cible le voyageur, mais aussi tout une opinion fondée sur une idéalisation ou une forte envie d’y voyager, confrontée à une réalité parfois décevante, générant ainsi la nostalgie du voyageur.

  1. Ces idées prennent appui sur un article qui développe davantage la présence de la nostalgie dans l’écriture de Du Bellay et l’exil dont il est la cible []
  2. Encore une fois pour aller plus loin sur l’analyse du recueil et surtout sur la satire de Du Bellay, je vous invite à consulter cet article []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
sarahbenarib (21 octobre 2022). L’itinérance : le cas du poète Du Bellay. Festival Transversales. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/uu95


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search