Le vol des jeunes mariées, un roman d’itinérances

L’auteure

Marieke Van der Pol est née en 1953 à Amsterdam. C’est une actrice, scénariste et écrivaine. Son premier roman, Le vol des jeunes mariées, publié en 2007, a connu un grand succès aux Pays-Bas, au point de faire l’objet d’une adaptation cinématographique dont elle fut la scénariste. Le film fut également diffusé aux Etats-Unis. Le titre original en néerlandais est Bruidsvlucht et le titre anglais est Bride Flight.

L’itinérance et le roman d’apprentissage

L’itinérance, dans sa stricte définition par le dictionnaire Le Robert, désigne le fait de se déplacer, de suivre un itinéraire. Cependant, d’un point de vue artistique et littéraire, on peut considérer ce terme comme un mot-valise désignant bien sûr le déplacement physique, mais également un « voyage » plus métaphorique.

En effet, le récit de voyage constitue souvent une base qui permet à l’auteur de se questionner sur lui-même et de coucher sur papier les expériences initiatiques qui l’ont fait changer, qui ont parfois provoqué en lui une remise en question. On peut par exemple citer Les voyages de Gulliver de Jonathan Swift ou Histoire d’un voyage fait en la terre du Brésil de Jean de Léry, œuvres dans lesquelles les personnages se présentent parfois avec beaucoup de préjugés et d’incompréhension envers les peuples qu’ils rencontrent, mais qui peuvent, au fur et à mesure de l’ouvrage, se montrer plus ouverts.

Nous pouvons également parler d’itinérance mentale : ici, cela concerne le fait de faire un voyage intérieur dû à différentes expériences de vie ; c’est ce que nous nommions « voyage plus métaphorique » plus haut.

Nous pouvons rapprocher ce concept du roman initiatique, également dénommé conte initiatique ou roman de formation. Attardons-nous un instant sur ce genre littéraire.

  • Le roman de formation est né en Allemagne au XVIIIe siècle, mais il se popularise en France surtout à partir du XIXe siècle. Il se nomme au départ Bildungsroman. On utilise encore le terme allemand non traduit dans certaines études littéraires françaises aujourd’hui car la notion de Bildung se rapporte à plusieurs concepts, comme l’éducation, le modelage, la culture, etc. Le premier roman de formation, encore considéré comme un modèle aujourd’hui, n’est autre que Les années d’apprentissage de Wilhelm Meister, par Goethe.
  • Le concept du roman de formation est assez simple : il s’agit de suivre un personnage sur plusieurs années, voire tout au long de sa vie, et de lire toutes ses expériences, bonnes comme mauvaises, ainsi que les leçons qu’il en tire et de quelle manière il évolue. La plupart du temps, le roman commence lorsque le personnage est adolescent ou jeune adulte, et nous suivons son apprentissage du monde adulte. Il s’agit de romans réalistes, dans lesquels nous ne trouvons aucune dimension fantastique, avec des personnages ne faisant pas figure de héros.
  • Au départ, ces romans avaient une fonction éducative : le personnage, qui, dû à l’époque, était souvent un homme, devait devenir un « homme du monde », un « homme accompli ». La plupart du temps, il venait d’un milieu aisé ou bourgeois et son éducation portait principalement sur le fait d’apprendre à se comporter correctement en société. Malgré le fait que l’importance de la religion en littérature ait commencé à décliner à partir du XIXe siècle, la dimension religieuse dans les romans de formation était souvent assez présente. Pour citer des romans de formation très célèbres, nous pouvons mentionner, parmi d’autres, L’Éducation sentimentale de Flaubert ou Le Rouge et le Noir de Stendhal.
  • Aujourd’hui, les romans de formation sont toujours présents même si on ne les nomme plus toujours de la sorte ; le genre a évolué au point de devenir habituel, et on peut trouver une notion d’évolution chez un ou plusieurs personnages même dans des romans fantastiques.

Le vol des jeunes mariées correspond à la fois au roman de formation et à la notion d’itinérance, autant physique que mentale. Nous allons voir pourquoi.

Le roman

Londres, 1953. Ada, Esther et Marjorie, trois jeunes hollandaises, prennent un des premiers avions à faire un trajet transcontinental de l’Angleterre à la Nouvelle-Zélande, un pays plein de promesses d’emploi. Ada, enceinte, a été forcée d’épouser un homme qu’elle connaît à peine et qui l’attend de pied ferme ; Marjorie part rejoindre Hans, son grand amour avec qui elle rêve de fonder une famille ; Esther fuit son pays natal, traumatisée par la guerre et terrassée par le deuil de sa famille décimée dans les camps. Dans l’avion, elles rencontrent Franck, jeune homme très charismatique.

Le voyage ne dure que deux jours mais aura une incidence sur tout le reste de leur vie. Les trois femmes devront apprendre à faire valoir leurs désirs et leurs opinions dans une époque encore très conservatrice, ainsi qu’à s’accommoder d’un exil parfois déchirant.

Ce roman correspond au thème de l’itinérance sur plusieurs points : tout d’abord, les trois femmes doivent effectuer un très long voyage en se déplaçant d’abord de la Hollande vers Londres, puis de Londres jusqu’en Nouvelle-Zélande ; bien que le mode de déplacement par avion puisse nous sembler banal aujourd’hui, il s’agissait encore à l’époque d’une expérience exceptionnelle.

Ensuite, l’itinérance mentale prend une place essentielle dans le roman : bien qu’être une femme demande toujours une certaine force de caractère aujourd’hui, c’était une bataille quotidienne en 1953. Nous le remarquons particulièrement avec le personnage d’Ada, qui est forcée d’accepter un mariage avec un homme avec qui elle a eu une aventure censée rester très brève, pour la seule raison qu’elle est tombée enceinte. Issue d’une famille extrêmement pieuse, la jeune femme n’aurait jamais été soutenue par ses parents si elle avait tenté de se rebeller.

Est-il d’ailleurs si facile d’écouter son cœur lorsque tout notre entourage semble se liguer contre nous ? Comment se détacher des conventions dans lesquelles on a été élevée, ne laissant aucune place à l’amour ? Comment surmonter un traumatisme tel qu’une guerre mondiale ? Est-il possible de se reconstruire lorsque l’on a perdu toute sa famille ? Comment réagir quand nos rêves se heurtent à une réalité immuable ?

Ces questions sont soulevées dans le roman, et chaque personnage devra y répondre à sa façon. Magnifique, drôle et injuste, Le vol des jeunes mariées est un texte qui nous donne à la fois envie de le chérir et de le déchirer. Chaque personnage est décrit comme une personne réelle que l’on pourrait rencontrer n’importe où, mais leurs ambitions, leurs qualités, leurs émotions et leurs défauts en font des personnages exceptionnels dont on suit la vie sur 550 pages avec grand plaisir. Vous ne serez pas toujours ravis par leurs choix et leurs réactions ; vous les trouverez tour à tour splendides et stupides ; mais c’est justement ce qui fait la beauté du roman, bouleversant sans jamais tomber dans la caricature.



Citer ce billet
clemencelemogne (2022, 19 octobre). Le vol des jeunes mariées, un roman d’itinérances. Festival Transversales. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uu93

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search